Les dernières nouvelles de la mode locale

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

En vedette : Jean Airoldi revient à la mode

Avant la pandémie, il terminait sa formation de courtier immobilier et prévoyait acquérir une crémerie. Une centaine de milliers de masques vendus plus tard, Jean Airoldi officialise son retour dans le monde de la mode avec le lancement, le 1er novembre, d’une première collection de vêtements pour les Fêtes. Une nouvelle ligne qu’il veut accessible puisqu’il n’est pas question pour lui de retourner dans le prêt-à-porter, plus haut de gamme, qui l’a fait connaître comme designer.

« J’avais décidé que la mode, c’était fini, raconte Jean Airoldi, rencontré dans ses nouveaux bureaux de L’Île-des-Sœurs, à Montréal. J’avais fait le tour. Ma collection a arrêté à L’Aubainerie alors que ça allait super bien [chaîne de magasins avec laquelle il a collaboré de 2013 à 2018]. J’avais comme une petite frustration. Je me disais : “C’est peut-être le temps de passer à autre chose.” » Puis arrive la pandémie. Des proches lui suggèrent de faire des masques, une idée qu’il rejette d’abord puis qu’il finit par faire sienne, après avoir dépoussiéré ses vieilles machines à coudre qu’il avait entreposées dans la maison de sa mère, disparue il y a deux ans. Trois jours plus tard, le 25 avril dernier, il décide de se lancer dans la vente de masques fabriqués au Québec.

Non sans embûches. Dépassé par la demande, il accumule les retards et les plaintes des clients qui ont parfois dû attendre jusqu’à deux mois et demi avant de recevoir leur commande. Mais il a toujours été possible pour les clients de se faire rembourser, précise-t-il.

« Une erreur qu’on a faite, c’est de vendre des produits avant de les avoir, ce que je ne ferai plus jamais », déclare-t-il. « Pendant trois mois, ça a été l’enfer. C’est comme si je nageais à contre-courant dans une rivière. Tous les [ateliers] de couture faisaient des [blouses] d’hôpital. Les tailleurs n’étaient pas disponibles. Il y avait pénurie d’élastiques. C’est comme si je pilotais un avion, mais que je n’avais pas eu la leçon au complet et qu’il fallait que j’atterrisse. »

Une fois qu’il a atterri, il a réalisé qu’il avait repris goût à la création. En quelques mois, il a confectionné la première collection de vêtements de sa nouvelle marque : Airoldi Couture. Une collection de 35 morceaux pour Noël : des pyjamas pour toute la famille, des chemises et robes à paillettes pour enfants ainsi que des hauts et des robes pour les femmes, allant de 19,99 $ à 79,99 $. Puisqu’on ne sait pas encore de quoi Noël sera fait, il a misé sur le confort, tout en y ajoutant une touche de chic. Bien qu’il ne ferme pas la porte à la tenue de boutiques éphémères ou à la distribution en magasin, sa collection ne sera offerte qu’à sa boutique en ligne pour le moment.

S’il prépare déjà sa collection de printemps, Jean Airoldi prévoit lancer régulièrement de nouveaux produits, fabriqués au Québec, alors que les vêtements de sa collection le sont en Asie. Celui qui a longtemps présenté les tendances saisonnières dans ses chroniques mode ne croit plus à ce système éphémère. « Il y a quelques courants, mais il faut plus aider les gens à s’habiller en fonction de leur silhouette, en fonction de ce qu’ils font. » Comment s’assurer de bien porter un vêtement qu’on achète en ligne ? « J’en tiens compte dans le choix des modèles, répond-il. Je ne ferai pas une robe qui ne convient qu’à une silhouette particulière. »

La collection de Noël sera en vente dès le 1er novembre, à un prix spécial de lancement. Masques, foulards et chaînes sont actuellement offerts dans la boutique en ligne.

Consultez le site d’Airoldi Couture

À découvrir : EVRDAY, le confort au quotidien

EVRDAY en quelques morceaux

  • La petite robe noire classique de Evrday est 100 % opaque. Prix : 84,99 $.

    PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D’EVRDAY

    La petite robe noire classique de Evrday est 100 % opaque. Prix : 84,99 $.

  • Les cuissards (bike shorts) sont un de nos morceaux favoris. Ils sont ici portés avec un chandail à manches longues blanc qu’on promet 100 % opaque. Prix : 69,99 $ et 64,99 $.

    PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D’EVRDAY

    Les cuissards (bike shorts) sont un de nos morceaux favoris. Ils sont ici portés avec un chandail à manches longues blanc qu’on promet 100 % opaque. Prix : 69,99 $ et 64,99 $.

  • La taille haute de trois pouces du legging Evrday et sa coupe sont très seyantes. Prix : 99,99 $.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB EVRDAY

    La taille haute de trois pouces du legging Evrday et sa coupe sont très seyantes. Prix : 99,99 $.

