Oscar le chat a sans doute perdu l'une de ses neuf vies, mais il y aura gagné l'occasion de devenir le premier félin bionique au monde, équipé de prothèses de pattes arrière en métal, implantées à même l'os.

Maria Cheng ASSOCIATED PRESS

Le chat noir aux yeux verts, alors âgé de deux ans et demi, paressait dans l'herbe en octobre dernier quand ses pattes arrière ont été sectionnées par une moissonneuse-batteuse.

Le vétérinaire a envoyé ses maîtres, Kate et Mike Nolan, chez le docteur Noel Fitzpatrick, chirurgien en neurologie orthopédique, qui a présenté vendredi cette intervention présentée comme une première médicale.

Il s'est associé avec des experts en ingénierie biomédicale pour concocter deux nouvelles pattes sur mesure à Oscar: les implants de métal se terminent par deux extrémités articulées et équipées de coussinets, qui reproduisent de leur mieux la souplesse de la démarche si particulière des félins et, chic extrême, sont noirs comme le poil du chat...

L'extrémité métallique de chaque patte a été visée à même l'os au niveau du moignon, amputé au niveau des chevilles, et recouverte d'un produit qui aide les cellules osseuses à se reconstituer autour. La peau du chat a repoussé par dessus, formant comme un manchon naturel qui évite les infections, explique le docteur Fitzpatrick.

«Cela lui donne une démarche normale, et Oscar peut maintenant courir et sauter partout comme un chat doit faire», ajoute-t-il.

Il n'aura fallu que quatre mois de rééducation pour qu'Oscar retrottine à nouveau sur ses quatre pattes, presque comme si de rien n'était.

«C'est vraiment un sacré veinard de chat», a estimé Mark Johnston, porte-parole de l'Association vétérinaire de Grande-Bretagne. «Fabriquer des membres artificiels pour un chat est une solution novatrice». Et de noter que si la planète compte bon nombre de chats et chiens «parfaitement heureux» de cavaler sur trois pattes, les animaux ayant perdu deux pattes ne s'en sortent habituellement pas aussi bien.

Si les chiens gèrent à peu près des espèces de «chaises roulantes» pour remplacer leurs pattes arrière, les chats ne s'adaptent pas vraiment: «Si un chat a deux pattes endommagées, c'est très dur de l'aider à continuer. En général, nous euthanasions les chats dans cette situation», a ajouté le docteur Johnston. Tout en disant douter que cette nouvelle technique puisse être généralisée en raison de son coût.

Gordon Blunn, responsable de l'unité d'ingéniérie biomédicale de l'University College de Londres, qui a dirigé l'équipe ayant fabriqué les pattes d'Oscar, précise qu'elles ont coûté environ 2000 livres (3126 dollars canadiens). Sans compter l'intervention chirurgicale.

L'année à venir sera cruciale pour Oscar, note Mark Johnston: le chat devra être suivi de près pour s'assurer que les prothèses fonctionnement correctement, qu'il n'y a ni plaies ni infection. «Ca ne durera peut-être pas toujours, mais donner au chat quelques années de mobilité sans douleur, ça en vaut sans doute la peine», ajoute-t-il.