Les salons de coiffure sont fermés depuis trois semaines. Certains endurent leurs cheveux longuets, tandis que d’autres s’improvisent coiffeurs… avec un succès, disons-le, inégal. Voici quelques exemples de coupes maison (il faut bien s’amuser un peu) et des conseils d’une professionnelle.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

Conseils de départ

Prêts à vous lancer ? Lisez d’abord ces conseils de Brigitte Marsh, styliste depuis près de 20 ans chez Ka Coiffure, à Montréal.

1. Avant de sortir les ciseaux, évaluez d’abord toutes vos options. « Pour un homme, si la coupe de cheveux est due, mais que la barbe est bien taillée, que les favoris sont courts, que la nuque est nettoyée, on peut quand même obtenir un look intéressant en les coiffant avec une pommade et en les plaçant différemment », donne comme exemple Brigitte Marsh.

2. Rangez vos ciseaux de cuisine, et investissez plutôt 20 $ à 30 $ sur une paire de ciseaux de coiffure, en vente en pharmacie ou en ligne. Il est aussi préférable de se procurer un peigne de coiffure (un peigne à queue peut aussi faire l’affaire).

3. Même si vous voulez mettre du piquant dans votre vie, le moment est mal choisi pour essayer quelque chose de nouveau. Vous êtes brune ? Restez brune. Vous voulez essayer de faire cette super coupe tendance à votre douce moitié ? Rafraîchissez plutôt sa coupe actuelle.

4. N’enlevez pas trop de longueurs à la fois. « Plus c’est court, moins ça pardonne », résume Brigitte Marsh.

Coupes pour lui

Pour les garçons et les hommes, Brigitte Marsh conseille d’opter pour une coupe classique, aux ciseaux. Des tutoriels sont offerts sur internet, dont ceux-ci : 

> Voyez un tutoriel de Frederic Birault

Brigitte Marsh conseille de diviser les cheveux en trois zones, qu’on coupe dans l’ordre : le contour de la tête (quand on trace une ligne imaginaire d’une oreille à l’autre, c’est la section du bas), le dessus de la tête, puis la jonction entre les deux (en forme de fer à cheval).

> Voyez ce tutoriel au complet (en anglais)

Après avoir isolé le dessus des cheveux, « on coupe les contours dans un angle parallèle à la tête, à la verticale, en tenant les mèches entre l’index et le majeur », explique Brigitte Marsh. On enlève ensuite la même longueur sur le dessus de la tête, de l’arrière à l’avant. Pour couper la jonction entre les deux, « on va venir prendre une mèche du haut et une mèche du bas, qui sont déjà coupées, et on coupe les cheveux du milieu de la même longueur que les autres », résume la styliste.

Il est tentant d’utiliser une tondeuse à cheveux pour couper le contour de la tête, mais le dégradé entre le dessus-de-tête et le contour sera plus ardu à faire, avertit Brigitte Marsh. « C’est souvent le problème que je vois sur les photos, dit-elle. Des trous, des inégalités, trop de volume sur le côté… »

D’autres préfèrent utiliser la tondeuse à cheveux sur toute la tête. « Ça se fait, opine Brigitte Marsh. Ça va être une coupe moins stylée, qui va pousser en boule. Il faut donc le faire régulièrement. »

Pour les hommes, il faut aussi penser à faire le tour d’oreille, puis à nettoyer la nuque et les favoris. Une tondeuse de finition est l’idéal, mais on peut se débrouiller avec certains rasoirs électriques à barbe, dit la styliste.

Le toupet

Votre toupet commence sérieusement à miner votre champ de vision ? « Je pense que ce qu’il y a de mieux à faire, c’est de le coiffer autrement », conseille Brigitte Marsh. À celles qui veulent se lancer, la styliste conseille de bien isoler le toupet, puis de commencer par le milieu. « Après, on égalise avec les deux parties du côté ; ça évite que le toupet soit asymétrique », dit-elle. On peut légèrement surélever la frange avec le peigne pour bien voir ce qu’on fait, et placer les ciseaux à 45 degrés. Surtout, attention de ne pas couper trop court : « habituellement, les gens l’aiment entre la paupière et le sourcil », précise Mme Marsh.

