Ils ont inspiré des films, des livres, des chansons et des BD. Les camps de vacances sont fermés cet été ? Voici huit suggestions culturelles pour se (re) plonger dans l’ambiance si particulière des camps.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Moonrise Kingdom

Le septième long métrage de Wes Anderson est planté dans un camp scout installé dans une île au large de la Nouvelle-Angleterre, à l’été 1965. C’est sur cette île que Suzy et Sam, 12 ans, tombent amoureux. La paire décide de s’enfuir et de trouver refuge sur une plage isolée, pour échapper à la troupe scoute qui tente de la rattraper... Ce film, tourné en 2012, réunit une distribution cinq étoiles avec, notamment, Bruce Willis, Frances McDormand, Edward Norton et Bill Murray. Ce film a été acclamé par la critique pour ses images d’une grande beauté, la qualité de sa trame sonore originale et la richesse de son scénario.

Paul a un travail d’été

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS LA PASTÈQUE

Paul a un travail d’été, de Michel Rabagliati, éditions la Pastèque

La bande dessinée qui a propulsé, en 2002, la carrière de Michel Rabagliati se passait dans un camp de vacances de Val-Morin aujourd’hui disparu. C’était l’été 1979. Paul venait de claquer la porte de l’école secondaire et il allait passer l’été à enseigner l’escalade à des jeunes venus de milieux défavorisés. Surtout, il allait vivre en pleine nature, découvrir la camaraderie et connaître ses premiers émois amoureux. Cet été 1979 sera à marquer d’une pierre blanche pour Paul, notamment grâce à Marie, une jeune campeuse malvoyante qu’il prendra sous son aile. Un album d’une troublante vérité : tous les moniteurs de camps s’y reconnaîtront !

Les Intéressants

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS RUE FROMENTIN

Les Intéressants, de Meg Wolitzer, éditions Rue Fromentin

Ils sont cinq : Ethan, Goodman, Ash, Cathy et Jonah. La bande d’adolescents, formée dans la chic colonie de vacances de Spirit-in-the-Wood, près de New York, s’est donné pour surnom Les Intéressants. Julie, une jeune de 16 ans fraîchement débarquée au camp, sera fascinée par ces jeunes bien nés auxquels elle se joindra malgré ses origines modestes. Paru en 2013, ce roman signé Meg Wolitzer suit pendant 40 ans les destins des Intéressants devenus adultes. La vie de chacun, racontée par Julie, se déploie avec comme toile de fond les années 80, depuis la crise du sida jusqu’à la présence républicaine à la Maison-Blanche. Une saga lumineuse.

The Parent Trap (L’attrape-parent)

PHOTO IMDB

Le film The Parent Trap a révélé une jeune actrice du nom de Lindsay Lohan.

Voici un film familial de Disney, léger à souhait, qui, dans sa version de 1998, met en vedette une toute jeune Lindsay Lohan, bien avant qu’elle ne défraie la chronique pour ses excès divers. L’actrice y joue le double rôle d’Annie et d’Hallie, deux jumelles séparées à la naissance à la suite du divorce acrimonieux de leurs parents. Les deux fillettes se retrouvent par hasard au même camp de vacances où leur lien filial saute aux yeux. Les jumelles vont imaginer un stratagème pour recoller les morceaux entre leur père et leur mère. Inspiré d’un roman d’Erich Kästner, cette histoire a fait l’objet de plusieurs adaptations télévisuelles et cinématographiques, dont la première date de 1961.

L’esprit du camp

IMAGE FOURNIE PAR LOUNAK

L’esprit du camp, une bédé signée Michel Falardeau, mise en couleurs par Cab

Une autre bande dessinée québécoise, signée celle-là par Michel Falardeau, trouve son inspiration dans le terreau fertile des camps de vacances. Destiné à un public d’adolescents ou de jeunes adultes, ce diptyque raconte l’histoire d’Élodie, enrôlée de force comme monitrice au camp du Lac à l’Ours pour l’été 1994. Ce qui se dessinait comme un été fichu s’avérera plutôt être une suite d’aventures exaltantes et mystérieuses. La légende, qui veut qu’un esprit hante le camp dans l’espoir d’accomplir une terrible vengeance, serait-elle fondée ? Les deux albums, qui balancent entre le récit adolescent et le conte fantastique, ont séduit à leur parution, en 2017 et en 2018.

Les jolies colonies de vacances

PHOTO BERTRAND GUAY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

L’auteur-compositeur-interprète Pierre Perret

Cette chanson, écrite par Pierre Perret, a soulevé la controverse à sa sortie en 1966. L’auteur-compositeur-interprète français utilise abondamment l’argot pour raconter le séjour pénible d’un enfant de 8 ans dans un camp de vacances de bas étage, situé au milieu des poubelles et où les animateurs sont « ronds comme des queues d’pelles ». La chanson a été censurée par la télévision française pendant six mois, principalement, dit-on, en raison d’un passage où l’enfant dit faire « pipi dans le lavabo ». L’auteur, de son côté, accède à une gloire instantanée et la chanson est aujourd’hui considérée comme un classique !

Friday the 13th (Vendredi 13)

PHOTO IMDB

La distribution de premier opus de Friday the 13th mettait notamment en vedette Kevin Bacon.

Qui dit camp de vacances dit histoires d’horreur, qu’elles soient racontées autour du feu ou qu’elles fassent l’objet de films à haute teneur en hémoglobine. Dans ce dernier cas de figure, Vendredi 13, du réalisateur Sean S. Cunningham, se hisse parmi les grands classiques. Sorti en 1980, le premier film — d’une série de 12 ! — met en vedette un groupe de moniteurs qui tentent de rouvrir un camp abandonné. Seul hic : le camp est maudit depuis la noyade d’un garçon, Jason Voorhees, une vingtaine d’années auparavant. Ce dernier hante le camp, caché derrière un masque blanc devenu légendaire, pour trucider tous ceux qui ont le malheur de croiser sa route. L’esprit de camp à son plus sanglant...

Les vacances du Petit Nicolas

IMAGE FOURNIE PAR IMAV ÉDITIONS

Plusieurs des nouvelles du recueil Les vacances du Petit Nicolas se passent au Camp Bleu.

Le célèbre personnage créé par René Goscinny et dessiné par Sempé a lui aussi eu droit à un séjour en camp de vacances. Dans ce recueil paru en 1962, la « colo » du Camp bleu sert de théâtre à la moitié des nouvelles. Toujours aussi turbulent et distrait, Nicolas va y vivre plusieurs aventures, depuis le départ de la gare jusqu’aux journées d’activités à la Plage-les-Trous en passant par le grand jeu de nuit. Même s’il est loin du milieu urbain où on le trouve d’ordinaire, Nicolas ne perd rien de son sens de la répartie et de son regard aiguisé sur le monde des adultes. Un bonheur de lecture à faire découvrir aux jeunes générations...