(Londres) À quatre mois du jour préféré des enfants, l’inquiétude est déjà palpable : le père Noël va-t-il pouvoir venir à la rencontre des bambins pendant la pandémie ? Heureusement, James Lovell, directeur d’une agence d’événementiel britannique, a un plan.

Phil HAZLEWOOD
Agence France-Presse

En plein mois d’août, alors que la plupart des gens profitent de l’été et des plages, M. Lovell concentre toute son attention sur les froides journées d’hiver à venir.

Comme chaque année depuis 25 ans, le patron de la société Ministry of Fun, basée à Londres, a déjà commencé à préparer son équipe de 50 pères Noël.

L’an dernier, la saison a été exceptionnelle, avec un millier de réservations. Qu’en sera-t-il cette année ?

« Normalement, en août, la plupart de nos réservations sont faites », dit-il à l’AFP. « Cette année, nous en avons à peu près la moitié ».

« Les gens n’ont pas annulé, mais ils ne sont pas sûrs de ce qu’ils peuvent faire. Il y a eu des messages contradictoires sur ce qui est autorisé ou non, beaucoup de confusion », estime-t-il, plaidant pour que les gens « soient rassurés sur le fait que le père Noël pourra faire son apparition ».

« Pas de Noël sans père Noël »

PHOTO JOHN SIBLEY, REUTERS

Les cadeaux seront placés entre le père Noël et ses jeunes visiteurs pour maintenir une distance de sécurité, et exposés sur un petit traîneau plutôt que directement distribués.

Les sites accueillant habituellement le père Noël ont l’habitude de gérer les foules qui se pressent pour voir le célèbre barbu tout de rouge vêtu. Mais des contrôles encore plus stricts ont été mis en place pour éviter la propagation du virus.

Selon M. Lovell, au lieu de reporter la venue du héros des enfants, il suffit de procéder à de petits ajustements pour assurer la sécurité du public et rassurer les propriétaires de magasins et les parents.

Cette année, son équipe de pères Noël aura des masques en velours rouge et en fourrure blanche spécialement conçus et intégrés au costume. Celui-ci peut coûter jusqu’à 1000 livres (1730 $) et inclut notamment des barbes faites main.

Les cadeaux seront placés entre le père Noël et ses jeunes visiteurs pour maintenir une distance de sécurité, et exposés sur un petit traîneau plutôt que directement distribués.

Pour M. Lovell, il est essentiel que le père Noël ne soit pas une victime de plus de la pandémie. « On ne peut pas célébrer Noël sans le père Noël », souligne-t-il. « Nous devons faire en sorte que cela marche. C’est très important. Pour un enfant, rencontrer le père Noël, c’est vraiment un grand évènement. »

« Nous aimons tous l’idée que le père Noël nous apporte un peu de magie. Et nous le méritons plus que jamais. Ce fut une année horrible et nous avons besoin de cette joie. »