> Voyez ce tutoriel au complet (en anglais)

Les repousses

Si vous avez l’habitude de vous faire teindre les cheveux en salon, mieux vaut réfléchir deux fois avant de courir acheter une boîte de teinture à la pharmacie. Le résultat n’est pas toujours (voire rarement) celui escompté. « C’est notre plus grande crainte en ce moment, confie Brigitte Marsh. Ce qui est le plus difficile à faire en salon, c’est de réparer des couleurs qui ont été faites à la maison. » Tout peut arriver : des cheveux trop pâles, trop foncés, trop roux, voire verdâtres ou grisâtres. « Ce que je suggère aux clients, c’est d’utiliser un produit pour cacher la repousse qui part au shampoing », dit Brigitte Marsh. Vendus en pharmacie, ces produits sont offerts en poudre, en bâton, en vaporisateur ou en mascara.

Pour ceux et celles qui ont accès aux colorations de leur salon ou à la recette de leur coiffeur, voici un tutoriel simple.

> Voyez un tutoriel

Des coupes à peaufiner

Quand on se lance dans une coupe de cheveux, on n’obtient pas toujours le résultat escompté. En voici la preuve.

  • « J’ai regardé une vidéo sur YouTube… mais je n’ai pas exactement réussi ! », explique Sandra St-Amour, de Montréal

    PHOTO FOURNIE PAR SANDRA ST-AMOUR

    « J’ai regardé une vidéo sur YouTube… mais je n’ai pas exactement réussi ! », explique Sandra St-Amour, de Montréal

  • « Finalement, j’ai tout rasé. Il y avait bien trop de trous. Il avait l’air malade ! », explique Flora Seya, de Laval, à propos de son fils Yoann Christopher.

    PHOTO FOURNIE PAR FLORA SEYA

    « Finalement, j’ai tout rasé. Il y avait bien trop de trous. Il avait l’air malade ! », explique Flora Seya, de Laval, à propos de son fils Yoann Christopher.

  • « J’ai essayé de leur couper les cheveux aux ciseaux, mais ils bougeaient beaucoup, et le résultat était vraiment laid. Papa, qui voulait depuis longtemps qu’on leur fasse des mohawks, a rattrapé l’erreur ! », dit Karine Bergeron-Grisé, à propos de ses fils Zackary et Félix-Antoine.

    PHOTO FOURNIE PAR KARINE BERGERON-GRISÉ

    « J’ai essayé de leur couper les cheveux aux ciseaux, mais ils bougeaient beaucoup, et le résultat était vraiment laid. Papa, qui voulait depuis longtemps qu’on leur fasse des mohawks, a rattrapé l’erreur ! », dit Karine Bergeron-Grisé, à propos de ses fils Zackary et Félix-Antoine.

  • « Mon chum s’est coupé les cheveux. Un peu plus court, un peu plus court, un peu plus court… Et BAM ! La boule à zéro. Ensuite, mon petit mini avec ses beaux cheveux qui demande à son papa : « Papa, je veux couper mes cheveux aussi ». Devinez quoi ? La boule à zéro aussi », raconte Marie-Christine Perrin à propos de son fils William, de Mirabel.

    PHOTO FOURNIE PAR MARIE-CHRISTINE PERRIN

    « Mon chum s’est coupé les cheveux. Un peu plus court, un peu plus court, un peu plus court… Et BAM ! La boule à zéro. Ensuite, mon petit mini avec ses beaux cheveux qui demande à son papa : « Papa, je veux couper mes cheveux aussi ». Devinez quoi ? La boule à zéro aussi », raconte Marie-Christine Perrin à propos de son fils William, de Mirabel.

  • « Une catastrophe ! Ça a fini en coupe coco pour mon garçon », dit Doris Gauthier, de Blainville, en parlant de son fils Chad.

    PHOTO FOURNIE PAR DORIS GAUTHIER

    « Une catastrophe ! Ça a fini en coupe coco pour mon garçon », dit Doris Gauthier, de Blainville, en parlant de son fils Chad.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des coupes satisfaisantes

D’autres apprentis coiffeurs sont au contraire satisfaits du résultat.

