« Ô traîneau dans le ciel, n’oublie pas l’essentiel : plein d’amour à Noël », chante Maryse Letarte dans son album Des pas dans la neige, paru en 2008. Plus vraies que jamais, ces paroles sont reprises dans Mes comptines de Noël à écouter, l’un des deux livres-disques que la musicienne offre aux enfants, en collaboration avec sa fille Stella Letarte-Macdonald, 9 ans. Entrevue en quatre temps, comme les quatre semaines de l’avent.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Dix airs des Fêtes à fredonner

Mes comptines de Noël à écouter propose 10 chansons des Fêtes — ce ne sont pas vraiment des comptines, plutôt des classiques de Noël enjolivés par la voix douce et limpide de Maryse Letarte. On y trouve aussi quatre compositions de la musicienne qui sont devenues des classiques (un exploit !), comme Boom boom, La parade et Ô traîneau dans le ciel.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Maryse Letarte signe les arrangements musicaux de Mes comptines de Noël à écouter. « Je m’arrange pour que ce soit agréable pour tous les âges, dit-elle. La sonorité doit être enveloppante. Ça ne peut pas être axé sur un gros beat ou de la grosse basse. Dans les chansons de Noël, les voix doivent être en avant. »

Ces pièces ont été retravaillées pour un auditoire d’enfants — et de parents, qu’on se rassure. « Par exemple, dans Boom boom, j’ai ajouté des grelots, des tubular bells [carillon tubulaire] et je l’ai raccourcie », indique Maryse Letarte. Diplômée de la Grove School of Music de Los Angeles, la musicienne signe les arrangements et la réalisation des deux albums (leur version numérique est offerte à l’achat du livre-disque).

PHOTO ALAIN ROBERGE, LAPRESSE

« Vous aurez compris que ma fille est passionnée des licornes à l’heure actuelle, note Maryse Letarte, qui a publié le 12 novembre Mes comptines fantastiques à écouter, chez Auzou. Ma création est complètement liée à mon vécu, depuis toujours. »

Extrait d’un opéra méconnu de Jacques Offenbach

Mes comptines fantastiques à écouter rassemble 10 airs connus, qui évoquent licornes, fées et formules magiques. Maryse Letarte, chargée de la sélection des chansons, a elle-même traduit les paroles de Humpty Dumpty, de La Belle au bois dormant et de la comptine américaine All The Pretty Little Horses, devenue Des pégases et des licornes.

Plus étonnant, Maryse Letarte offre avec Le chant des elfes le premier enregistrement sur disque de la version originale en français de cet extrait de l’opéra Les fées du Rhin de Jacques Offenbach. Présenté au XIXsiècle, cet opéra romantique aurait été hué par un public envoyé par un compétiteur d’Offenbach. Par la suite, le compositeur a gardé la musique du Chant des elfes et y a couché de nouvelles paroles. C’est devenu La Barcarolle (« Belle nuit, ô nuit d’amour »), dont tout le monde reconnaît l’air. « Ça me fascine de voir que les compositeurs à l’époque étaient confrontés à la même chose qu’aujourd’hui », observe Maryse Letarte.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

« Je donne des cours de piano à Stella et elle compose ses petites chansons, dit Maryse Letarte. Mais elle rêve de faire 1000 métiers. Elle dit : ‟Moi, plus tard, je vais être cuisinière, scientifique, compositrice…” »

Duo mère-fille

Plusieurs pièces, dont Mon beau sapin, sont interprétées en duo avec sa fille Stella, 9 ans. La blondinette collabore à la collection Mes comptines à écouter depuis ses 5 ans.

« Au début, c’était spontané, explique Maryse Letarte. Je prenais des bouts de ce qu’elle chantait et j’allais les placer dans les chansons, la technologie le permettant. Aujourd’hui, Stella comprend le rythme, elle chante véritablement. C’est amusant de faire ça ensemble. J’ai peine à faire des albums photos, je manque de temps. Ça me fait des albums souvenirs de sa voix. »

Extrait de Mon beau sapin

0:00
 
0:00
 

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

« À Noël, l’important, c’est le partage, même si c’est virtuellement cette année », souligne Maryse Letarte.

« Quand brille la lumière sincère au bout du tunnel »

Alors qu’il faut renoncer à plusieurs rituels des Fêtes (un cadeau de la pandémie), se réfugier dans les airs de Noël fait du bien. « Ce qui est sûr, c’est que la musique est essentielle pour moi, observe Maryse Letarte. Quand la maladie frappe un proche, ce n’est pas le temps de dire : ‟Trouve le côté positif à la situation”. Mais quand on est en sécurité, en santé, il faut être capable de voir la chance qu’on a. »

« Dans mes chansons, je dis toujours de mettre l’emphase sur l’amour à Noël, pas sur le magasinage, poursuit-elle. C’est encore plus vrai cette année. Souvent, on va transposer en gestes ce qu’on n’est pas capables de dire à nos proches. Là, il n’y a plus d’accolades, plus de becs sur les joues. J’ai l’impression qu’on va être obligés de se forcer à dire les choses. »

En 2020, Maryse Letarte ne réécrirait évidemment pas le passage de Boom boom où elle évoque « la fin d’une année bénie ». On préférera chanter avec elle ces paroles de La parade : « Quand brille la lumière sincère au bout du tunnel, joyeux, joyeux Noël ! »

PHOTO FOURNIE PAR AUZOU

Mes comptines de Noël à écouter, voix et arrangements de Maryse Letarte et Stella Letarte-Macdonald (voix), illustrations de Lilidoll, éditions Auzou.

PHOTO FOURNIE PAR AUZOU

Mes comptines fantastiques à écouter, voix et arrangements de Maryse Letarte et Stella Letarte-Macdonald (voix), illustrations d’Isabelle Charbonneau, éditions Auzou.

Auzou offre aux auditeurs des autres volumes de Mes comptines à écouter un lien pour télécharger les chansons qui étaient sur CD, sur sa page Facebook.

Consultez la page des Éditions Auzou