Parce qu’il a voulu s’en tenir à son rôle de porte-parole de la fête nationale et qu’il a refusé de répondre aux questions des journalistes sur le racisme systémique au Québec, le comédien Didier Lucien s’est retrouvé malgré lui au cœur d’une tempête vendredi.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Dans le communiqué annonçant les détails du grand spectacle de la fête nationale envoyé jeudi, une note à la toute fin, qui demandait aux médias de ne pas aborder la question raciale avec Didier Lucien – « Cela, même s’il est sensible à ces sujets brûlants d’actualité, cela, par égard pour son mandat auprès de la fête nationale du Québec et dans le but de conserver un message rassembleur, positif et festif » –, s’est retrouvée sur les réseaux sociaux jeudi soir.

Devant les reproches qui ont fusé de toutes parts jeudi et surtout vendredi, autant envers l’organisation de la fête nationale, qu’on accusait d’avoir voulu museler son porte-parole, qu’envers Didier Lucien lui-même, l’agent du comédien a tenu à clarifier la situation vendredi après-midi.

« Il fallait s’y attendre. En mentionnant aux médias qu’il ne désirait pas répondre aux questions sur les nombreuses manifestations et sur le mouvement Black Lives Matter, Didier Lucien se retrouve en pleine controverse », écrit Jocelyn Robitaille sur la page Facebook de son agence.

L’agent de Didier Lucien rappelle que celui-ci a accepté son mandat de porte-parole en janvier, donc bien avant les évènements qui secouent les États-Unis depuis la mort de George Floyd à Minneapolis la semaine dernière, tué par un policier blanc.

L’Organisation de la fête nationale n’a jamais demandé à Didier de se taire sur ce sujet. C’est un choix personnel qui DOIT être respecté. Et pour ceux qui en doutent, sachez que Didier n’est pas indifférent à tout ce qui se passe à l’extérieur. Ça le bouleverse énormément. Pour utiliser une belle analogie de sa part : “Quand on perd un proche, on n’a pas toujours envie d’en parler. Chacun gère sa peine à sa façon.”

Jocelyn Robitaille, agent de Didier Lucien sur la page Facebook de son agence

« Il a pris la décision de laisser ses émotions de côté pour le moment afin de mettre le focus sur son mandat actuel : UNIR les Québécoises et Québécois ! »

Sur Facebook, l’organisation de la fête nationale du Québec a admis que « le mémo était maladroit », mais confirme que c’est « à la demande du porte-parole, approuvé par celui-ci et son agent, qu’il a été émis à l’attention des médias. La fête nationale soutient son porte-parole dans ce contexte ».