Source ID:; App Source:

Salon des métiers d'art: nos trouvailles

Un bracelet signé Anne-Marie Chagnon.... (Photos David Boily, La Presse)

Agrandir

Un bracelet signé Anne-Marie Chagnon.

Photos David Boily, La Presse

Sophie St-Laurent
La Presse

Rendez-vous annuel des passionnés de design, le Salon des métiers d'art est une occasion unique de rencontrer des artisans inspirés qui conjuguent tradition et savoir-faire au présent. En ces temps de production de masse et d'uniformisation des tendances, c'est un réel bonheur de découvrir des collections originales et des pièces uniques. Voici nos trouvailles, cuvée 2008.

Manteau recyclé de la griffe Cokluch... - image 1.0

Agrandir

Manteau recyclé de la griffe Cokluch

1. COKLUCH, LOFT 1.1

De plus en plus de créateurs d'ici font rimer mode et conscience sociale. Au rayon trouvailles, on a repéré les designs signés Cokluch, une griffe montante de vêtements et d'accessoires de cuir recyclé. Laurie Lemieux et Christine Guérin, jeunes designers à la fibre écolo, donnent une seconde vie à des vêtements désuets en les transformant en manteaux, jupes, veste et accessoires glam-rock (mitaines, colliers, ceintures, etc.). Ici, pas d'effet courtepointe typique des vêtements fabriqués en matières récupérées. Leurs créations ont un look épuré et les matières sont assorties de façon à donner l'impression d'une peau neuve. La signature Cokluch? Un chic nonchalant, urbain, parfois décoré d'imprimés bucoliques, mais surtout pas fifille. On aime particulièrement les blousons de cuir à capuchons gris souris et les manteaux avec surpiqûres à effet matelassé. (Environ 400$ pour un manteau, cokluch.com)

2. DAHLIA MILON, LOFT 1.4

Dans un univers où les marques se copient toutes les unes les autres, il fait bon découvrir une créatrice singulière. C'est le cas de Dahlia Milon qui s'applique à réinventer la maille artisanale pour en faire des accessoires actuels. Elle propose des écharpes, châles et étoles enveloppants qui ont un je-ne-sais-quoi d'organique. Par différentes techniques, dont le feutrage, elle fait naître des textures intéressantes comme des plissages rythmés, mais volontairement imparfaits. Fraîchement diplômée du Centre des textiles contemporains de Montréal, ce bout de femme dynamique au regard azur modernise la liseuse, un vêtement cocon à manches longues à porter à l'endroit comme à l'envers selon l'humeur. Pour laisser toute la place à la beauté de chaque pièce, la palette de couleurs est sobre et fuligineuse, à l'exception d'un zeste de chartreuse. (À partir de 140$.)

3. ANNE-MARIE CHAGNON, STAND 1110

On ne passe jamais incognito avec un bijou signé Anne-Marie Chagnon. Reconnaissable entre tous, son esthétisme géométrique digne de la sculpture fait jaser à coup sûr. On apprécie son flair pour marier les textures, jumeler des matériaux hétéroclites et décliner les asymétries à l'infini. Entre ses mains, l'étain, le bois, le verre et la corne deviennent des parures qui ont du caractère, à la fois brutes et excentriques. Les bijoux d'Anne-Marie sont signés d'une insaisissable intemporalité. Quinze années de création n'ont pas essoufflée cette dynamo de la bijouterie fantaisie. La preuve, elle planche chaque saison sur de nouveaux concepts. Elle pousse d'un cran ses pièces à sections amovibles qui se métamorphosent en collier, bracelet, boucles d'oreilles ou ceinture au gré des envies. (À partir de 19$, annemariechagnon.com)

4. BAGNOLE, STAND 704

Votre voiture n'est bonne que pour la ferraille? Détrompez-vous... Il y a un an à peine, l'éco-designer Isabelle Bérubé a eu l'idée saugrenue de récupérer des matériaux automobile pour les transformer en sacs à main. De là est née Bagnole, sa griffe innovatrice qui fait tout un tabac depuis. Le cimetière pour voitures est son entrepôt. Elle récupère elle-même recouvrement de banquettes en cuir ou velours, tapis, ceintures et composantes plastifiées et s'attaque ensuite à la confection de fourre-tout, sacs messager et autres cabas. Au premier regard, on n'y voit que du feu. Le cuir est immaculé et les détails vraiment subtils. Ce n'est que lorsqu'on s'y attarde qu'on remarque qu'une ceinture de sécurité fait office de courroie et de fermoir ou que le bouton au centre d'une applique florale est en fait l'interrupteur d'un siège chauffant! Même les sacs gonflables sont mis à contribution en guise de doublure colorée. De la pochette au sac à couches, tous les sacs sont baptisés de noms de modèles de voitures. Bref, c'est l'une des seules façons de s'offrir un VUS Cherokee ou X-Trail tout en ayant bonne conscience... (À partir de 145$, bagnole.ca)

Les savons cupcakes de Botania sont presque trop... - image 3.0

Agrandir

Les savons cupcakes de Botania sont presque trop beaux pour être utilisés sous la douche.

