Après la collision entre deux satellites en février, puis les craintes d'une collision entre la station spatiale et des débris en mars, le terrain est peut-être mûr pour une nouvelle taxe.

AGENCE SCIENCE PRESSE

Deux chercheurs de l'Université Stanford, en Californie, proposent que, par traité, les pays s'engagent à payer une pénalité chaque fois qu'ils n'auront pas équipé un satellite du carburant supplémentaire permettant, une fois sa vie terminée, de l'expédier sur une orbite sécuritaire, ou de l'envoyer se désintégrer dans l'atmosphère.

L'idée semble bonne, mais comment l'imposer, les auteurs restent muets...