Des personnalités nous racontent des moments marquants qu’ils ont vécus durant la période des Fêtes ou des rituels qu’ils pratiquent à cette occasion.

Samuel Larochelle Samuel Larochelle
Collaboration spéciale

Pascale Wilhelmy relit année après année La petite fille aux allumettes de Hans Christian Andersen, puisqu’il arrive encore à l’émouvoir. « Même s’il a été écrit il y a longtemps, il s’adapte à aujourd’hui. On parle d’une petite fille pieds nus dans le froid, qui se promène dans l’indifférence des gens. Elle voit la richesse à travers les fenêtres, alors que tout le monde se prépare pour le réveillon. Après sa dernière allumette, elle meurt de froid dans l’indifférence… Il y a encore du monde qui meurt de froid en 2019. »

Quand elle replonge dans le conte, elle réfléchit à la générosité ponctuelle de la population durant les Fêtes, aux classes sociales et à la maltraitance envers les enfants. « C’est écrit avec finesse sans rien de sordide. Il y a une morale à tirer de ça : occupons-nous de nos enfants et des personnes dans le besoin. » Les mots d’Andersen ont même créé chez elle une fascination pour les allumettes dont elle parle avec gêne. « Je les collectionne. Des fois, quand toute la famille est au chalet, j’allume une allumette avec une pensée pour la petite fille. Je suis reconnaissante de pouvoir allumer un feu, alors que des gens ont froid partout. »

Pour se réchauffer le cœur, l’animatrice et écrivaine, qui travaille à son cinquième roman, regarde ce qu’elle considère comme la comédie romantique par excellence, Love Actually. Un film qu’elle visionne durant les Fêtes depuis 2003.

Ça peut sembler mielleux, mais avec les répliques d’humour britannique, ça vient tout contrebalancer. La trame sonore est extraordinaire. Dès qu’on le fait jouer, une ambiance spéciale s’installe.

Pascale Wilhelmy, à propos du film Love Actually

Elle adore que le film raconte plusieurs étapes de l’amour : le petit garçon à l’école, la femme trop timide pour déclarer son amour à son collègue, le patron avec sa maîtresse, le premier ministre qui tombe amoureux de son employée, le père qui vient de perdre sa femme.

Elle parle aussi avec passion de plusieurs scènes cultes. « Le gars qui est en amour avec le personnage de Keira Knightley, quand il va au mariage de son meilleur ami pour tourner la vidéo et qu’on réalise après coup qu’il y a juste des images de la mariée. Ou ensuite, la fameuse scène des cartons pour lui déclarer son amour à la porte. Ça a marqué tellement de personnes que plusieurs ont repris l’idée pour des demandes en mariage ou des déclarations d’amour. » Elle aime particulièrement le mélange des éléments amoureux et de la magie des Fêtes : le party de bureau, la décoration de la maison pour Noël, le spectacle à l’école. « C’est un super bon film qui fait du bien ! »