Source ID:; App Source:

Antidépresseurs et grossesse: pas d'anomalies congénitales

.... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

.

Photo: Archives La Presse

Les antidépresseurs ne provoquent pas d'anomalies congénitales, selon une nouvelle étude torontoise. La crainte que les femmes enceintes qui prennent ce type de médicaments n'accouchent de bébés ayant des malformations avait poussé les autorités médicales américaines et canadiennes à restreindre leur usage en 2005.

«Quand vous allez sur Google, vous trouvez des milliers de sites qui font peur aux femmes enceintes prenant des antidépresseurs, explique l'auteure principale de l'étude, Adrienne Einarson de l'hôpital Sick Kids à Toronto. Les autorités médicales ont été trop hâtives en déconseillant cette utilisation. Les études étaient petites et préliminaires.»

L'étude de Mme Einarson, publiée dans la Revue canadienne de psychiatrie, est la plus importante à ce jour. Elle comporte presque 2000 participantes, et est prospective, c'est-à-dire que les cobayes ont été recrutés au début de la grossesse, et suivis par la suite. Les études prospectives sont plus probantes que les études rétrospectives, qui partent avec des cas de malformations et fouillent dans les dossiers médicaux des mères pour savoir ce qu'elles prenaient durant la grossesse.

Cela dit, comme l'étude de la professeure de sciences infirmières regroupait 10 sortes d'antidépresseurs, elle ne peut pas exclure que certaines catégories soient plus néfastes que d'autres. «En traitant les antidépresseurs comme un seul groupe, on peut être certain que le risque d'anomalie est certainement plus bas que deux. Mais pour chaque antidépresseur, il pourrait en théorie y avoir un risque cinq ou six fois plus élevé que nous n'avons pas pu mesurer faute d'avoir assez de participantes.»

Car, même si les données de l'étude montrent qu'il n'y a aucun risque, certaines anomalies sont tellement rares qu'il faut des milliers de patientes pour conclure hors de tout doute au point de vue statistique. Mme Einarson juge cependant que son étude est suffisante pour écarter le risque d'anomalie congénitale.

Les antidépresseurs ne sont pas pour autant sans dangers. L'infirmière torontoise va publier en mai, à partir du même échantillon, une étude sur les fausses couches montrant que les antidépresseurs ont un impact. «Les antidépresseurs sont des molécules puissantes, dit-elle. Il faut vraiment être certain que les patientes en ont besoin avant de décider que les bénéfices dépassent les désavantages.»

L'étude portait seulement sur le premier trimestre parce que c'est là que les organes sont formés, et que les risques d'anomalies congénitales sont les plus importants. Les mères ont été recrutées par le truchement du programme MotherRisk, qui permet aux femmes enceintes de s'informer de la toxicité des médicaments qu'elles prennent. La moitié des participantes à l'étude prenaient d'autres médicaments que les antidépresseurs, par exemple de l'aspirine.

Dans l'étude, Mme Einarson et d'autres coauteurs mentionnent avoir reçu du financement de compagnies pharmaceutiques par le passé. Mais elle assure que cela n'a eu aucun impact sur le traitement des données.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer