Six cadeaux d’exception à offrir aux bédéphiles.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Steinbeck à l’encre et à la gouache

Cela tient presque du miracle en 2020. Les 420 pages de ce bijou graphique ont été entièrement dessinées à la main par Rébecca Dautremer. Un marathon qui a duré deux années… Armée de crayons et de pinceaux, elle fait revivre une des plus belles histoires qui soient, celle de George et de Lennie, ces deux ouvriers agricoles rêvant d’une vie meilleure, imaginés par l’Américain John Steinbeck. Une véritable pépite à mettre entre toutes les mains.

Des souris et des hommes. John Steinbeck et Rébecca Dautremer. Alto. 420 pages.

Tout Mafalda

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Mafalda intégrale, de Quino

Quino, le papa de Mafalda, est mort en septembre dernier laissant dans le deuil des millions de lecteurs. Par elle, Quino livrait ses réflexions sur le monde et tout ce qui n’y tournait pas rond. Pour donner à cette fillette éprise de justice la place qui lui revient dans toute bibliothèque, rien de tel que l’intégrale de ses aventures, publiée par Glénat. À (re)lire : tous les strips de la BD, présentés ici en noir et blanc, avec textes critiques, biographie et analyses pour poursuivre la réflexion…

Mafalda intégrale. Quino. Glénat. 696 pages.

Le Joker célèbre ses 80 ans

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Joker 80 ans

Les amateurs de comics se régaleront avec un album anniversaire consacré au plus maléfique des méchants de l’univers DC : le Joker (qui d’autres ?). Sont réunis sous une même couverture un album entier — où de fines plumes du genre lui ont imaginé des aventures inédites — ainsi que certains de ses plus célèbres récits publiés chez DC. Y compris sa première apparition dans le Batman numéro 1 publié en 1940…

Joker 80 ans. Collectif. Urban Comics. 522 pages.

Mystère sous le soleil

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

La dernière rose de l’été, de Lucas Harari

Certains albums tiennent davantage de l’œuvre d’art visuel que de la simple BD. C’est le cas avec La dernière rose de l’été, album grand format à l’esthétique hyper léchée signé Lucas Harari. On y rencontre Léo, jeune Parisien rêvant de devenir écrivain, qui doit garder une maison en bord de mer. Mais l’ambiance est étrange dans le coin, surtout depuis que de jeunes hommes disparaissent sans laisser de trace… Un récit policier intimiste porté par un auteur doué pour distiller du mystère dans ses cases vitaminées.

La dernière rose de l’été. Lucas Harari. Sarbacane. 188 pages.

Victor Hugo en roman graphique

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo et Damien Macdonald

Bien des gens connaissent Quasimodo, Esmeralda et les autres personnages de Notre-Dame de Paris, mais combien ont lu le texte original ? L’illustrateur Damien Macdonald a relevé avec brio la mission presque impossible de transposer ce récit mythique en roman graphique, et ce, en respectant à la virgule près les écrits de l’Immortel. Pour découvrir la plume d’un des plus grands écrivains de langue française qui soient (et le coup de crayon de l’artiste franco-écossais derrière le projet).

Notre-Dame de Paris. Victor Hugo et Damien Macdonald. Calmann Lévy Graphic. 336 pages.

Dans l’œil de deux robots

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Carbone & Silicium

Le bédéiste français Mathieu Bablet a signé l’une des plus belles BD de l’automne avec Carbone & Silicium. Dans cet ambitieux récit de science-fiction, qui dénonce notamment les ravages du capitalisme, deux robots aux personnalités opposées deviennent les observateurs de 300 ans d’histoire d’une humanité à bout de souffle. La facture graphique est splendide ; la portée philosophique de ces cases est indéniable. Les amoureux de science-fiction (mais pas qu’eux) vont adorer.

Carbone & Silicium. Mathieu Bablet. Ankama (Label 619). 272 pages.