Source ID:0aa1ca7cb965388db1e078c12faf0fbe; App Source:StoryBuilder

Un scientifique de Vancouver s'inquiète des «fausses informations»

« Nous avons des groupes qui ne comprennent peut-être... (PHOTO DARRYL DYCK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

« Nous avons des groupes qui ne comprennent peut-être pas la science, mais ils entendent un petit bout de science qui correspond à leur propre idée et ils s'en emparent », souligne Andrew Trites, qui supervise l'unité des mammifères marins de l'Université de Colombie-Britannique.

PHOTO DARRYL DYCK, LA PRESSE CANADIENNE

AMY SMART
La Presse Canadienne
Vancouver

Un scientifique spécialisé dans les mammifères marins à Vancouver croit que son travail a été mal expliqué en ligne, si bien qu'il en est venu à se demander s'il devrait continuer à parler aux médias à l'ère des « fausses informations ».

« Nous avons des groupes qui ne comprennent peut-être pas la science, mais ils entendent un petit bout de science qui correspond à leur propre idée et ils s'en emparent », souligne Andrew Trites, qui supervise l'unité des mammifères marins de l'Université de Colombie-Britannique.

« La vérité n'a pas autant d'importance que d'entendre quelque chose qui peut soutenir votre cause. »

M. Trites raconte qu'un groupe militant de l'État de Washington appelé Save Family Farming a récemment publié un article accompagné d'une diapositive tirée d'une présentation qu'il avait faite sur des épaulards menacés d'extinction.

On y voyait un graphique qui, présenté sans contexte, pouvait facilement être mal interprété, puisque beaucoup de gens regardent seulement les titres et les éléments visuels sans lire l'histoire ou le contexte.

« L'image est très puissante », note-t-il.

David Shiffman, biologiste marin à l'Université Simon Fraser, dit avoir entendu de nombreux collègues se plaindre de la représentation scientifique de la science dans les médias et il est convaincu qu'offrir aux scientifiques une formation de base sur les médias pourrait aider à résoudre le problème.

« Quand ils m'expliquent la situation et me racontent ce qui s'est passé exactement, [je me rends compte que] cela aurait pu être évité s'ils avaient été un peu plus familiers avec les pratiques médiatiques courantes et avec les différences de culture entre journalistes et scientifiques », soutient-il.

M. Shiffman fait actuellement une étude dans laquelle il analyse les médias et le discours, et il croit que la situation ne s'améliore pas.

Avec le déclin du journalisme spécialisé en sciences, M. Shiffman croit que les scientifiques ne peuvent pas tenir pour acquis qu'ils parlent à quelqu'un qui a une formation scientifique.

« Ce que nous pouvons faire, c'est mieux familiariser les scientifiques avec la manière de communiquer efficacement leurs résultats aux journalistes et encourager les médias à continuer d'embaucher et de fidéliser des journalistes spécialisés qui ont les connaissances nécessaires », offre-t-il.

Thomas Sisk, professeur de science et de politique de l'environnement à la Northern Arizona University, a également étudié la question.

Au-delà de la couverture médiatique, il estime que la science n'obtient pas l'attention qu'elle devrait avoir dans les décisions politiques.

« Je vois une sorte de désespoir créé par le manque d'attention accordée à la science en général et par le manque d'attention lorsque la science a vraiment quelque chose à offrir en termes de politique », avance-t-il.

À titre d'exemple, il s'est dit surpris d'avoir entendu le premier ministre Justin Trudeau dire que la décision du gouvernement de soutenir le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain était fondée sur « un débat rigoureux sur la science et sur les preuves ».

M. Sisk dit avoir soumis au bureau de M. Trudeau une recherche évaluée par des pairs sur les impacts potentiels des sables bitumineux sur le milieu marin et qu'il n'a jamais eu de retour. Un journaliste a ensuite partagé des documents obtenus dans le cadre d'une demande d'accès à l'information montrant que son travail avait fait l'objet de discussions entre des responsables de Ressources naturelles Canada.

« Cela me semblait clairement indiquer que notre travail avait été reçu, examiné, distribué au sein du gouvernement et que leurs réponses étaient essentiellement de savoir comment ils allaient le contrer plutôt que d'en tenir compte », constate-t-il.

Vanessa Adams, attachée de presse du ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, n'a pas répondu directement aux questions concernant les commentaires de M. Sisk.

« Notre gouvernement a clairement indiqué que nos décisions en matière de projets seraient fondées sur la science, les preuves et les connaissances traditionnelles des peuples autochtones, et que les points de vue du public et des communautés touchées seront sollicités et pris en compte », a déclaré Mme Adams dans un communiqué.

M. Sisk ne s'attend pas à ce que des décisions soient prises uniquement sur des bases scientifiques, car les valeurs doivent également être considérées. Mais il espère que les travaux scientifiques évalués par des pairs directement liés à une question d'importance publique pourront au moins bénéficier d'une évaluation impartiale.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer