En plus d’entrer dans l’histoire de l’humanité, la conquête de la Lune, survenue le dimanche 20 juillet 1969, s’est aussi inscrite dans la culture populaire, où elle s’est déclinée de plusieurs façons. En voici quelques exemples.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Cinéma : First Man

Il aura fallu attendre 49 ans après la conquête de la Lune pour qu’un grand film biographique, First Man de Damien Chazelle, soit consacré à Neil Armstrong. Mettant en vedette Ryan Gosling, le film est une adaptation de la biographie signée James R. Hansen. Une des scènes, dans laquelle Armstrong jette dans un cratère un bracelet de sa fille Karen, morte en bas âge en 1962, a suscité des questions sur son authenticité. Le consensus des experts indique que ce passage n’a pas existé. Par ailleurs, notons qu’au cinéma, Armstrong a prêté deux fois sa voix à des personnages, soit celui d’Orville Wright dans Kitty Hawk : The Wright Brothers’ Journey of Invention et du Dr. Jack Morrow dans Quantum Quest : A Cassini Space Odyssey.

Cinéma : Frisson des collines

Le film Frisson des collines

Le scénario de ce sympathique film québécois de Richard Roy réussit à évoquer à la fois la conquête de la Lune et le festival de Woodstock, deux événements marquants de l’été 1969. À la suite de la mort de son père, le jeune Frisson (Antoine Olivier Pilon) se met en tête d’aller à Woodstock pour rencontrer Jimi Hendrix. Il y parviendra grâce à l’aide du motard Tom Faucher (Guillaume Lemay-Thivierge) et de son enseignante Hélène Paradis (Evelyne Brochu), dont il est amoureux. Au moins deux fois durant le film, on évoque les événements du 20 juillet 1969. 

Photographie : pied, drapeau, reflet

PHOTO NEIL ARMSTRONG, FOURNIE PAR LA NASA

Buzz Aldrin saluant le drapeau américain durant la marche historique d’Apollo 11

Neil Armstrong et Buzz Aldrin n’étaient pas photographes de profession, mais, sans tambour ni trompette, plusieurs de leurs photos prises sur la Lune sont devenues aussi célèbres que celles de Robert Capa, Robert Doisneau ou Annie Leibovitz. La photo de Buzz Aldrin debout et saluant le drapeau des États-Unis a fait le tour du monde. Tout comme celle du plan rapproché d’Aldrin où l’on voit le scaphandre d’Armstrong se reflétant dans le casque. Quant à la photographie de la trace de pas d’Aldrin, elle aurait été prise par ce dernier.

Sculpture : Tranquillity Park, Houston, Texas

PHOTO TIRÉE DU SITE DE LA VILLE DE HOUSTON

Une réplique moulée du pied d’Aldrin fait partie du parc de la Tranquillité (Tranquillity Park), ouvert en 1979 dans le centre-ville de Houston afin de marquer le 10e anniversaire de la conquête lunaire.

Parlant de cette photo du pied d’Aldrin, une réplique moulée de celui-ci fait partie du parc de la Tranquillité (Tranquillity Park), ouvert en 1979 dans le centre-ville de Houston afin de marquer le 10e anniversaire de la conquête lunaire. On y trouve aussi une grande plaque où la célèbre phrase de Neil Armstrong, « Houston, Tranquillity Base here. The Eagle has landed », est écrite en 15 langues. Malheureusement, le parc ne semble pas avoir la cote chez les utilisateurs du site de voyage TripAdvisor (version France), où la moyenne des notes attribuées à cette attraction est de 2,5 sur 5. Comme disait l’autre : Houston, on a un problème… 

Musique : Spotify 

Dans le documentaire Apollo 11 que CNN a produit et lancé au festival de Sundance, on entend très clairement la mélodie de la pièce Mother Country de John Stewart, une chanson sortie quelques mois avant la mission. Sa présence n’est pas fortuite. Car comme à peu près tous ceux qui partent pour un long voyage, les astronautes du programme Apollo apportaient de la musique. Dans leur cas, elle fut enregistrée sur un appareil Sony TC-50, genre d’ancêtre du walkman. C’est Buzz Aldrin qui avait choisi cette pièce et plusieurs autres, dont People de Barbra Streisand et Three O’Clock in the Morning de Lou Rawls. On trouve d’ailleurs l’Apollo 11 Playlist sur Spotify.

Articles de collection : Amazon

PHOTO TIRÉE DE L'INTERNET

Un t-shirt pour souligner Apollo 11

Vous êtes collectionneur ? Vous cherchez des souvenirs d’Apollo 11 ? Précipitez-vous sur le site d’Amazon ! Le géant du commerce en ligne regorge de DVD, livres, chandails, casquettes et autres objets associés au programme Apollo en général et à Apollo 11 en particulier. Plusieurs des articles proposés soulignent le 50e anniversaire de l’événement. Outre les catégories d’objets déjà nommées, on y trouve des modèles réduits, tasses, affiches, écussons, timbres et même… des chaussettes !

Chanson : Good Luck Mr. Gorsky

Juste avant de remonter dans le module lunaire, Neil Armstrong aurait lancé : « Good Luck, Mr. Gorsky », faisant ainsi un clin d’œil à un voisin d’enfance. Selon la légende (car c’en est une !), Armstrong aurait, dans sa jeunesse, entendu ce voisin demander à son épouse une fellation, ce à quoi celle-ci aurait répondu : « Quand le gamin d’à côté ira sur la Lune. » Non seulement Armstrong a nié l’histoire, mais en plus la NASA a inclus une note la réfutant dans la transcription des conversations d’Apollo 11 mise en ligne.

Sur son album The It Girl sorti en 1996, le groupe britannique Sleeper a une chanson intitulée Good Luck Mr. Gorsky.