Le mystère entourant l’Area 51 fascine les Terriens depuis des décennies. Voilà que l’endroit connaît un regain de popularité en raison d’un évènement Facebook devenu viral qui invite les gens à envahir, le 20 septembre prochain, la base militaire « secrète » du Nevada dans l’espoir d’y découvrir des traces de vie extraterrestre. Plus de 1,5 million de personnes disent compter participer à l’évènement. Explications.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

L’ÉVÈNEMENT

Un évènement Facebook intitulé « Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us », soit « Prenons d’assaut la Zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter », remporte beaucoup de popularité ces deniers jours sur l’internet. Hier, plus de 1,5 million de personnes disaient participer à l’évènement prévu le 20 septembre prochain, et 1,2 million se disaient intéressées. L’organisateur explique dans une publication épinglée sa vision de la chose : « On va tous se rassembler à l’Area 51 Alien Center », attraction touristique située à plus de 60 km de la Zone 51, « et on va coordonner notre entrée » sur la base.

« Si on court à la Naruto [héros d’une série japonaise de dessins animés qui a la particularité de courir très vite les bras étendus vers l’arrière], on peut bouger plus vite que leurs balles. Allons voir les extraterrestres ! », ajoute le dénommé Jackson Barnes, qui a par la suite précisé que c’était une vaste plaisanterie.

Les dizaines de milliers de commentaires sur la page de l’évènement sont pour la plupart humoristiques et les mèmes (sous forme d’images humoristiques) se multiplient.

DU COMPLOT À LA VIRALITÉ

Les éléments sont réunis pour faire dire à Gabriel Tremblay-Gaudette, sémiologue et chercheur en culture numérique, qu’il ne fait aucun doute que l’évènement est en soi une grande plaisanterie devenue virale. « Le facteur qui revient souvent [dans le domaine viral], c’est l’humour et la parodie. Couplé à ça, il y a le fait que sur l’internet, on a souvent des phénomènes viraux qui viennent parodier et dénoncer par l’absurde certains phénomènes », explique-t-il.

PHOTO FREDERIC J. BROWN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Plus de 1,5 million de personnes disent vouloir se rendre le 20 septembre prochain dans la Zone 51.

« Area 51, c’est un lieu de conspiration avec les extraterrestres, etc. Et on peut continuer d’y projeter tous nos fantasmes, parce qu’on ne peut pas y entrer, poursuit le chercheur. Et là, cet évènement dit : on va y aller. Mais pour y aller, on va utiliser une stratégie aussi illogique que les arguments des adhérents aux théories du complot, c’est-à-dire qu’on va foncer dans le tas, on va courir comme Naturo, on va lancer des pierres… Évidemment, ça ne fait pas le poids contre les installations militaires. »

LE MYSTÈRE DE LA ZONE 51

La Zone 51 (Area 51, en anglais) est une base ultrasecrète de l’US Air Force située dans le désert du Nevada. Si secrète que son existence même n’a été reconnue par la CIA qu’en 2013, lorsque l’agence de renseignement a déclassifié des documents sur l’avion-espion U2. Le mystère qui entoure la Zone 51 en a fait un sujet de choix pour les théories du complot relatives aux extraterrestres. La base est même apparue dans des séries comme The X-Files et dans le film à grand déploiement Independence Day.

IMAGE ARCHIVES IMDB

Image tirée du film Independence Day

« Il y a eu beaucoup de témoignages de gens qui ont rapporté avoir vu des choses étranges voler dans le ciel. Donc, il y a toutes sortes de mythes et de légendes autour de ce lieu-là, mais il n’y a pas d’explications réelles », avance Jean-Charles Moyen, directeur adjoint de MUFON Québec, filiale du réseau d’enquête et de recherche international du phénomène ovni MUFON (Mutual UFO Network).

OPÉRATION RISQUÉE

Même s’il s’agit d’une plaisanterie à l’engouement inattendu, le fait est que certaines personnes risquent de s’y rendre quand même, au péril de leur sécurité. « Dans les commentaires, il y en a un justement qui disait : “Gang, sérieusement, ça ne fonctionnera pas, votre affaire.” Il y a des gens qui s’inquiètent réellement, qui ne sont pas conscients de la parodie », expose Gabriel Tremblay-Gaudette.

MUFON Québec « ne cautionne pas le fait d’aller là-bas », déclare Jean-Charles Moyen, qui met en garde ceux qui seraient tentés d’explorer cette partie du désert le 20 septembre prochain. « Il y a des gens qui vont aller là-bas, c’est sûr : des curieux, des badauds, des show-off… Mais ils ne trouveront pas d’ovnis. […] C’est très risqué, s’approcher d’une base militaire où il y a des secrets d’État. Tu ne vas pas fouiner là. Et puis, si quelque chose avait été caché là-bas, je pense qu’ils seraient assez intelligents pour l’avoir déménagé ailleurs », croit-il. 

« Les Américains ont la gâchette facile. Entre le folklore de dire qu’on veut y aller et s’y rendre, il y a une grande limite », souligne-t-il.

PHOTO DANIEL HUGHES, ARCHIVES REUTERS

L’US Air Force décourage « toute personne qui essaierait d’entrer dans cette zone ».

L’ARMÉE S’EN MÊLE

Dans une publication sur la page Facebook, l’un des « organisateurs », prudent, a publié un texte dans lequel il se dégage de toute responsabilité. « P.-S. Allô, le gouvernement américain, c’est une plaisanterie, et je n’ai pas vraiment l’intention d’appliquer ce plan », a écrit Jackson Barnes. « J’ai juste pensé que ce serait amusant » de lancer l’idée.

L’US Air Force, toutefois, n’entend pas à rire. Elle a déclaré au Washington Post que la Zone 51 était « un terrain d’entraînement pour l’US Air Force, et nous découragerons toute personne qui essaierait d’entrer dans cette zone où nous entraînons des forces armées américaines ». « L’US Air Force est toujours prête à protéger l’Amérique et ses actifs », a-t-elle prévenu. — Avec l’Agence France-Presse