Source ID:; App Source:

Le mystère du virage s'éclaircit chez les animaux volants

Une chauve-souris... (Photo fournie par: U.S. Fish and Wildlife Service)

Agrandir

Une chauve-souris

Photo fournie par: U.S. Fish and Wildlife Service

Randolph Schmidt
Associated Press
Washington

Comment volent les oiseaux et autres insectes? Les scientifiques viennent de percer une partie du mystère, grâce à une découverte sur la manière dont ces animaux reprennent leur trajectoire après avoir effectué un virage.

Quand les oiseaux, mais aussi les chauve-souris et les insectes tournent en vol, tout ce qu'ils ont à faire, c'est de battre des ailes normalement et la trajectoire redevient rectiligne. Cette découverte constitue une surprise pour les chercheurs, qui pensaient que la manoeuvre se décomposait en plusieurs étapes. L'étude vient d'être récemment publiée dans la revue Science.

Le directeur de recherche Tyson Hedrick, de l'université de Caroline du Nord, compare ce mouvement à celui de quelqu'un assis sur une chaise de bureau, et se tournant vers la gauche. Un processus en trois étapes: lancer le mouvement d'un pied, tourner et le stopper de l'autre pied.

Pour les animaux qui volent, le mouvement est plus simple et se déroule en une seule étape, explique-t-il.

«Nous ne pensions pas que les choses allaient se dégager aussi nettement», a souligné Tyson Hedrick, précisant que ce constat était le même quelle que soit la taille des animaux, de la drosophile au cacatoès. «C'est plutôt inhabituel» de trouver une même règle régissant six ordres animaux avec des tailles aussi différentes, a-t-il indiqué.

Toutefois, cette étude se concentre sur un seul type de manoeuvre, un virage à droite ou à gauche. Il existe aussi des mouvements de piqué, de cabrage, d'inclinaison vers la droite ou la gauche. «Nous avons simplement choisi le virage le plus basique qu'on puisse imaginer afin de pouvoir faire des comparaisons», a argumenté Tyson Hedrick. Les choses se compliquent avec des manoeuvres plus complexes «et c'est clairement la prochaine étape», a-t-il poursuivi. Selon lui, cette découverte devrait contribuer à développer des robots volants.

«Maintenant que la technologie a suffisamment progressé pour que des mesures détaillées des mouvements de battements d'ailes deviennent réalisables, tout un monde de recherches comparatives s'ouvre», estime Bret Tobalske, de l'université du Montana, commentant l'article.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer