Après avoir été montrées du doigt par d’anciennes collaboratrices pour avoir entretenu un climat de travail malsain, les blogueuses, autrices et influenceuses Carolane et Josiane Stratis ont fait amende honorable en publiant une lettre d’excuses sur Facebook, annonçant du même souffle qu’elles se retireront des réseaux sociaux.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

En entrevue téléphonique avec La Presse, mardi, les deux sœurs jumelles, visiblement éprouvées par les événements des derniers jours, soulignent avoir reçu un lot de messages et de courriels haineux depuis le début de la controverse.

« On a reçu des menaces écrites, des menaces passées par d’autre monde, des menaces anonymes, aussi. C’est pour ça qu’on a fermé nos médias sociaux », dit Carolane Stratis, qui souligne que sa sœur jumelle et elle prendront aussi ce temps d’arrêt pour travailler sur elles-mêmes.

« Ça ne fait jamais plaisir à personne d’avouer ses torts, mais on est capables de prendre sur nous les torts qu’on a, Carolane et moi, dit Josiane Stratis. Par contre, il faut que les gens arrêtent d’écrire à nos amis et au monde qu’on connaît. Parce que c’est violent. »

Les deux sœurs, dont les comptes Instagram respectifs avaient déjà été désactivés, ont fait de même mardi avec leurs comptes Facebook.

Josiane et Carolane Stratis, connues comme « les jumelles de la mode », ont fondé deux blogues très connus au Québec, Ton petit look et TPL Moms, desquels elles se sont totalement dissociées en 2019. Elles sont aussi derrière les collections de vêtements Incluses, offertes pour toutes les silhouettes, et autrices de trois livres publiés aux Éditions Cardinal, dont Les filles sont-elles folles ?, portant sur la maladie mentale.

Depuis la semaine dernière, des témoignages à leur égard – dont certains à visage découvert – ont émergé sur les réseaux sociaux.

D’anciennes collaboratrices de leurs sites et de leurs livres leur reprochent des comportements de violence psychologique et de médisance, ou encore de s’être fait du crédit sur leur dos. Une blogueuse et une personnalité d’Instagram ont aussi décrit l’intimidation dont elles auraient fait l’objet.

Dans un texte publié dimanche sur leurs comptes Facebook, les sœurs Stratis ont reconnu avoir « encouragé une culture de travail toxique », « participé à l’exclusion et à la marginalisation de certaines personnes » et « profité de l’asymétrie de la relation » en obtenant divers services de la part des collaboratrices, comme des articles dans leurs ouvrages publiés, du gardiennage et du ménage.

En entrevue, Carolane Stratis souligne que sa sœur et elle étaient « très impliquées » dans la vie de collaboratrices, qui écrivaient des textes de nature parfois très personnelle sans être rémunérées. « Des fois, on n’a peut-être pas vu l’emprise qu’on avait sur les autres », reconnaît-elle. Elle souligne par ailleurs que le climat du Web, où plusieurs joueurs se partagent de minces ressources, est « toxique à la base ».

« Les personnes qui ont de la peine vont souvent faire de la peine aux autres pour se sortir de ça », ajoute Josiane Stratis.

La nouvelle équipe de gestion des sites Ton petit look et de TPL Moms, qui appartiennent depuis quelques années à l’entreprise OBOX, s’est dite lundi « absolument désolée et consternée » par les témoignages qui circulent sur l’internet.

Carolane et Josiane Stratis travaillent en créations web depuis qu’elles ont quitté les sites qu’elles ont fondés, l’an dernier. À la suite des allégations des derniers jours, des contrats ont été mis sur la glace, disent-elles.

Une version précédente de cet article indiquait que nous n’avions pu rejoindre Carolane et Josiane Stratis. Nous leur avons parlé mardi.