La physicienne viennoise Ulrike Diebold, chercheuse à l'Université technique de Vienne (TU), a obtenu lundi le Prix Wittgenstein doté de 1,5 million d'euros, a annoncé le ministre autrichien de la Recherche, Karlheinz Töchterle.

Publié le 17 juin 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette récompense scientifique, la mieux dotée décernée par la République d'Autriche et l'une des mieux dotées au monde, est qualifiée de «Prix Nobel autrichien», tandis que le Prix Nobel est, lui, doté de 925 000 euros.

Ulrike Diebold, âgée de 51 ans, est professeur à l'Institut de physique appliquée de la TU, où elle est spécialisée en science des surfaces. Elle s'attache à l'étude des oxydes métalliques, qui jouent un rôle important dans l'industrie, comme catalyseur. Elle est considérée comme l'une des expertes internationales en la matière.

Elle est la quatrième femme à remporter le Prix Wittgenstein depuis sa création en 1996.

En 2012, elle avait déjà été lauréate d'un «Advanced Grant», l'un des financements pour la recherche les plus importants en Europe du Conseil européen de la recherche (CER).