Publié le 26 janvier 2019 à 06h00

Actualités

La vie à travers nos grands reportages J'aime (0 vote)

La Presse publie régulièrement de grands reportages dont la préparation peut s'étaler sur des mois, voire une année entière, ou encore nécessiter le travail conjugué d'un grand nombre de journalistes, de photographes, de graphistes et d'autres travailleurs de l'information. Ces grands dossiers font partie de l'ADN de notre journal. En voici quelques exemples.

Partage

Partager par courriel
  •  L'école de la nouvelle chance -  Pendant un an,  La Presse  a eu un accès total à l'école primaire Charles-Bruneau, à Montréal. La centaine d'élèves qui s'y retrouvent ont épuisé toutes les ressources des autres établissements. La journaliste Isabelle Audet et le photographe François Roy ont su témoigner du parcours bouleversant de ces enfants, du chemin qu'ils ont parcouru pendant cette année et du travail colossal réalisé par le personnel de cette école. | 25 janvier 2019

    Photo François Roy, archives La Presse 

    L'école de la nouvelle chance - Pendant un an, La Presse a eu un accès total à l'école primaire Charles-Bruneau, à Montréal. La centaine d'élèves qui s'y retrouvent ont épuisé toutes les ressources des autres établissements. La journaliste Isabelle Audet et le photographe François Roy ont su témoigner du parcours bouleversant de ces enfants, du chemin qu'ils ont parcouru pendant cette année et du travail colossal réalisé par le personnel de cette école. 

  •  Apprendre à mourir -  On la nie, on la tait. On la craint, surtout. Pourtant, la mort fait partie de la vie. Pendant six mois, la journaliste Catherine Handfield et le photographe Alain Roberge ont suivi le parcours de deux femmes atteintes d'un cancer incurable à la Maison des soins palliatifs de Laval. Ils les ont accompagnées, elles et leur famille, dans l'attente de la mort, avec les émotions et chamboulements qui ponctuent ces moments difficiles. | 25 janvier 2019

    Photo Alain Roberge, archives La Presse 

    Apprendre à mourir - On la nie, on la tait. On la craint, surtout. Pourtant, la mort fait partie de la vie. Pendant six mois, la journaliste Catherine Handfield et le photographe Alain Roberge ont suivi le parcours de deux femmes atteintes d'un cancer incurable à la Maison des soins palliatifs de Laval. Ils les ont accompagnées, elles et leur famille, dans l'attente de la mort, avec les émotions et chamboulements qui ponctuent ces moments difficiles. 

  •  Mon corps, mon histoire -  Nous le côtoyons chaque jour. Nous l'apprécions, parfois, mais le jugeons trop souvent. Pourquoi est-ce si difficile d'accepter notre corps tel qu'il est ? La section Pause a consacré deux numéros à des témoignages inspirants, des initiatives positives et des réflexions nécessaires sur l'acceptation de soi. Plusieurs lecteurs et lectrices ont accepté de poser pour notre photographe afin que nous puissions livrer une édition sans retouches. | 25 janvier 2019

    Photo Olivier PontBriand, archives La Presse 

    Mon corps, mon histoire - Nous le côtoyons chaque jour. Nous l'apprécions, parfois, mais le jugeons trop souvent. Pourquoi est-ce si difficile d'accepter notre corps tel qu'il est ? La section Pause a consacré deux numéros à des témoignages inspirants, des initiatives positives et des réflexions nécessaires sur l'acceptation de soi. Plusieurs lecteurs et lectrices ont accepté de poser pour notre photographe afin que nous puissions livrer une édition sans retouches. 

  •  Le boom économique de l'Inde -  Alors que la Chine a été l'étoile des pays émergents depuis les années 80, l'Inde est destinée à devenir la locomotive de la croissance économique mondiale pour la prochaine décennie. Maxime Bergeron a parcouru plusieurs provinces pour témoigner du boom de ce mastodonte de 1,3 milliard d'habitants. Ses reportages sur le terrain ont aussi permis de mettre en lumière les investissements massifs - et méconnus - de la Caisse de dépôt en Inde. | 25 janvier 2019

    Photo Amit Dave, archives Reuters 

    Le boom économique de l'Inde - Alors que la Chine a été l'étoile des pays émergents depuis les années 80, l'Inde est destinée à devenir la locomotive de la croissance économique mondiale pour la prochaine décennie. Maxime Bergeron a parcouru plusieurs provinces pour témoigner du boom de ce mastodonte de 1,3 milliard d'habitants. Ses reportages sur le terrain ont aussi permis de mettre en lumière les investissements massifs - et méconnus - de la Caisse de dépôt en Inde. 

  •  Sur la piste de ses ancêtres -  La journaliste Danielle Bonneau s'est lancée sur les traces de sa grand-mère. Ses recherches lui ont notamment permis de lever le voile sur la mystérieuse histoire de la maison ancestrale des Décarie, une famille au passé étroitement lié à celui de la métropole, de sa fondation à la construction du Centre universitaire de santé McGill. Une quête épatante dont elle a fait le récit à la fin de l'an dernier dans la section Maison. | 25 janvier 2019

    Photo Ivanoh Demers, archives La Presse 

    Sur la piste de ses ancêtres - La journaliste Danielle Bonneau s'est lancée sur les traces de sa grand-mère. Ses recherches lui ont notamment permis de lever le voile sur la mystérieuse histoire de la maison ancestrale des Décarie, une famille au passé étroitement lié à celui de la métropole, de sa fondation à la construction du Centre universitaire de santé McGill. Une quête épatante dont elle a fait le récit à la fin de l'an dernier dans la section Maison. 

