Des analyses ADN démontrent que le pharaon Akhenaton était le père de Toutankhamon, mais son épouse, la légendaire Néfertiti, ne peut pas être sa mère qui reste inconnue, a déclaré mercredi le chef des antiquités égyptiennes Zahi Hawass.

Mis à jour le 17 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Hawass a présenté à la presse les résultats d'analyses génétiques sur la momie du jeune roi, décédé il y a plus de 3000 ans, et d'autres momies supposées appartenir à sa famille, destinées à clarifier les hypothèses sur sa filiation et sa mort.Ces analyses ont été pratiquées en Egypte et confirmées par des scientifiques allemands, a indiqué M. Hawass. Leur résultat est publié dans la revue scientifique américaine JAMA (Journal of the American Medical Association (JAMA).

Le chef du Conseil suprême des antiquités (CSA) égyptiennes a confirmé que ces études avaient permis de déterminer que le corps du père du jeune roi était celui d'une momie retrouvée dans la vallée des rois, que les archéologues attribuaient déjà largement au pharaon Akhenaton (ou Amenhotep IV). Ce dernier fut l'artisan d'une tentative d'introduction d'une forme de monothéisme.

Le corps de sa mère est selon lui celui d'une momie non identifiée connue sous le code KV35YL, dite de la «Jeune Dame» (Young Lady). Les recoupements permettent toutefois d'éliminer l'hypothèse, souvent avancée, qu'il puisse s'agir de Néfertiti, épouse d'Akhenaton à la beauté mythique, a-t-il assuré.

«On ne connaît pas son nom, mais le plus important c'est que cette dame est la fille d'Amenhotep III et de la reine Tiyi», grand-parents de Toutankhamon, a-t-il déclaré. «Il n'est donc pas possible qu'elle soit Néfertiti», a-t-il assuré.

La cause de la mort de Toutankhamon, non formellement élucidée jusqu'à présent, est bien due au paludisme, combiné à une affection osseuse et à une «constitution physique fragile», a-t-il dit.