Les visiteurs du Jardin botanique de Montréal peuvent désormais observer et mieux comprendre le fonctionnement de marais épurateurs, un système de bassins filtrants qui permet de purifier l’eau du Jardin aquatique de ses éléments indésirables.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

L’eau ainsi nettoyée est retournée aux bassins de collections et aux plates-bandes de plantes ornementales.

Les marais épurateurs sont la première station d’un total de sept à être inaugurée dans le cadre du Parcours des phytotechnologies, projet réalisé par la Ville de Montréal et la Fondation Espace pour la vie afin de mettre en valeur des solutions propres et efficaces, basées sur l’utilisation de plantes vivantes, pour réduire la pollution de l’eau, des sols, de l’air et le bruit.

L’une des stations visera notamment à réduire l’effet d’îlot de chaleur produit par le stationnement du Jardin botanique.

Ce projet de 14,5 millions de dollars devrait être achevé en 2024.