1/3
  •  
  •  
  •  

Nous avons découvert la marque EVRDAY le printemps passé, grâce à ses masques artisanaux, un modèle écologique en lyocell, textile obtenu à partir de pulpe de bois qui a la caractéristique d’être très soyeux et confortable, en plus d’aider à la régulation de la température corporelle. Étudiante en biochimie, la fondatrice de cette jeune marque montréalaise, Fanny Lamirande, rêvait de lancer sa propre marque. Après avoir fait un cours en entrepreneuriat en 2019, elle se lançait avec EVRDAY, qui offre des essentiels pour la vie de tous les jours, fabriqués en tissu lyocell de marque Tencel, dont les matières premières sont dérivées de sources de bois durables et qui est certifié biodégradable et compostable : leggings, shorts, robe, chandail « crop top », tous ornés d’un discret triangle à l’arrière. Rapidement, elle a réussi à se bâtir une clientèle ici et même hors du Québec avec ses pièces ultra-confortables qui se veulent des classiques indémodables. On aime beaucoup les coupes modernes, très flatteuses pour la silhouette. Messieurs, vous n’êtes pas en reste, car la marque lancera sous peu quelques modèles pour hommes : t-shirt et chandail à manches longues, ainsi que des chandails à capuchon unisexes. Alors que nous sommes nombreux en télétravail à la maison, voilà des morceaux qu’on aime remettre encore et encore, sans pourtant avoir l’impression d’être en pyjama ! Morceaux offerts en ligne.

Consultez le site d’EVRDAY

Nouvelle collection : des jeans, du matin au soir

Aperçu de la nouvelle collection de Yoga Jeans

  • Elle fait un retour : la coupe à jambes évasées. Modèle Alex, coupe Buddha. Prix : 168 $

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE YOGA JEANS

    Elle fait un retour : la coupe à jambes évasées. Modèle Alex, coupe Buddha. Prix : 168 $

  • Les jeggings à taille élastique de Yoga Jeans. Prix : 118 $.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE YOGA JEANS

    Les jeggings à taille élastique de Yoga Jeans. Prix : 118 $.

  • Une version flatteuse du « mom jeans », le modèle Emily à taille haute, coupe Barbuda. Prix : 148 $.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE YOGA JEANS

    Une version flatteuse du « mom jeans », le modèle Emily à taille haute, coupe Barbuda. Prix : 148 $.

  • La veste classique en jeans avec surpiqûres ton sur ton. Prix : 158 $.

    PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE YOGA JEANS

    La veste classique en jeans avec surpiqûres ton sur ton. Prix : 158 $.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Nul doute que le confort vestimentaire est plus que jamais une priorité, surtout lorsqu’on est confiné à son domicile. Si le linge « mou » a son attrait, on aime aussi pouvoir passer de la maison à ses activités de la vie de tous les jours sans avoir à se changer constamment. Voilà pourquoi on aime les Yoga Jeans, cette marque bien connue de jeans fabriqués au Québec qui se démarque avec ses modèles très confortables et extensibles, qui ne mettent pas le style de côté pour autant. La nouvelle collection automnale nommée « Essentials » poursuit dans cette lignée avec des modèles pour tous les goûts, certains en tissu dit « vintage », au tissage moins serré, très doux grâce à la présence de lyocell dans la fabrication. Les jeans très ajustés à taille haute, modèle très tendance depuis quelques saisons, y font bien sûr leur apparition, ainsi que leur version ultra-confo, soit un jegging avec élastique à la taille. Modèle qui fait un retour, la jambe légèrement évasée de la coupe Alex offre un look rétro et une coupe qui sied bien à plusieurs silhouettes. On aime aussi beaucoup la coupe Barbuda du modèle Emily, qui revisite de façon plus flatteuse et ajustée le « mom jeans ». Un incontournable de la penderie, la veste en jeans, y est aussi proposé en quelques modèles. La collection est offerte en ligne et dans les points de vente.

> Consultez le site de Yoga Jeans

Mode pour enfants : un service de location de vêtements pour bébé

PHOTO FOURNIE PAR BBECOLO

BBecolo est un service de location de vêtements pour les 0-24 mois.

Avant l’âge de 2 ans, un bébé aura changé de taille de vêtements environ six fois. Pour lutter contre la surconsommation de vêtements et le gaspillage, deux entrepreneures, une mère et sa fille, ont lancé BBecolo, un service de location de vêtements pour les 0-24 mois. À l’origine, le projet consistait en des boîtes de vêtements usagés à offrir lors des showers, expliquent les fondatrices de l’entreprise, Marie-Claude Guérin et Chloé Allard. Mais devant la demande des clients pour avoir la possibilité d’échanger les vêtements pour suivre la croissance de l’enfant, elles ont changé de cap au cours de l’été pour se tourner vers la location. Les vêtements qui sont comme neufs – « la crème » du seconde main, assurent-elles – proviennent des collectes organisées par Les Super Recycleurs dans les écoles et les garderies, une initiative mise sur pied par Marie-Claude Guérin en 2015, et de friperies partenaires.

Le service de location de BBecolo fonctionne sous forme d’abonnement. Il en coûte 30 $ pour un forfait d’introduction de deux mois comprenant deux ensembles de vêtements, 80 $ pour un abonnement annuel comprenant quatre ensembles. La location d’ensembles supplémentaires, pour une durée d’un mois, est au coût de 10 $, livraison et ramassage à domicile inclus. « On a évalué que pour une somme d’entre 750 $ et 1000 $, habits de neige compris, tu as une garde-robe complète pour l’année », indique Marie-Claude Guérin.

BBecolo couvre actuellement Montréal et la Rive-Sud. Le territoire devrait cependant être élargi prochainement avec l’ouverture de points de service. L’entreprise participera au Festival Zéro Déchet, qui se tiendra cette année de façon virtuelle, du 30 octobre au 1er novembre.

> Consultez le site de BBecolo