(Tokyo) Maki Kaji, l’homme qui a popularisé le Sudoku en lui donnant son nom japonais dans les années 1980, est mort à l’âge de 69 ans, a annoncé sa maison d’édition.

Agence France-Presse

« Kaji-san, connu comme l’homme qui a donné son nom au Sudoku, était aimé par les amateurs de puzzles du monde entier », peut-on lire sur le site de la maison d’éditions Nikoli, qu’il a fondée.

Il est mort le 10 août d’un cancer des voies biliaires, peut-on lire dans le communiqué.

Le concept originel du jeu, le Carré latin, a été inventé au XVIII ème siècle, en Europe, par un mathématicien suisse, Leonhard Euler.

Sa version moderne, différente en raison de sa subdivision en neuf carrés de neuf cases, a été découverte au début des années 1980 dans un magazine américain par Maki Kaji, qui l’a alors importée au Japon.

Trouver un nouveau puzzle est « comme trouver un trésor », avait déclaré M. Maki à la BBC en 2007.

C’est lui qui lui a donné son nom japonais Sudoku, contraction de la phrase « les chiffres doivent être seuls », dont les deux caractères chinois peuvent être traduits par « nombres solitaires ».

Le jeu s’est répandu de par le monde lorsque Wayne Gould, un juge retraité de Hong-Kong, amateur de jeux de patience, a décidé en 1997, après avoir découvert le Sudoku au Japon, d’écrire un programme informatique générant des grilles de Sudoku.  

Le joueur de Sudoku doit compléter une grille de 9 sur 9 (81 cases) avec des chiffres allant de 1 à 9 de telle manière qu’aucun n’apparaisse deux fois dans la même ligne, dans la même colonne ou le même sous-carré.