La créatrice montréalaise Marie-Ève Lecavalier vient d’ajouter une nouvelle distinction à son CV déjà bien rempli, elle qui a entre autres été finaliste au concours LVMH en 2019 et s’est démarquée au prestigieux Festival d’Hyères en 2018 avec sa première collection, en remportant le prix Chloé et une mention spéciale du jury.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Voici qu’elle est de nouveau finaliste pour l’International Woolmark Prize 2021, qui souligne chaque année le talent de designers émergents à travers le monde. Karl Lagerfeld lui-même avait été le premier lauréat, en 1954, et Lecavalier devient la première Canadienne à se hisser parmi les finalistes.

Depuis quelques années, le concours est plus que jamais axé sur l’écoresponsabilité et l’approvisionnement éthique et responsable, des qualités mises de l’avant par la designer dans son travail. Les six finalistes ont été sélectionnés parmi 380 participants issus de 55 pays.

Au cours des prochains mois, ils devront créer une collection à partir de la laine mérinos australienne, qui devra présenter leur vision de l’écoresponsabilité, mais aussi s’attarder aux implications de la pandémie mondiale actuelle.

Les collections devraient être présentées lors de la prochaine Semaine de la mode de Londres. Le gagnant, qui remportera une bourse de 200 000 $ (en dollars australiens), sera dévoilé le 17 février.

> Consultez le site du Woolmark Prize (en anglais)

> Consultez le site de Marie-Ève Lecavalier