Les étoiles très massives naissent de la même manière que les plus petites comme notre Soleil, selon une première image du disque de poussières entourant une jeune étoile massive que publie une équipe internationale d'astronomes, mettant fin à un mystère.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous avons fourni la première preuve claire de la présence d'un disque compact de poussières, aussi grand que le système solaire, autour d'une jeune étoile massive», déclare Stefan Kraus (Université du Michigan, Etats-Unis), principal auteur de l'étude paraissant dans la revue scientifique Nature datée de jeudi.

«La formation de ces étoiles de grande masse a fait l'objet d'un débat pendant vingt ans», rappelle-t-il dans un communiqué de son université.

Les étoiles dix fois plus massives que le Soleil se formaient-elles en agrégeant les poussières et gaz d'un large disque, ou résultaient-elles de la fusion d'étoiles plus petites?

«Nos observations montrent que la formation se passe de la même manière pour toutes les étoiles, quelle que soit leur masse», résume M. Kraus, c'est-à-dire à partir d'un disque de poussières et de gaz.

Les astronomes avaient jusque là supposé que le rayonnement puissant émis par les étoiles massives aurait pu empêcher la matière de continuer à s'agglomérer en tombant sur l'astre en formation.

En combinant la lumière de plusieurs télescopes de l'Observatoire européen austral (ES0) au Chili, dont le Très grand télescope (VLT), l'équipe d'astronomes a pu détecter à 10 000 années-lumières (1 AL = 9.460 milliards de km), dans la constellation du Centaure, le disque entourant une jeune étoile, cinq fois plus large que le Soleil et environ vingt fois plus massive.

La jeune étoile encore enveloppée de son cocon prénatal n'aurait que 60 000 ans, un «bébé», selon les astronomes, comparé à notre Soleil vieux de 4,6 milliards d'années.

Le disque qui l'entoure s'étend sur une distance correspondant à 130 fois celle séparant la Terre du Soleil et il reste aussi massif que l'étoile elle-même qui aurait terminé sa croissance, selon M. Kraus et son équipe.

A cause du rayonnement intense de l'étoile, 30 000 fois plus lumineuse que le Soleil, le disque devrait bientôt commencer à s'évaporer, soulignent-ils, contents de l'avoir observé à temps.