La NASA se disait prête ce week-end à procéder à un lancement de la navette Endeavour lundi matin vers la station spatiale internationale (ISS) avec six astronautes à bord, après le report de l'ultime vol de cet orbiteur fin avril en raison d'une anomalie électrique.

Publié le 14 mai 2011
Jean-Louis SANTINI AGENCE FRANCE-PRESSE

«Les responsables de la mission (MMT) ont unanimement donné le feu vert pour poursuivre le compte à rebours», a dit samedi à la presse Mike Moses, coordinateur du MMT (Mission management team) à l'issu d'une réunion.

«Tout est vraiment en parfait état et aucun problème n'est à signaler», a-t-il ajouté.

Un court-circuit dans le compartiment moteur de l'orbiteur avait conduit les ingénieurs à remplacer toutes les pièces suspectes dont notamment un boîtier d'avionique, un thermostat et un câble électrique avant de retester de nombreux systèmes.

Le compte à rebours a débuté vendredi à 07H00 et le décollage d'Endeavour est prévu lundi à 08H56 au début d'une fenêtre de tir de cinq minutes au Centre spatial Kennedy, près de Cap Canaveral (Floride, sud-est).

La météo devrait coopérer avec 70% de probabilités de conditions favorables au moment du lancement, a indiqué la météorologue Kathy Winters.

Le retrait du portique qui protège la navette est prévu à 12H00 dimanche. Cette structure mobile permet aussi aux équipes techniques d'accéder à l'extérieur de l'orbiteur et à son système de lancement.

Le début du remplissage du réservoir externe d'Endeavour avec près de deux millions de litres d'hydrogène et d'oxygène liquide à très basse température débutera dimanche à 23H36.

Programmé initialement le 29 avril, le 25e et ultime vol d'Endeavour sera aussi l'avant-dernier d'une navette spatiale. Le dernier sera celui d'Atlantis, dont le lancement initialement prévu le 28 juin a été repoussé à une date indéterminée en juillet.

Une foule de 500 000 personnes est attendue lundi pour l'envol d'Endeavour, moins nombreuse toutefois que les 750 000 personnes venues le 29 avril, avait indiqué vendredi Jeff Spaulding, le directeur des essais de la navette. Cette moins grande affluence s'explique par le fait que le lancement aura lieu un lundi.

La parlementaire Gabrielle Giffords, blessée par balle à la tête lors d'une fusillade en Arizona en janvier et épouse du commandant de bord d'Endeavour, Mark Kelly, venue au Centre spatial Kennedy fin avril, devrait y revenir pour le lancement lundi, selon sa page Facebook.

Le président Barack Obama et sa famille, qui étaient venus pour ce lancement fin avril, ne doivent pas revenir lundi.

Le principal objectif de la dernière mission d'Endeavour, portée de 14 à 16 jours, est la livraison à l'ISS du spectromètre magnétique Alpha 2, un module de sept tonnes et de deux milliards de dollars visant à s'attaquer aux plus grandes questions sur la formation de l'univers, comme l'existence de l'antimatière et la nature de la matière noire invisible.

Quatre sorties orbitales de six heures chacune par une équipe de deux astronautes sont prévues (5e, 7e, 9e, 11e jour de la mission).

Le retour sur la Terre est programmé pour le 1er juin au milieu de la nuit (02H30).

Après le dernier vol d'une navette, les États-Unis dépendront exclusivement des Soyouz russes, à 51 millions de dollars le siège, pour acheminer leurs astronautes vers l'ISS en attendant qu'un autre vaisseau américain, sans doute commercial, ne prenne la relève d'ici à 2015 au mieux.

L'équipage d'Endeavour comprend Mark Kelly (47 ans), le copilote Gregory Johnson (48 ans) et quatre spécialistes de mission: Mike Fincke (44 ans), Drew Feustel (45 ans), Greg Chamitoff (48 ans) et l'Italien Roberto Vittori (46 ans), de l'Agence spatiale européenne (ESA).