C'est connu, le sac de plastique n'a plus la cote. Sa durée de vie utile de 20 minutes et les 400 ans qu'il met à se décomposer l'ont finalement relégué au rang des déchets socialement inacceptables. Il n'en fallait pas plus pour que les créateurs fassent entrer le sac réutilisable au panthéon des accessoires mode incontournables. Sauvons donc la planète, un sac branché à la fois!

Sophie St-Laurent, collaboration spéciale LA PRESSE

À l'été 2007, le nec plus ultra des sacs ne fut pas le Bay de Chloé ou Franges de Prada. À la grande surprise de tous, l'élu de la saison a été le sac de magasinage «I'm not a plastic bag» de la designer britannique Anya Hindmarch. À 15$US, ce cabas de toile ivoire brodée du symbolique slogan a créé une véritable commotion au moment de sa sortie en boutique, alors que des fashionistas attendaient longuement pour mettre la main sur un exemplaire.

Au Canada, Holt Renfrew a été le distributeur exclusif de cet accessoire convoité. «Ce sac était offert en série limitée. Le jour du lancement, nous avions une longue file d'attente à la porte et les quelques centaines de sacs que nous avions en stock se sont envolées en 13 minutes», raconte Jozée Desrosiers, directrice régionale, relations publiques, pour le détaillant. Aujourd'hui, il est possible de dénicher ce sac vert sur eBay, moyennant 250$!

 

La couverture médiatique entourant la mise en marché de cet accessoire a attiré l'attention sur le fait qu'il n'est plus utopique de faire rimer mode et conscience sociale. Bref, depuis qu'on a déclaré la guerre aux sacs de plastique, une nouvelle niche de produits a vu le jour. «Les gens ont changé leurs habitudes avec les fameux sacs à 99 cents vendus par les supermarchés. Puis, les consommateurs sont devenus plus exigeants. Ils recherchent des sacs plus solides, plus durables et, surtout, plus beaux», dit Marisa Ramondo, fondatrice-propriétaire de la boutique virtuelle québécoise sacs-a-main-eco.ca, qui propose une variété impressionnante de sacs réutilisables faits de matériaux recyclés ou recyclables.

Et qui dit beau, dit forcément luxe. Du sac réutilisable bas de gamme frappé du logo du commerce du coin à la version signée affichant une étiquette à 980$, il n'y avait qu'un pas, qu'a franchi le maroquinier Hermès. La griffe française a donc lancé le Silky Pop, un sac de magasinage en soie, façon carré Hermès, qui se plie et se referme dans un étui carré en cuir. Un peu excessif pour transporter des oeufs, disons, mais c'est la preuve que toute l'industrie s'intéresse au phénomène.

Sacs en vrac

Vous recyclez, compostez, revalorisez, mais détestez vous promener avec votre panoplie de sacs réutilisables à l'effigie du IGA du coin? Vous n'êtes pas les seuls... Josée Saint-Amand a d'ailleurs créé sa propre entreprise sur ce seul concept. Avec sa griffe Lilyécolo, elle propose des «sacs chic et écologiques pour la femme verte et coquette», dit-elle dans un éclat de rire.

Cette maman de deux enfants s'affaire depuis deux ans à concevoir une jolie collection de sacs réutilisables qui servent de l'épicerie à la pharmacie, de la librairie à la boulangerie. Les designs simples sont dynamisés par des imprimés colorés et toniques. «Mon produit est destiné principalement aux femmes qui ont envie de faire un geste pour l'environnement, mais qui veulent le faire avec style», explique-t-elle. Sa suggestion? Réorganiser notre façon de transporter nos achats et notre fatras quotidien. «Par exemple, on n'utilisera pas le même sac pour l'emballage de notre viande à la boucherie que pour le chemisier de soie que l'on vient d'acheter en boutique», dit-elle. Elle a donc jonglé avec l'idée d'offrir une panoplie de sacs variés à utiliser selon les achats de la journée.

L'idée consiste à insérer le robuste écolo-sac dans un grand cabas pour l'imperméabiliser. On ajoute ensuite quelques «dépanneurs», des petits sacs de coton parfaits pour les fruits et légumes ou les menus achats. On peut aussi s'armer de son sac à compartiments bouteilles et d'un sac pour le pain baguette. «Bien sûr, le tout est coordonné. Parce que plus notre assortiment de sacs est joli, plus on sera tenté de s'en servir, dit-elle. Depuis deux ans, je fonctionne moi-même avec un grand cabas, un fourre-tout, sept à huit sacs écolos et deux ou trois dépanneurs. C'est tout ce qu'il me faut pour ne plus accepter aucun sac de plastique.»

Marisa Ramondo a aussi transformé sa passion pour les sacs en entreprise. Spécialisée dans le commerce électronique, elle a mis en ligne en 2006 sa boutique virtuelle consacrée aux sacs écologiques. «Quand on entend parler d'environnement, c'est toujours du sérieux. Je voulais faire un geste écologique qui soit ludique», souligne-t-elle. Depuis, elle propose à une clientèle qui consomme de façon responsable plusieurs marques de sacs de toutes sortes fabriqués avec des matériaux aussi hétéroclites que des pochettes d'albums, des voiles de bateau, des fermetures à glissière, du feutre, du coton bio ou des emballages de friandises. «Il y a toutefois une très forte demande pour le sac d'épicerie au design intéressant. Au même titre que les sacs à main, les gens en font un véritable objet de mode, comme une extension de leur personnalité», explique-t-elle.

Ses préférés? Ceux de la marque Envirosax, une compagnie australienne qui propose des sacs réutilisables (et recyclables) imprimés de jolis designs rétro ou graphiques. Ceux pour les enfants sont d'ailleurs craquants avec des monstres rigolos. «Les hommes aiment les modèles noir et blanc avec des imprimés géométriques», note-t-elle. On peut les acheter à l'unité ou en paquet de cinq, rangés dans une pochette pratique. Elle mentionne également les sacs RétroActif, taillés dans des affiches artistiques récupérées. «Ma boutique virtuelle est aussi une façon de soutenir indirectement d'autres petites entreprises artisanales qui n'ont pas les moyens de faire de la publicité pour leur diffusion, précise-t-elle. Je suis toujours à la recherche de nouveautés, parce que la demande est là. La preuve, mes ventes ont triplé en deux ans.»

 

À découvrir

Lilyécolo - vendu chez quelques détaillants au Québec, notamment La Baie Centre-ville. Sinon en ligne au lilyecolo.com. Info: 450-552-0674.

Sacs-a-main-eco.ca: boutique virtuelle où trouver plusieurs marques et designs d'ici et d'ailleurs.

Caba Zone: une entreprise d'Outremont qui propose deux modèles fourre-tout noirs agrémentés d'une pochette extérieure en résille qui contient trois petits sacs pour les emplettes. Cabazone.ca ou 514-806-3425.

Posch, une collection de sacs féminins taillés dans des draps et taies d'oreillers recyclés, faits au Québec par Karine Laurence. En vente dans quelques boutiques à Montréal et sur boutique.posch.ca