Envers et contre COVID-19, le SOUK aura lieu cette année ! Ce sera peut-être même une des incarnations les plus intéressantes de ce fameux « marché » des créateurs et artisans d’ici, dont la version virtuelle commence ce mardi. Qui plus est, le SOUK élit domicile au 20e étage de la Place Ville Marie, à long terme, façon salle d’exposition et boutique.

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

Voilà de réjouissantes nouvelles pour les amateurs et amatrices de très belles et très bonnes choses faites ici. C’était aussi Noël bien avant le temps pour les créateurs et artisans qui ont été retenus pour ce SOUK 2020 hors du commun, que l’on pourra visiter en chair et en os à compter du 3 décembre, jusqu’au 17. Il suffira de choisir un créneau horaire sur le site pour aller faire son magasinage.

À notre passage au 20e étage de la Place Ville Marie, lundi, l’espace était loin d’être fini, mais la vue n’en était pas moins spectaculaire. Le mont Royal et sa croix, le Stade olympique, le fleuve et ses ponts, Habitat 67 et plusieurs autres icônes montréalaises sont toutes visibles du grand local vitré. C’est la firme de design Machine qui conçoit l’espace en collaboration avec le SOUK.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Le SOUK 2019 s’est tenu dans l’édifice RCA, à Saint-Henri

« On mise beaucoup sur l’expérience offerte aux visiteurs, explique la fondatrice du SOUK, Azamit. On cherche à créer un feeling d’intimité. Ce sera comme entrer dans un appartement. On y trouvera toutes les pièces habituelles : le salon, la salle à manger, la cuisine, la salle de bains, la chambre [principale] et même la chambre d’enfant. Les objets et produits à vendre, dont plusieurs seront exclusifs au SOUK, seront ainsi mis en contexte. »

Grande ambassadrice du design et du produit fin québécois, Azamit n’aurait pu espérer une tournure des évènements plus grandiose et stimulante. « L’idée d’être au centre-ville, en hauteur, m’est venue quand je visitais de nouveaux espaces pour le SOUK, l’an dernier. Je me suis trouvée dans la Maison Manuvie et j’ai pensé "Wow ! Ce serait génial que cette vue incroyable soit accessible à un plus grand nombre de Montréalais". » Le SOUK 2019 s’est finalement tenu dans l’édifice RCA, à Saint-Henri, après des années à animer la Société des arts technologiques avant les Fêtes.

Puis la pandémie a frappé. Bien des portes se sont fermées. D’autres se sont ouvertes, comme celles du 1, Place Ville Marie, où le groupe Ivanhoé Cambridge s’est montré très réceptif à la proposition d’Azamit.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Une autre vue montréalaise du nouvel espace permanent du SOUK, à Place Ville Marie.

L’engouement actuel pour l’achat local nous touche ! Le SOUK y dédie ses activités depuis maintenant plus de 17 ans. Cela dit, acheter local ne devrait pas être considéré comme un simple geste d’encouragement ou d’entraide, mais plutôt comme un investissement dans la culture et dans la vitalité de notre communauté.

Azamit

« Montréal est une ville effervescente et son ADN est constitué de créateurs de toutes sortes. Leur travail marquera l’histoire et deviendra un legs d’importance pour des générations à venir ! », ajoute-t-elle.

En plus du salon de créateurs, des discussions et conférences sur divers thèmes pour la plupart liés à la COVID-19 (La revitalisation du centre-ville, Ruralité ou urbanité ? Les collaborations en temps de COVID, etc.) se tiendront dans l’espace, sur réservation, à partir du 30 novembre. Ces entretiens seront par la suite diffusés en ligne, pour ceux et celles qui souhaitent les visionner à partir de leur propre salon. Les artisans ne pourront, eux, être sur place, mais certains d’entre eux créeront des webinaires pour présenter leur travail aux clients potentiels, sous une forme originale.

Les mercredis, ce sera l’« heure internationale » sur Instagram, avec des prestations IGTV par des invités de l’étranger comme l’architecte Andrew Trotter (voir Masseria Moroseta) et Cédric Etienne, spécialiste du liège au Studio Corkinho.

Lorsqu’on la questionne sur sa vision d’un Montréal post-COVID-19, Azamit est d’un optimisme rassurant et rafraîchissant. « C’est sûr que bien des gens ont perdu leur boulot et vécu des choses très difficiles. J’ai moi-même eu une période de retrait. Mais il y a aussi beaucoup de gens qui en ont profité pour repenser leurs valeurs et leurs vies, pour réaliser de vieux rêves et des projets qu’ils n’avaient jamais le temps de faire. Même les grandes entreprises se remettent en question. Je pense qu’après la COVID-19, il va y avoir des projets encore plus authentiques et profonds qu’avant. On aura fait le ménage et il y aura moins de place pour l’insignifiant. La COVID nous impose un grand reset. C’est le temps de se reconstruire. »

Le SOUK 2020 se tient jusqu’au 17 décembre. L’espace permanent SOUK Habitat PVM ouvre le 3 décembre. Après la portion « salon des Fêtes », il y aura un roulement d’artisans et une programmation d’évènements divers.

Consultez le site du SOUK