Le photographe Alexandre Champagne a annoncé lundi soir sur son compte Instagram qu’il fermait son studio de photographie Champagne Studio et qu’il mettait sur pied une fondation : le Centre pour l’intelligence émotionnelle en ligne (CIEL).

Jean Siag Jean Siag
La Presse

L’ex de Marilou, avec qui il a cofondé l’entreprise 3 fois par jour, a expliqué vouloir mieux outiller les adolescents dans leur utilisation des réseaux sociaux.

« Après une année et demie de réflexion et plusieurs années de remises en question, j’ai décidé de me lancer et de mettre sur pied ma propre fondation @ici.le.ciel, qui a pour mission d’éliminer le fardeau psychologique lié à l’utilisation des médias sociaux  », a-t-il écrit à ses quelque 120 000 abonnés sur Instagram.

Joint par La Presse mardi, Alexandre Champagne s’est dit préoccupé par le niveau de stress chez les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux, qui passent de plus en plus de temps devant leurs écrans.

«  Les jeunes ont peur de ne pas être entendus ou considérés, nous dit Alexandre Champagne. Ils ont un besoin de validation qui les poussent à avoir de plus en plus de likes, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais c’est souvent futile. Il faut leur expliquer que c’est l’intention qui est importante. Plus tu précises tes intentions, plus tu éveilles ta conscience à des enjeux, plus tu peux avoir de l’impact autour de toi.  »

Malheureusement, dans bien des cas, il n’y a aucune intention, déplore-t-il. Juste le désir d’attirer l’attention sur soi, par tous les moyens possibles, souvent pour les mauvaises raisons.

«  Il y a une détresse de plus en plus grande chez les jeunes, note le photographe, qui a lui-même vaincu une dépendance aux jeux vidéo à l’adolescence. À l’extrême, on parle des cas de suicide, qui augmentent de façon importante chez les adolescents depuis 2015. Même si on ne peut pas faire de lien direct avec l’utilisation des réseaux sociaux, clairement, ça n’aide pas.  »

Conférences et formations

CIEL sera donc un «  observatoire  » ou un « centre d’éducation  » qui colligera des informations et qui approfondira ces questions. L’organisme à but non lucratif se financera grâce à des conférences et à des formations qui seront données dans des écoles secondaires ou en milieu d’entreprise, par des spécialistes, des enseignants et des jeunes. Des bourses seront également offertes pour financer des initiatives positives.

Quand il parle d’«  intelligence émotionnelle  », Alexandre Champagne fait référence à notre «  capacité à comprendre pourquoi on réagit de telle ou telle manière face à certaines situations  ». «  Ce sont des connaissances qu’on ne peut pas trouver dans les livres, contrairement à l’intelligence matérielle. Ces connaissances-là, on en a besoin sur les réseaux sociaux.  »

Alexandre Champagne, qui s’est servi des réseaux sociaux à sa sortie de l’École nationale de l’humour pour une série web ou encore avec Marilou dans 3 fois par jour, veut parler aux jeunes de l’effet positif qu’ils peuvent avoir.

«  Je leur dis par exemple : j’ai consulté des spécialistes des réseaux sociaux, et voici la liste des raisons pour lesquelles c’est important d’avoir beaucoup de gens qui nous suivent. Et je leur remets une page blanche…  »

Parce que ce n’est pas important, ça ne sert à rien. Si tu es connu, c’est l’fun si c’est la conséquence de quelque chose que tu fais bien, mais ça ne doit jamais être un objectif.

Alexandre Champagne

Pas question pour Alexandre Champagne d’être une ressource d’aide directe aux jeunes ou à leurs familles. Il a plutôt l’intention de travailler avec des organismes qui, eux, pourront intervenir auprès d’eux. D’ici au mois de mars 2020, Alexandre Champagne mettra sur pied une petite équipe et précisera l’ensemble des mesures qu’il mettra en place.

D’ici à ce qu’il se trouve des partenaires, Alexandre Champagne financera seul les activités du CIEL, qui compte déjà plus de 12 000 membres sur Instagram.

«  J’ai eu la chance d’avoir eu beaucoup de succès avec 3 fois par jour, j’ai vendu toutes mes parts à Marilou, j’ai placé mes sous et j’ai beaucoup réduit mon train de vie. Je vais me verser un salaire symbolique et je vais continuer à donner des ateliers de photographie, mais je n’ai plus l’intention de faire de la photo pour gagner ma vie. Je vais mettre toutes mes énergies dans ce projet.  »

Consultez la page d’Alexandre Champagne

Consultez le compte du CIEL