Le lanceur lourd européen Ariane 5, d'une masse de 780 tonnes au décollage, a placé sur orbite deux satellites de télécommunications, Horizons, 3e pour Intelsat et son partenaire SKY Perfect JSAT Corporation, et Azerspace-2/Intelsat 38 pour Azercosmos et Intelsat, a annoncé Arianespace dans un communiqué.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le lanceur s'est arraché pour la 100e fois du sol guyanais mardi à la fin de la fenêtre de tir possible depuis le centre spatial de Kourou, en Guyane française, a constaté l'AFP. Il s'est élevé verticalement environ 13 secondes, traversant la nuit guyanaise, avant de s'orienter vers l'est.

La fusée devait initialement partir plusieurs minutes plus tôt, mais un signal rouge avait interrompu la chronologie 1 minute et 34 secondes avant la fin du décompte. La chronologie avait ensuite repris à H moins 7 minutes à 19 h 31 locales ( 18 h 31 mercredi à Montréal), la fenêtre de tir étant de 45 minutes.

Un peu plus de 28 minutes après son décollage, la fusée s'est séparée du satellite Horizons 3e, qui complétera le réseau d'Intelsat et permettra de fournir des services haut débit de nouvelle génération dans la région Asie-Pacifique ainsi qu'une couverture plus large de l'océan Pacifique.

La mise en orbite du satellite Azerspace-2/Intelsat 38 a été effectuée 42 minutes après le décollage  d'Ariane.

Ce satellite multifonctions, selon Arianespace, doit notamment permettre de répondre à la demande croissante en service de télédiffusion directe et en services privés de télécommunications pour les gouvernements en Europe, en Asie centrale et du sud, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne.

En dépit du cuisant échec du vol inaugural fin 2002, sur 100 lancements d'Ariane 5 version ECA, la plus puissante, 95 sont considérés comme des succès.