  • Logan et Thomas ont désormais le visage dégagé de leurs cheveux ! « Ç’a super bien été. Pour le résultat, je ne suis pas coiffeuse, mais je suis satisfaite qu’ils n’aient plus les cheveux dans les yeux », raconte leur maman Amanda Cox, de Sainte-Thérèse.

    PHOTO FOURNIE PAR AMANDA COX

    Logan et Thomas ont désormais le visage dégagé de leurs cheveux ! « Ç’a super bien été. Pour le résultat, je ne suis pas coiffeuse, mais je suis satisfaite qu’ils n’aient plus les cheveux dans les yeux », raconte leur maman Amanda Cox, de Sainte-Thérèse.

  • « Mon fils s’est coupé les cheveux seul ! Avec la caméra de son cellulaire et le trépied, il a projeté son derrière de tête sur la télé. Son rasoir est mauvais, mais il a quand même fait une belle job », dit Véronique Veilleux.

    PHOTO FOURNIE PAR VÉRONIQUE VEILLEUX

    « Mon fils s’est coupé les cheveux seul ! Avec la caméra de son cellulaire et le trépied, il a projeté son derrière de tête sur la télé. Son rasoir est mauvais, mais il a quand même fait une belle job », dit Véronique Veilleux.

  • Diane Foucault, de Sainte-Anne-des-Lacs, a coupé pour la première fois les cheveux de son fils Liam avec le rasoir. « Il voulait avoir les cheveux comme son grand frère les avait avant, avec un Z sur le côté. »

    PHOTO FOURNIE PAR DIANE FOUCAULT

    Diane Foucault, de Sainte-Anne-des-Lacs, a coupé pour la première fois les cheveux de son fils Liam avec le rasoir. « Il voulait avoir les cheveux comme son grand frère les avait avant, avec un Z sur le côté. »

  • Emma-Lee Matthews, de Vallée-Jonction, a bien réussi son nouveau toupet. « J’ai coupé moi-même mon toupet pour la première fois. Ça faisait plus de 10 ans que je n’en avais pas eu. J’aime bien ! Je vais rester ainsi. »

    PHOTO FOURNIE PAR EMMA-LEE MATTHEWS

    Emma-Lee Matthews, de Vallée-Jonction, a bien réussi son nouveau toupet. « J’ai coupé moi-même mon toupet pour la première fois. Ça faisait plus de 10 ans que je n’en avais pas eu. J’aime bien ! Je vais rester ainsi. »

  • Nolan, le fils de Carolyne Bilodeau, est bien content de sa nouvelle tête. « C’est mon conjoint qui a coupé les cheveux de notre fils de 3 ans. C’est bien réussi ! », dit-elle.

    PHOTO FOURNIE PAR CAROLYNE BILODEAU

    Nolan, le fils de Carolyne Bilodeau, est bien content de sa nouvelle tête. « C’est mon conjoint qui a coupé les cheveux de notre fils de 3 ans. C’est bien réussi ! », dit-elle.

  • « J’ai coupé les cheveux de mon mari il y a deux week-ends, c’était mon premier essai. On s’est dit qu’il n’aurait plus besoin d’aller chez le coiffeur ! », confie Derlie Harilus, à propos de son mari Volcy.

    PHOTO FOURNIE PAR DERLIE HARILUS

    « J’ai coupé les cheveux de mon mari il y a deux week-ends, c’était mon premier essai. On s’est dit qu’il n’aurait plus besoin d’aller chez le coiffeur ! », confie Derlie Harilus, à propos de son mari Volcy.

  • « J’ai coupé ceux de ma grande et ça a bien été, elle les voulait courts », dit Nancy Desrochers et sa fille Casandra, de Montréal

    PHOTO FOURNIE PAR NANCY DESROCHERS

    « J’ai coupé ceux de ma grande et ça a bien été, elle les voulait courts », dit Nancy Desrochers et sa fille Casandra, de Montréal

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •