Dans la classe de Nancy Bernard, les élèves n’ont pas écrit au père Noël, cette année. Ils ont fabriqué des cartes de Noël pour des aînés qui ont besoin qu’on pense à eux, cette année plus que jamais. La Presse a suivi le parcours des cartes, de la classe de Mme Nancy à une résidence pour personnes âgées présentant des déficits cognitifs.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

L’idée de faire écrire ses élèves à des personnes âgées trottait dans la tête de Nancy Bernard lorsqu’un parent d’élève lui a parlé par hasard de Sarah Dettmers, responsable loisirs et milieux de vie à la résidence Le Faubourg, à Repentigny. Sur Facebook, Sarah venait de lancer un appel à tous en invitant la population à écrire des cartes de Noël à ses résidants, qui présentent tous des déficits cognitifs. Les deux femmes se sont parlé, et le projet de correspondance est né.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Pour établir un premier contact, la résidence Le Faubourg a envoyé aux enfants une vidéo qui présente quelques personnes âgées du centre. Cette petite vidéo a fait naître bien des émotions chez les petits : affection, étonnement, gêne et tristesse, aussi. Certains se sont mis à parler de leurs grands-parents ou de leurs arrière-grands-parents, qui leur manquent. « Ils se sont attachés aux personnes qu’on a vues dans la vidéo », souligne Nancy, qui a pu aborder avec eux la vieillesse, la maladie, la solitude, l’entraide.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Sara-Jade, Oriane et Charlotte étaient bien concentrées au passage de La Presse, la semaine dernière. « Je suis triste pour les personnes âgées qui vivent seules… bien, pas seules, mais avec d’autres personnes âgées, a dit Oriane (au centre). J’espère qu’elles vont passer un beau temps des Fêtes et une joyeuse année. » Charlotte (à droite) a parlé de son arrière-grand-mère de 101 ans qui vit en France et qu’elle appelle « bonne maman ». « Elle est très gentille et elle a une très bonne mémoire », a précisé la fillette.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Après en avoir discuté avec la responsable des loisirs de la résidence, Nancy Bernard a conseillé à ses élèves d’écrire simplement ce qu’ils aiment dans la vie afin d’établir un contact avec les personnes âgées, dont plusieurs souffrent de la maladie d’Alzheimer ou de démence. Léonie, 8 ans, a écrit qu’elle aime aller à la piscine, patiner, danser, manger des pâtes et de la crème glacée à la fraise. « Vous pouvez m’écrire, si vous voulez, a aussi écrit Léonie. Je vous souhaite un joyeux Noël. J’ai hâte de vous voir. »

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Le fait que des personnes âgées passeront Noël loin de leurs proches (des résidants du Faubourg demeurent entourés, mais d’autres moins) bouleverse la petite Naïad. « Quand ils sont tous seuls, sans famille, ça me rend triste », dit-elle. Dans sa jolie carte, Naïad a écrit à sa correspondante inconnue qu’elle la trouve « belle » et « très gentille », en pensant aux résidantes qu’elle a vues dans la vidéo.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

« Je vous trouve très gentil ou gentille, a aussi écrit Rafaël, 7 ans. J’attends de vos nouvelles. » Et les enfants en recevront bientôt, des nouvelles : l’enseignante Nancy Bernard et la responsable des loisirs Sarah Dettmers comptent bien maintenir une correspondance toute l’année, par écrit et par vidéo. Et qui sait, peut-être un jour y aura-t-il un rencontre en personne, l’été prochain, si la situation épidémiologique le permet.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Après avoir laissé les cartes en quarantaine pendant trois jours, Sarah Dettmers les a remises lundi aux résidants. Nous avons pu assister à la distribution de trois cartes, de l’autre côté de la fenêtre. Mireille Daignault — que Sarah surnomme affectueusement « la vedette » de la résidence — a reçu la lettre de Léonie, qu’elle a lue à haute voix, tout sourire. Pendant les minutes qui ont suivi, Mireille a longuement regardé la carte de la fillette, hypnotisée par le joli bricolage.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Jean-Louis Larocque a lu la carte du petit Rafaël. Agenouillée à ses côtés, Sarah Dettmers lui a demandé s’il aimerait répondre par écrit à Rafaël. « Si on peut, oui, et si quelqu’un m’aide », a répondu Jean-Louis, qui est arrivé le mois dernier à la résidence. Pour limiter les risques de propagation de la COVID-19, dont la deuxième vague a jusqu’à maintenant épargné la résidence Le Faubourg, les aînés peuvent recevoir uniquement la visite d’un proche aidant. « J’aimerais voir mes quatre petits-enfants », a confié Jean-Louis.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Raymonde Vincent était émue par les beaux compliments que lui a faits Naïad, dans sa carte. « On va l’afficher dans votre chambre », lui a promis Sarah Dettmers. L’appel à tous que Sarah a fait sur Facebook a trouvé écho bien au-delà de la classe de Nancy Bernard : à ce jour, les résidants ont reçu 1200 cartes de Noël, écrites autant par des proches que par des inconnus. Deux fois par semaine, Sarah Dettmers se déguise en postière et les distribue aux résidants. « J’ai eu des réactions auxquelles je ne m’attendais pas. Il y a eu beaucoup de larmes », relate Sarah, qui rappelle qu’il se fait aussi de bien belles choses dans la résidences pour aînés.