Source ID:; App Source:

Pour la planète, manger local ou végé?

Un nouveau rapport conclut, une fois de plus, que pour le bien-être de la... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Un nouveau rapport conclut, une fois de plus, que pour le bien-être de la planète, mieux vaut manger moins de viande que de multiplier les produits locaux.

«C'est peut-être inévitable que les consommateurs que nous sommes s'intéressent autant au concept de kilométrage alimentaire puisque c'est la dernière étape avant que les aliments arrivent jusqu'à notre assiette», écrit Sarah DeWeerdt dans son rapport présenté la semaine dernière au Worldwatch Institute. L'auteure ne veut pas diminuer la pertinence de l'achat local. Pour un produit identique, oui, l'acheter d'un producteur du coin est un bon calcul car on élimine une partie du transport polluant.

Or, calculer l'empreinte d'un aliment est beaucoup plus complexe, dit-elle. D'abord, en ne calculant que le kilométrage, on fait déjà l'erreur de ne pas s'intéresser au moyen de transport. Et le train est beaucoup moins polluant dans le transport de marchandise qu'un camion qui prend la route, remarque Sarah DeWeerdt, qui a fait une révision de la littérature existante à ce sujet. Le transport de l'aliment, toutefois, ne compte que pour 10% environ, des émissions de gaz à effet de serre, si l'on considère tout le cycle de production. Les gens qui font leurs choix alimentaires en fonction de l'environnement doivent davantage s'intéresser au contenu de l'assiette, puisque 83% des émissions de gaz sont faites avant que l'aliment ne quitte la ferme. Et dans le cas du bétail, cela pèse beaucoup. L'auteure américaine cite une étude de 2008 de l'Université Carnegie Mellon qui avait calculé que remplacer sa viande rouge et ses produits laitiers une seule fois dans la semaine par de la volaille, du poisson ou des oeufs est comme enlever plus de 1200 kilomètres au compteur de la voiture. Les remplacer par des fruits et légumes? L'équivalent de 1866 kilomètre de moins derrière le volant. Mais rien n'empêche de remplacer le hamburger au fromage par des fruits, légumes ou de la volaille locale. Le meilleur des deux mondes, pour la planète.




Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer