Les craquants légumes de similicuir sont prêts à être « plantés » dans le potager, les poissons sont prêts à être « pêchés » avec la canne à pêche aimantée, les panneaux solaires sont prêts à être installés sur la maisonnette.

Marie Tison
Marie Tison La Presse

Le Centre des sciences de Montréal ouvre ses portes ce jeudi matin après presque un an de fermeture.

L’institution a offert des activités en ligne, notamment à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science. Mais il n’y a rien comme recevoir des gens sur place.

« On est tellement excités, on est fébriles, lance Cybèle Robichaud, directrice de la programmation du Centre des sciences. La plus grande récompense, c’est de voir les visiteurs quand ils découvrent ce qu’on a développé. On a vraiment hâte. »

  • Des bornes de recharge pour véhicules électriques font leur apparition dans l’exposition Mini Mondo.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Des bornes de recharge pour véhicules électriques font leur apparition dans l’exposition Mini Mondo.

  • Les jeunes enfants aiment souvent jouer à faire l’épicerie. Une petite épicerie en vrac les attend au Centre des sciences.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les jeunes enfants aiment souvent jouer à faire l’épicerie. Une petite épicerie en vrac les attend au Centre des sciences.

  • Acheter en vrac permet de réduire les emballages, une leçon écocitoyenne qui passe bien quand on peut jouer avec des légumes et du pain en similicuir.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Acheter en vrac permet de réduire les emballages, une leçon écocitoyenne qui passe bien quand on peut jouer avec des légumes et du pain en similicuir.

  • Le design de la nouvelle exposition Mini Mondo a été réalisé par la Bande à Paul, avec des œuvres murales de Claudia Fortin.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Le design de la nouvelle exposition Mini Mondo a été réalisé par la Bande à Paul, avec des œuvres murales de Claudia Fortin.

  • Apprendre le nom de quelques légumes dans six langues, c’est possible au potager.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Apprendre le nom de quelques légumes dans six langues, c’est possible au potager.

  • Les enfants peuvent identifier des feuilles d’arbres avant de les faire s’envoler avec un ventilateur.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les enfants peuvent identifier des feuilles d’arbres avant de les faire s’envoler avec un ventilateur.

  • Les concepteurs ont pensé à tout, aménageant même une tranquille salle d’allaitement.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les concepteurs ont pensé à tout, aménageant même une tranquille salle d’allaitement.

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’institution a notamment développé une toute nouvelle exposition pour les tout-petits (0-7 ans), Mini Mondo. Elle remplace l’exposition Clic !, créée en 2012, qui visait les 4-7 ans. « On a décidé d’élargir le groupe d’âge, raconte Mme Robichaud. Il y avait déjà des parents qui venaient avec des poussettes. C’est une clientèle naturelle. »

L’exposition se veut une introduction à l’écocitoyenneté, avec trois zones : la ville, la rivière et la forêt. On a gardé certains éléments de Clic !, comme une maisonnette. Mais au lieu de simplement réparer le toit comme auparavant, on installe des « panneaux solaires ».

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Cybèle Robichaud, directrice du programme du Centre des sciences de Montréal, a vraiment hâte de voir les visiteurs revenir sur place.

Nous avons nous-mêmes fait un choix écoresponsable en conservant la maisonnette. C’était une activité très populaire.

Cybèle Robichaud

Le potager avec ses légumes de similicuir réalisés par Raplapla devrait aussi amuser les enfants. Tout comme l’épicerie en vrac, avec ses bagels et ses pains également faits de similicuir.

Pandémie oblige, les parents sont priés de déposer dans un bac spécial, pour désinfection ultérieure, les objets que les enfants auront décidé de « goûter ».

De grandes œuvres murales de Claudia Fortin égaient les secteurs de la rivière et de la forêt. Parmi les activités, les enfants peuvent « aller à la pêche » et apprendre à identifier quelques poissons du Québec. Ils peuvent aussi identifier des feuilles d’arbres aux couleurs automnales et les faire s’envoler au-dessus d’un ventilateur. La direction s’attend à ce qu’une joyeuse pagaille règne dans ce secteur.

Les enfants peuvent également écouter les enregistrements de bestioles de la forêt (du moustique jusqu’à l’ours) ou se réfugier dans une petite cabane pour lire tranquillement.

Les affichettes d’identification sont rédigées en français et en anglais, mais aussi en arabe, en espagnol, en créole et en mandarin.

Et pour les plus grands…

Cybèle Robichaud fait valoir que les jeunes de 8 à 12 ans ont aussi droit à une nouvelle exposition : Explore, avec sa cinquantaine d’activités interactives, a ouvert ses portes au début de décembre 2019. La pandémie a entraîné sa fermeture en mars 2020. Il y a eu une brève ouverture à l’été 2020, mais il a fallu tout refermer au début d’octobre 2020. Les installations, qui mettent en vedette de grands principes scientifiques, sont donc encore toutes neuves.

On peut notamment visiter un kaléidoscope géant, déterminer la configuration optimale d’une éolienne ou encore se jaser dans le creux de l’oreille d’un bord à l’autre de l’immense salle grâce à des soucoupes acoustiques.

Les deux autres expositions permanentes, Fabrik, créée en 2014, et Humain, ouverte en 2017, sont également accessibles. Le cinéma IMAX reprend aussi ses activités, avec les films Super chiens 3D et Dans la forêt de l’ours esprit 3D.

Il faut toutefois réserver en ligne.

« La capacité est réduite par rapport à la normale, souligne Mme Robichaud. C’est donc un moment incroyable pour visiter parce que c’est un environnement plus calme. »

Consultez le site du Centre des sciences de Montréal