Il y a 10 ans, la fast fashion régnait sans partage et la question de l’écoresponsabilité dans le domaine de la mode était à peine évoquée.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Pourtant, c’est sous le signe de la mode éthique qu’Anne-Marie Laflamme et Catherine Métivier fondent leur marque pour femmes et hommes, atelier b, en 2009.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La marque atelier b célèbre ses 10 ans d’existence.

Matières naturelles, coupes intemporelles, fabrication locale, respect des travailleurs, inclusivité et utilisation de mannequins non professionnels sont dès le départ leurs mots d’ordre, ce qui fait d’elles des précurseures en matière de slow fashion et d’écoresponsabilité à Montréal et au Québec.

« À l’époque, on ne connaissait même pas le terme slow fashion, mais c’est ce qu’on faisait sans le savoir », remarque Anne-Marie.

PHOTO CINDY BOYCE, FOURNIE PAR ATELIER B

Depuis ses débuts, atelier b propose des coupes intemporelles pour elle et lui, fabriquées localement avec des matières naturelles.

Les deux femmes se sont rencontrées en 2003 au cégep Marie-Victorin, où elles étaient inscrites en design de mode. Rapidement, elles ont développé une amitié fusionnelle qui dure encore à ce jour. « On n’a jamais eu de conflit en 16 ans ! », souligne Anne-Marie. Colocs, elles commencent en 2005 à créer des vêtements dans leur appartement de Verdun ; en 2009, tout juste après avoir fondé atelier b, elles reçoivent de l’attention médiatique à Montréal et même en Europe, qui les propulse dans une période très chargée. « On a eu une croissance vraiment rapide ; après deux ans, on avait une douzaine de points de vente, on participait à des salons d’artisans, des événements, on ne comptait pas nos heures… Notre appartement était rempli de racks jusque dans la cuisine, on dormait au sous-sol ! », se remémore Anne-Marie.

En 2011, en dénichant le local de leur atelier-boutique du Mile End, les designers réalisent qu’elles doivent prendre du recul. « On avait lancé ce projet pour avoir du plaisir, créer et travailler ensemble. On s’est rendu compte qu’on n’était pas obligées d’avoir plein de points de vente, d’être dans ce tourbillon, qu’on pouvait se calmer ! »

PHOTO FOURNIE PAR ATELIER B

Atelier b a ouvert une boutique jouxtant une galerie d’art dans le Vieux-Montréal en 2019.

Depuis, les deux designers sont devenues mères, ont lancé une collection pour enfants, petit atelier b (2016), collaboré avec des artistes (bookhou, CDA), ouvert une boutique et une galerie d’art dans le Vieux-Montréal, l’an dernier, en plus de commencer à enseigner à l’université.

Pour souligner ses 10 ans d’activités, le duo souhaite aller encore plus loin dans l’écoresponsabilité et la responsabilité sociale, avec un projet d’envergure, qui sera dévoilé durant l’année, dans l’objectif d’avoir un impact « positif » sur la planète. « On veut aller encore plus loin, continuer d’être des précurseures. Au lieu d’essayer de nuire le moins possible, on veut contribuer positivement ; ne pas diminuer notre empreinte carbone, mais l’éliminer entièrement », dévoile Anne-Marie.

PHOTO CINDY BOYCE, FOURNIE PAR ATELIER B

La vente collective bisanuelle d’atelier b se tiendra les 24 et 25 janvier, dans l’atelier-boutique du Mile End.

Les 24 et 25 janvier, atelier b tiendra sa vente collective semi-annuelle, où les designers invitent d’autres marques qui véhiculent les mêmes valeurs à se réunir dans l’atelier-boutique du Mile End. Le rendez-vous rassemblera Elisa C-Rossow, Josiane Perron, Noémiah, Partoem, String Theory et Supayana.

> Consultez la page Facebook d’atelier b