  •  Le prix de la culture -  La culture est-elle vraiment accessible à tous à Montréal ? Cette question, qui a mobilisé une quinzaine de journalistes et une équipe de graphistes et de photographes, a rempli la section des arts tout entière, un samedi de février 2017. Évolution des prix des billets de spectacles de musique pop, témoignages de consommateurs, comparatifs des prix: aucun angle n'a été négligé. | 25 janvier 2019

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPECIALE 

    Le prix de la culture - La culture est-elle vraiment accessible à tous à Montréal ? Cette question, qui a mobilisé une quinzaine de journalistes et une équipe de graphistes et de photographes, a rempli la section des arts tout entière, un samedi de février 2017. Évolution des prix des billets de spectacles de musique pop, témoignages de consommateurs, comparatifs des prix: aucun angle n'a été négligé. 

  •  Et tombent les filles... -  Saviez-vous que 200 millions de filles manquent à l'appel dans le monde ? En 2013, nous avons voulu comprendre pourquoi. Notre enquête nous a menés en Inde et en Chine, où nous avons récolté des histoires d'horreur et de courage: une fillette jetée à la rivière tout juste après sa naissance; une Indienne ayant refusé l'avortement malgré les pressions familiales. Notre enquête a aussi révélé que la sexo-sélection se pratique aussi à Montréal. | 25 janvier 2019

    Photo Martin Leblanc, archives La Presse 

    Et tombent les filles... - Saviez-vous que 200 millions de filles manquent à l'appel dans le monde ? En 2013, nous avons voulu comprendre pourquoi. Notre enquête nous a menés en Inde et en Chine, où nous avons récolté des histoires d'horreur et de courage: une fillette jetée à la rivière tout juste après sa naissance; une Indienne ayant refusé l'avortement malgré les pressions familiales. Notre enquête a aussi révélé que la sexo-sélection se pratique aussi à Montréal. 

  •  «Nous n'avons jamais mérité tant de haine» -  Le spectacle  SLĀV  de Betty Bonifassi cristallise des tensions dans le milieu culturel québécois: ce spectacle, annulé dans la controverse, constitue-t-il une appropriation culturelle ? Betty Bonifassi se laisse convaincre par Véronique Lauzon de raconter comment elle a vécu  SLĀV . Sa lettre, tirée de propos recueillis, est un cri du coeur, qui démontre à quel point le débat n'est pas réglé au Québec. | 25 janvier 2019

    Photo archives La Presse 

    «Nous n'avons jamais mérité tant de haine» - Le spectacle SLĀV de Betty Bonifassi cristallise des tensions dans le milieu culturel québécois: ce spectacle, annulé dans la controverse, constitue-t-il une appropriation culturelle ? Betty Bonifassi se laisse convaincre par Véronique Lauzon de raconter comment elle a vécu SLĀV. Sa lettre, tirée de propos recueillis, est un cri du coeur, qui démontre à quel point le débat n'est pas réglé au Québec. 

  •  Les Jeux olympiques de PyeongChang -  En raison du décalage horaire de 14 heures entre Montréal et la Corée du Sud, l'équipe des Sports tente l'inédit pour couvrir les JO de PyeongChang, en février 2018: la production pendant toute la quinzaine olympique d'une édition spéciale quotidienne consacrée à 100 % aux Jeux, publiée à midi, deux heures à peine après la fin des compétitions. Jamais notre journal n'avait-il été aussi collé à l'actualité sportive la plus brûlante. | 25 janvier 2019

    Photo Bernard Brault, archives La Presse 

    Les Jeux olympiques de PyeongChang - En raison du décalage horaire de 14 heures entre Montréal et la Corée du Sud, l'équipe des Sports tente l'inédit pour couvrir les JO de PyeongChang, en février 2018: la production pendant toute la quinzaine olympique d'une édition spéciale quotidienne consacrée à 100 % aux Jeux, publiée à midi, deux heures à peine après la fin des compétitions. Jamais notre journal n'avait-il été aussi collé à l'actualité sportive la plus brûlante. 

  •  Le printemps saoudien -  Un vent de modernité souffle sur l'Arabie saoudite depuis l'arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui mène bien des changements au Royaume: les femmes peuvent maintenant assister à des matchs de soccer, voire conduire des voitures. Certains parlent d'une révolution, mais tout n'est pas gagné pour les droits de la personne et l'égalité des sexes, raconte Michèle Ouimet dans une série de reportages qui s'est échelonnée sur cinq jours. | 25 janvier 2019

    Photo Faisal Al Nasser, archives REUTERS 

    Le printemps saoudien - Un vent de modernité souffle sur l'Arabie saoudite depuis l'arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui mène bien des changements au Royaume: les femmes peuvent maintenant assister à des matchs de soccer, voire conduire des voitures. Certains parlent d'une révolution, mais tout n'est pas gagné pour les droits de la personne et l'égalité des sexes, raconte Michèle Ouimet dans une série de reportages qui s'est échelonnée sur cinq jours.