5. BOTANIA, STAND 1208

Vous cherchez un joli cadeau d'hôtesse, un présent pour le prof ou la gardienne ou un petit extra pour le bas de Noël? Direction Botania, le stand aux mille et un parfums de la sympathique Danielle Russell, une ex-fonctionnaire recyclée en savonnière. Son créneau? Le savon artisanal, qu'elle façonne à la main avec des ingrédients de première qualité comme des bases végétales, du beurre de karité et des huiles essentielles florales. Son hit? Les savons cupcakes, des petits gâteaux moussants presque trop beaux pour être utilisés sous la douche. Parmi les autres trésors odorants de la marque, on trouve la barre Aloha au beurre de mangue, les savonnettes pour bébés au calendula et l'authentique savon de Castille fait à 80% d'huile d'olive. Parfois emmaillotés dans du papier rétro signé Amy Butler, tous les savons sont vendus avec de jolis emballages. (À partir de 9$, botania.com)

6. LOCOJESS, STAND 1115

Le Sud de la France s'entend dans la musicalité de leur accent. Pourtant, leurs designs ont plus à voir avec les températures nordiques qu'avec le climat méditerranéen du bord de mer marseillais. Les soeurs Corine et Sylvie, Québécoises d'adoption, signent Locojess, une griffe d'accessoires en fourrure récupérée. Histoire d'affronter la tyrannie de l'hiver en beauté, elles nous offrent des chapskas, chapeaux d'aviateur et autres couvre-chefs velus. Associé au renard ou au chat sauvage, l'agneau retourné de la toque n'est jamais doublé, question de conserver la chaleur et d'éviter la statique capillaire. Les frileuses coquettes apprécieront les modèles colorés, jumelés à des bandes écharpes de chaud tricot, gansées de galons brodés ou décorées de boutons en corne de caribou. De passage au stand, on en profite pour lorgner les ceintures, cache-oreilles et autres articles poilus qui rendent la saison des frimas tellement plus agréable. (À partir de 79$.)

Un spectaculaire collier créé par la designer Laura... - image 4.0

Agrandir

Un spectaculaire collier créé par la designer Laura Sasseville.

7. MOLUSK, LOFT 4.17

Ils ont fait le trajet Paris-Montréal pour venir présenter au Salon un produit vraiment innovateur. Lucille Saliou et Anthony Masure, la jeune vingtaine, sont diplômés en mode de l'École Duperré à Paris. Ils proposent une collection de bijoux ludiques taillés dans du plastique fondu selon une technique qu'ils ont inventée et brevetée. Le procédé? Après avoir créé des motifs numériques, des plaques de plastique sont imprimées, découpées puis assemblées par la chaleur. Le résultat? Des parures aux textures molles déclinées dans un kaléidoscope de couleurs vitaminées. Nos préférés? Outre les bracelets multironds, on aime les boucles d'oreilles Capsules faites de pastilles rembourrées de mousse et les bagues en argent dont le centre est composé d'un ornement de plastique qui peut être changé au goût. (À partir de 30$, molusk.net)

8. LAURA SASSEVILLE LOFT 3.10

Laura Sasseville est discrète. Ses bijoux ne le sont pas et c'est tant mieux! Diplôme d'Espace Verre en poche, elle s'est rapidement mise à la création d'une collection singulière qui mélange cuivre, verre et textile. Véritables sculptures à porter, ses spectaculaires colliers et bracelets sont faits de corderons de coton malléables habillés de laine et décorés de pièces de verre. Les volumes sont tantôt contrôlés, tantôt complètement éclatés. Étudiant les contrastes, la designer aime jouer avec la chaleur des textiles et la fraîcheur du verre, tout en opposant les textures glacées et mates. À la fois géométriques et organiques, ses parures associent parfois des nuances étonnantes, mais le résultat est toujours très harmonieux. (À partir de 20$, laurasasseville.com)

___________________________________

Salon des métiers d'art

Jusqu'au 21 décembre, entrée libre

Place Bonaventure

900, rue de la Gauchetière Ouest, Montréal

Métro Bonaventure

Info et horaire: 514- 397-4807 ou www.salondesmetiersdart.com




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer