D’ordinaire, c’est autour d’un arbre que la famille et les proches de Mario Camirand se rassemblent pour commémorer sa disparition. Un arbre planté sur une terre familiale en Abitibi, au pied duquel ses cendres ont été disposées, il y a trois ans. Cette année, pas de rassemblement autour de l’arbre. Mais une autre idée a spontanément germé, poussé, et abondamment fleuri dans la famille.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Jacinthe, la veuve de Mario, a creusé des idées pour tout de même organiser un hommage cette année. Quelques jours avant la date anniversaire, le 22 mars, elle a joint sa fille pour solliciter son avis sur un plan. Quelque chose de facile à mettre en œuvre, d’autant que deux groupes familiaux élargis, les Camirand et les Melançon, gravitaient autour du couple. Les recettes les plus simples sont souvent les meilleures, et c’est d’ailleurs celle du hot chicken qui a atterri sur la table. Un plat dont Mario était particulièrement friand.

« Ma mère voulait inviter ceux qui le voulaient à cuisiner cette journée-là un hot chicken ou un repas de poulet, puis à partager une photo dans les différents groupes Facebook de la famille. Elle voulait faire ça de la façon la plus accessible possible. Nous n’avions aucune attente », explique Marie-Maude Camirand, la fille de Jacinthe et de Mario.

Aux petits oignons

Le jour J arrivé, la roue a commencé à tourner : les photos se sont mises à débouler, notification après notification, publication après publication, accompagnées bien sûr d’une pensée pour Mario, emporté à 57 ans par un arrêt cardiaque, alors qu’il ne présentait aucun signe de mauvaise santé.

  • Un petit noyau a suivi l’hommage en direct, pendant que les photos se succédaient sur les différents groupes Facebook familiaux.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    Un petit noyau a suivi l’hommage en direct, pendant que les photos se succédaient sur les différents groupes Facebook familiaux.

  • Les proches se prenaient en photo avec leur repas et publiaient le résultat sur le réseau.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    Les proches se prenaient en photo avec leur repas et publiaient le résultat sur le réseau.

  • Toutes les générations ont participé à la célébration.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    Toutes les générations ont participé à la célébration.

  • Mario est un oncle, un père, un grand-père, mais surtout un homme rassembleur pour beaucoup de ses proches.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    Mario est un oncle, un père, un grand-père, mais surtout un homme rassembleur pour beaucoup de ses proches.

  • La perte d’un membre de la famille est un évènement tragique, mais une commémoration peut aussi devenir un moment de joie et de retrouvailles. Au menu, du poulet, mais aussi des sourires.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    La perte d’un membre de la famille est un évènement tragique, mais une commémoration peut aussi devenir un moment de joie et de retrouvailles. Au menu, du poulet, mais aussi des sourires.

  • Certains enfants goûtaient pour la première fois au plat.

    PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

    Certains enfants goûtaient pour la première fois au plat.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résultat : pas moins de 120 personnes se sont concocté un hot chicken ou un poulet avec frites et petits pois cette journée-là, tout en diffusant photos et messages dans le réseau familial ! Les hommages ont jailli des quatre coins du Québec, et même du sud de l’Ontario, toutes les générations mettant la main à la pâte, y compris de jeunes enfants qui ont pris soin d’écrire le nom de Mario avec des petits pois. Dans le village abitibien de La Sarre, où s’était installé le couple, l’évènement aurait même provoqué une pénurie de poulets cuits en épicerie… Avec un tel groupe à gérer, heureusement que la visioconférence n’a pas été l’option retenue ; même si un petit noyau de proches est resté en contact par vidéo en direct cette journée-là, pour accueillir et commenter le flot de publications, avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance.

On n’avait pas réalisé à quel point ça nous avait fait du bien. Mon père manque à beaucoup de gens, qui ont senti le besoin de se rassembler autour de lui. Il n’y a pas vraiment de mots pour exprimer l’émotion provoquée par tout cet amour-là autour de nous.

Marie-Maude Camirand, fille de Jacinthe et de Mario

Entre distances et valeurs

Paradoxalement, la distanciation imposée ces derniers mois n’a pas eu que des mauvais côtés, permettant même dans ce cas-ci de créer davantage de liens. En effet, Marie-Maude réside à plus de 1000 km de La Sarre, où a été planté l’arbre de son père, et son frère s’est installé dans le Bas-du-Fleuve. Si, les années passées, il a été difficile pour eux de se présenter en personne, cette formule 2021 leur a ouvert les portes à une participation active.

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

Mario Camirand a succombé à une crise cardiaque en 2018. C’était un homme rassembleur, et il le prouve encore, même après sa disparition.

Qu’aurait pensé Mario Camirand de cette étonnante célébration à grand renfort de hot chicken ? Il aurait trouvé ça drôle, pour sûr, pense sa fille. Mais pas seulement. « La valeur la plus importante qu’il nous a transmise, c’est la famille. Et c’était totalement à son image qu’on se rassemble en famille à travers cette activité », souligne-t-elle.

Et encore, les chevaux ont été retenus pour ce coup d’essai. En incluant les cercles d’amis du disparu, il aurait été possible de faire cuisiner du poulet à près de 500 personnes simultanément, estime Marie-Maude. Gestionnaire rassembleur, très impliqué dans les milieux qu’il fréquentait, qu’il s’agisse de sport ou de clubs Optimistes, Mario avait tissé une large toile amicale. « Il a inspiré beaucoup de gens. C’était quelqu’un qui ne parlait pas pour rien, mais avec qui on était capable d’avoir de vraies conversations », se souvient sa fille, qui pense que cette commémoration pourrait bien se perpétuer dans les années à venir. Et parlant d’inspiration, l’idée de cet hommage à saveur originale pourrait bien contaminer d’autres familles québécoises, écartelées par la COVID-19…

Conseils de célébration

Ce genre d’hommage est simple à mettre en place… si on le garde simple. Les familles ont opté pour un plat apprécié du défunt, mais aussi adaptable et facile à cuisiner par le plus grand nombre. Pour l’organisation technique, la simplicité a meilleur goût, pour n’exclure personne. D’ailleurs, difficile d’imaginer une séance Zoom avec une centaine d’invités. « J’ai préféré que ce soit des photos plutôt que des vidéos, parce que c’était moins contraignant et plus facile à partager. Un fil s’est alimenté tout au long de la soirée », recommande Mme Camirand.