Depuis deux ans, la pandémie chamboule les plans de l’industrie du mariage et de ceux qui souhaitent officialiser leur union. Avec l’évolution de la situation sanitaire, 2022 pourrait bien voir de nombreuses célébrations avoir enfin lieu.

Publié le 16 janvier
Olivia Lévy
Olivia Lévy La Presse

La pandémie a fait baisser de moitié le nombre de mariages en 2020 par rapport à 2019. Il faut remonter à 1903 pour trouver un chiffre aussi bas.

Après deux ans de plans bouleversés, est-ce que 2022 sera l’année de tous les mariages ? « Oui, assurément ! », s’exclame Geneviève Tardif, future mariée et animatrice à Radio-Canada Sports. La jeune femme devait se marier à l’été 2020 avec son conjoint Charles Hamelin, triple champion olympique en patinage de vitesse sur courte piste, mais le couple a reporté son mariage à 2021, puis de nouveau à 2022. « Quelle que soit la situation sanitaire, ce sera en 2022, on va s’adapter en fonction des règlements, que ce soit avec 25, 50 ou 150 personnes, ce sera le 25 juin ! », dit-elle avec enthousiasme.

PHOTO YANIQUE FILLION, FOURNIE PAR GENEVIÈVE TARDIF

Geneviève Tardif, Charles Hamelin et leur fille Violette. Le couple va se marier en juin prochain.

« On souhaite faire ça en grand, 150 personnes sont prévues, mais s’il faut réduire à 25, nous sommes prêts. Les 25 personnes sont au courant, ce sont nos parents, nos frères et sœurs, le célébrant est mon ami Jean-Charles Lajoie, nos demoiselles et garçons d’honneur, c’est tout. On a très hâte ! On réalise qu’il faut s’adapter, on ne va pas attendre dix ans pour se marier ! », dit celle qui est aussi l’ambassadrice du deuxième Salon de conférences virtuelles sur le mariage qui se termine ce dimanche.

En 2020, 11 300 mariages ont été célébrés, soit une diminution de moitié par rapport à 2019, où on en comptait 22 250. Pour 2021, le chiffre s’élève à 11 050 unions pour les mois de janvier à septembre, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Plusieurs cérémonies planifiées

« Ce sera peut-être trois années en une ! Tout est réservé pour cet été. J’ai organisé 4 mariages en 2021, et 18 mariages sont prévus pour cette année », souligne l’organisatrice de mariages Valérie Bigras. « On a beaucoup d’espoir pour cette année, les gens sont vaccinés, ce qui est exigé dans les salles de réception », précise-t-elle, en soulignant que les couples doivent faire preuve de vigilance avant de signer des contrats ces temps-ci. « Il faut faire attention lors des réservations des prestations et faire ajouter une clause COVID-19, pour protéger les mariés et les fournisseurs si on doit annuler. »

PHOTO FRÉDÉRICK BRAULT, FOURNIE PAR VALÉRIE BIGRAS

Valérie Bigras, organisatrice de mariages

Maryse Noël, organisatrice de mariages chez Maryse Création, est optimiste, elle aussi. Elle a 25 mariages prévus pour l’été 2022, et planifie déjà des évènements pour 2023. « Mes chapiteaux sont réservés et on espère que tout sera maintenu, car ce n’est pas facile pour l’industrie du mariage en ce moment. Moi-même, je suis devenue courtier immobilier pour pouvoir y arriver. »

« En temps de pandémie, c’est plus simple d’être dehors, il y a plus de possibilités. L’été dernier, on pouvait être jusqu’à 50 personnes [25 à l’intérieur]. J’ai organisé quelques mariages de cette façon, notamment dans des parcs, et d’autres mariages en octobre, sous chapiteau avec des chaufferettes ! », dit-elle.

Évènements revus

Évidemment, ceux qui souhaitent se marier prochainement doivent faire preuve de flexibilité. « Les mariés savent qu’il peut y avoir des changements et ne veulent pas reporter leurs noces indéfiniment. Tout dépend s’il y a beaucoup d’invités et s’ils viennent de l’étranger, ça devient plus compliqué, rappelle Maryse Noël. J’ai des mariés qui ont fait la cérémonie l’été dernier en petit comité, et qui organisent la réception l’été prochain ! »

Valérie Bigras souligne que les couples qui ont maintenu leur mariage en 2021 l’ont fait de manière plus intime, avec moins d’invités. Les autres qui tenaient à faire une grande fête avec 200 personnes et qui ne voulaient pas diminuer le nombre de convives ont reporté l’évènement à l’été prochain. Parmi les mariages reportés, elle observe que certains futurs mariés ont eu des bébés, mais qu’aucun couple ne s’est séparé.

Plusieurs d’entre eux ont toutefois vécu des émotions en montagnes russes. « J’ai un peu joué les psychologues, j’ai soutenu certains couples qui étaient déçus. Je suis restée en contact avec eux toute l’année », dit Valérie Bigras, qui tente de relativiser la situation.

Vous savez, un mariage à 50 invités, c’est un très beau mariage aussi. Pas besoin d’en avoir 200, même si je comprends que certains couples veulent conserver ce qui avait été planifié.

Valérie Bigras, organisatrice de mariage

Pour Geneviève Tardif, un mariage doit rester une journée exceptionnelle, même si les plans ont dû être revus. « Un mariage, c’est une fois dans ta vie, c’est important pour Charles et moi. C’est un évènement qui mérite d’être célébré. J’avoue que j’en ai pleuré la première année, j’avais choisi ma robe avec ma mère, les invitations étaient envoyées, le traiteur et le DJ choisis. Ça brise le cœur, car on est tellement excité à organiser cette journée. Sur le coup, j’étais triste, mais aujourd’hui je vois ça de manière très positive », confie-t-elle.

Deux ans plus tard…

Geneviève Tardif et Charles Hamelin ont une petite fille, Violette, née le 23 avril 2020, en pleine pandémie. « Elle aura un peu plus de 2 ans à notre mariage finalement ! », dit Geneviève Tardif.

L’année 2022 est très intense pour le couple de futurs mariés. « Il y a les cinquièmes et derniers Jeux olympiques de Charles, et je réalise un rêve aussi, je vais commenter le ski acrobatique pendant les JO à ICI Radio-Canada Télé. Ce sera très émotif sur tous les plans. Finalement, c’est bien que tout soit déjà organisé depuis deux ans, il nous reste qu’à dire oui ! », lance-t-elle.

PHOTO FOURNIE PAR GENEVIÈVE TARDIF

Charles Hamelin, Geneviève Tardif et leur fille Violette

A-t-elle un conseil à donner aux couples qui ont dû ou doivent reporter leur mariage en raison de la pandémie ? « C’est bien de rester ouvert et de s’adapter ! Soyez positifs, vous serez heureux, peu importe la situation. L’important est de célébrer notre amour, célébrer ce beau moment. »

Geneviève Tardif se dit qu’après ces deux années d’attente, la célébration sera encore plus émouvante. « Ça nous a rendus encore plus forts comme couple ! Nous sommes devenus parents, on a envie d’avoir d’autres enfants, la pandémie ne viendra pas à bout de notre amour. Jamais de la vie ! Et je vais me marier avec un jeune retraité olympique. Ce qui n’était pas le cas il y a deux ans ! »