(Amersham) La jeune styliste britannique Paria Farzaneh a transporté le public de la Fashion Week de Londres à la campagne, dimanche, pour un défilé inspiré par un esprit de résistance.

Agence France-Presse

La jeune femme de 26 ans avait convié ses invités dans les Chilterns, une région vallonnée au nord-ouest de la capitale pour dévoiler sa collection printemps/été 2021.

Investissant une prairie, les mannequins ont avancé en groupe, prêts à affronter les éléments, veste multipoches à imprimé camouflage ou capuche repliée sur la tête, dans un nuage de fumée.

« Au cours des derniers mois, le monde tel que nous le connaissons a connu une grande résistance, des bouleversements et des prises de conscience », explique un communiqué de la marque, citant les « troubles » aux États-Unis et les incendies sur la côte ouest, qui ont tous deux affecté des collaborateurs de la styliste.  

« En tant que marque et communauté, nous avons toujours cru en notre monde et en ses habitants. Nous ne pouvons pas forcer les gens à changer d’état d’esprit et de croyances, mais nous pouvons semer le germe d’une nouvelle perspective, nous pouvons démarrer le processus, nous pouvons lancer la conversation ».

PHOTO BEN STANSALL, AGENCE FRANCE-PRESSE

Née de parents immigrés iraniens, Paria Farzaneh se plaît à surprendre : en janvier dernier, lors de la Fashion Week consacrée aux collections masculines, elle avait transformé son défilé en simulacre de mariage traditionnel iranien, dans une école de Londres. Un moment d’autant plus marquant qu’il se déroulait au lendemain de la mort du général iranien Qassel Soleimani, tué par une attaque de drone américain.

Les femmes étaient priées de s’asseoir d’un côté, les hommes de l’autre, pour assister à l’échange des vœux des jeunes mariés, en farsi. Mais pas de queue de pie pour les mannequins qui présentaient une collection streetwear aux élégants imprimés floraux et perses, signature de la styliste.  

Son sens du spectacle et du détail a valu à la styliste, diplômée de l’Université Ravensbourne à Londres en 2016, de se faire rapidement un nom dans l’univers de la mode masculine. Paria Farzaneh a déjà collaboré avec les marques Gore Tex et Converse et a été demi-finaliste du prestigieux prix LVMH l’an dernier.

Au gré de ses collections, cette étoile montante de la mode, dont le grand-père était tailleur en Iran, explore ses origines et célèbre le multiculturalisme.

Soucieuse de l’environnement, elle a par le passé utilisé du polyester et du nylon venant de bouteilles en plastique ou de filets de pêche recyclés.