(Madrid) Privés de paris sportifs faute de compétitions pendant le confinement, les joueurs espagnols se reportent en masse sur le poker en ligne ou d’autres jeux pouvant potentiellement créer une dépendance, pour lesquels le gouvernement a interdit mercredi la quasi-totalité des publicités.

Agence France-Presse

« Comme il n’y a pas de compétitions sportives, les paris liés à ce type d’évènement ont diminué de façon extraordinaire, mais la consommation d’autres types de jeux en ligne a augmenté, comme le casino, le poker », a expliqué le ministre de la Consommation Alberto Garzon.

« C’est une situation explosive qui peut dévier vers un problème pathologique pour certains groupes sociaux », s’est alarmé le ministre affilié au parti de gauche radicale Podemos.

C’est pourquoi « nous avons adopté l’interdiction des jeux de hasard et des paris dans tous les spots publicitaires, sauf de une à cinq heures du matin », a-t-il annoncé.

Dans le deuxième pays le plus endeuillé par la COVID-19, le strict confinement suivi depuis mi-mars par près de 47 millions d’Espagnols « mène dans la majorité des cas à une consommation croissante de la télévision, et à une hausse croissante des effets de la publicité », a-t-il précisé.

Entré au sein du gouvernement socialiste en janvier, Podemos a fait de la lutte contre les jeux de hasard son cheval de bataille.

Alberto Garzon avait déjà présenté fin février un projet de loi visant à « interdire 80 % des publicités actuelles » pour les paris en ligne et les salles de jeux qui se sont multipliées ces dernières années, portés par le football, sport-roi en Espagne.

Sont notamment visées les annonces mettant en scène des vedettes du football comme Luka Modric ou Eden Hazard du Real Madrid, à l’affiche de la publicité de la société de paris Codere.

Ce texte entend aussi limiter les crédits accordés par les sociétés de paris aux joueurs.