Trois astronautes, un Belge, un Canadien et un Russe ont décollé mercredi du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) dont l'équipage permanent passera pour la première fois à six personnes.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La fusée Soyouz a quitté le pas de tir comme prévu à 16h34 locales (6h34 HAE) du centre spatial russe situé dans la steppe désertique du Kazakhstan, à environ 200 km à l'est de la mer d'Aral.L'équipage comprend le Belge Frank De Winne, qui deviendra en octobre le premier commandant européen de l'ISS, le Canadien Robert Thirsk et le Russe Roman Romanenko.

Dans les minutes qui ont suivi le décollage, les trois hommes sont apparus en direct à la télévision russe, serrés dans la capsule, un plan de vol à la main, conversant avec les contrôleurs au sol.

«Le soleil ? Oui, on le voit», a répondu le Russe Roman Romanenko, lui-même fils de cosmonaute, interrogé par le chef de l'Agence spatiale russe Roskosmos, Anatoli Perminov.

«On se sent bien. Tout est en ordre», a lancé le Canadien Robert Thirsk en russe, les trois cosmonautes peinant parfois à entendre leur interlocuteur au sol.

Une centaine d'invités, parmi lesquels le prince Philippe de Belgique, ont assisté au lancement sous un ciel bleu parsemé de nuages. Un grand silence a envahi le pas de tir deux minutes avant le décollage.

Un peu plus tard, l'annonce par les services de contrôle de la mise en orbite du vaisseau a été accueillie par des applaudissements nourris et quelques cris de joie parmi les invités.

«C'était émouvant, mais nous sommes très contents», a confié Nele, la fille de M. De Winne. «C'est ce que notre père voulait et nous sommes très heureux pour lui», a-t-elle ajouté.

Entouré d'une forêt de caméras, pour l'essentiel des médias belges, le prince Philippe a estimé que cette mission spatiale était «très importante pour la Belgique. C'est la première fois qu'un Européen va prendre la direction de l'ISS», a souligné le prince, vêtu d'une chemise blanche à col ouvert.

À la faveur de la rotation de trois des six membres de l'ISS en octobre, Frank De Winne, 48 ans, prendra les commandes de l'ISS jusqu'à son retour sur Terre en novembre. Il succèdera au Russe Guennadi Padalka et exercera auparavant les fonctions d'ingénieur de vol.

Au pied d'une des deux tribunes du public, la joie se lisait aussi sur les visages de la famille de Robert Thirsk, 55 ans, premier Canadien à se rendre dans l'espace pour un séjour de longue durée.

«Il fait ce qu'il a toujours voulu faire, je suis si contente pour lui», s'est réjouie sa mère, âgée de 81 ans.

«C'était son rêve, il a passé toutes ces années à s'y préparer», a renchéri le frère de l'astronaute, Rich. «Quel couronnement pour sa carrière, c'est phénoménal», a-t-il ajouté.

Cadet de l'équipage, le Russe Roman Romanenko, 37 ans, fait son premier vol dans l'espace, sur les traces de son père Iouri, commandant de vaisseau du temps de l'URSS, qui a lui aussi assisté au décollage du Soyouz.

La fusée s'arrimera vendredi à 14h30, heure de Moscou (4h30 HAE) à l'ISS, a indiqué l'Agence spatiale européenne (ESA).

Les trois spationautes, qui vont séjourner six mois à bord de l'ISS, rejoindront l'Américain Michael Barratt, le Russe Guennadi Padalka et le Japonais Koichi Wakata qui s'y trouvent déjà.

Ce sera aussi la première fois que tous les partenaires de l'ISS (États-Unis, Russie, Europe, Canada, Japon) seront représentés simultanément à bord de la Station.