Il y a les desserts classiques d’un repas de Noël : la bûche, le pain d’épice, le plum-pudding, le panettone. Et il y a le dessert brillant. À base de citron, d’ananas, de noix et de gelée Jell-O. Beaucoup de Jell-O. Un gâteau hors de l’ordinaire qui est devenu un rite incontournable pour cette famille de Montréal.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Chez les Paquin, on trouve un concurrent encore plus scintillant que le sapin de Noël paré de mille feux. Et cela fait 50 ans qu’il éblouit littéralement les convives au moment de servir le dessert. Ce n’est pas seulement son nom, porté à merveille, qui intrigue, mais aussi sa composition, comprenant une belle dose de Jell-O en tous genres. Ce qui lui confère des accents fluorescents, à tel point qu’on le croirait venu d’une autre planète ! Pourtant, cette recette vient bel et bien de notre galaxie, et même d’un endroit très précis : l’établissement des sœurs de la Congrégation Notre-Dame à Sherbrooke.

C’est là-bas, vers la fin des années 60, que Danielle Paquin a appris à confectionner le dessert brillant dans le cadre d’un cours d’art culinaire. Très tôt, elle l’a servi en famille, et la recette est rapidement devenue un incontournable de Noël. « Ç’a été un hit total dès le départ ! », s’esclaffe celle qui perpétue cette tradition invariablement depuis un demi-siècle.

Si longtemps après avoir quitté les rangs de la congrégation, le fameux gâteau reste toujours une affaire de sororité, puisque les quatre sœurs Paquin (Danielle, Isabelle, Hélène et Fabienne) se réunissent en famille tous les ans, avec conjoints, enfants et petits-enfants, autour d’un copieux repas conclu par le dessert brillant.

C’est sucré, mais c’est frais et assez acidulé, grâce au jus de citron. Ce qui fait que c’est agréable après un gros souper du temps des Fêtes, avec des tourtières, de la dinde et du ragoût de boulettes. Ça fait du bien de manger du frais.

Danielle Paquin

En dépit de (ou bien grâce à) son aspect et sa composition pittoresques, presque tous les invités l’apprécient, voire le réclament, hormis quelques réticents qui le trouvent un peu trop sucré.

Trois jours et trois Jell-O

Cette première approche terminée, voici venu le temps de décortiquer la bête, dont la préparation s’étale sur trois jours.

L’avant-veille, on prépare le cœur du dessert en faisant fondre puis réfrigérer du Jell-O orange et rouge dans deux moules. Le jour suivant, on apprête la base en mélangeant biscuits Graham, beurre et sucre. Parallèlement, dans un grand bol, « on fait dissoudre du Jell-O au citron, on rajoute du jus de citron, de l’ananas broyé égoutté, un peu de sucre, puis on mélange tout ça et on le laisse deux heures au frigo, pour qu’il atteigne une consistance semi-prise », énumère Danielle Paquin. Le tout est ensuite battu pour le faire mousser. Finalement, on ajoute de la crème fouettée et les cubes Jell-O de la veille, dont une partie coiffera le gâteau. Juste avant de servir, des noix de Grenoble hachées y sont disséminées comme touche finale.

En revanche, il ne faut pas se laisser abuser par son aspect insolite ou l’absence de cuisson : cette recette ne pardonne aucune approximation. Isabelle, l’une des sœurs de Danielle, en sait quelque chose : elle s’est déjà essayée à le préparer en une seule journée, ce qui a abouti à un échec cuisant ! Par ailleurs, le gâteau doit absolument être sorti du réfrigérateur et servi à la toute dernière minute, sous peine de le voir se désagréger comme comme les pôles de ce bas-monde.

L’histoire nous dira si deux des nièces de Danielle, qui lui ont demandé la recette, parviendront à maîtriser la bête avec autant de maestria qu’elle. « La transmission devrait être assurée… si le Jell-O existe toujours ! », dit Isabelle en riant.

Recette du dessert brillant

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le dessert brillant

L’avant-veille

Ingrédients

1 petit paquet (45 g) de gelée (Jell-O) orange ou rouge

1 petit paquet de gelée verte

Préparation

1. Dissoudre chaque gelée séparément dans 1 tasse d’eau bouillante

2. Ajouter 1/2 tasse d’eau froide dans chacun

3. Verser dans 2 moules carrés de 8 po

4. Réfrigérer

La veille

Ingrédients

Fond de biscuit

1 1/2 tasse de miettes de biscuits Graham (ou chapelure P’tite Abeille)

1/2 tasse de beurre fondu

1/4 de tasse de sucre

Mousse fouettée

1 petit paquet de gelée au citron

1/4 de tasse de sucre

1 boîte de 398 ml d’ananas broyés, égouttés

1 c. à thé de jus de citron

1 pincée de sel

1 1/2 tasse de crème à fouetter 35 %

1/4 de tasse de noix Grenoble hachées

Préparation

Fond de biscuit

1. Mélanger biscuits, beurre et sucre

2. Presser ce mélange au fond et sur les bords d’un moule à ressort de 10 po

3. Réfrigérer

Mousse fouettée

4. Dissoudre la gelée au citron et le sucre dans 1 tasse d’eau bouillante

5. Ajouter 1/2 tasse d’eau froide, les ananas égouttés, le jus de citron et le sel. Mélanger et refroidir au réfrigérateur (environ 2 heures, le mélange doit être pris à demi)

6. Fouetter jusqu’à une consistance mousseuse

7. Fouetter la crème 35 % séparément jusqu’à la formation de pics

8. Couper les gelées verte et orange en cubes et ajouter la moitié des cubes dans la préparation d’ananas. Garder le reste des cubes pour la garniture.

9. Ajouter la crème fouettée à la préparation d’ananas et mélanger délicatement à la spatule

10. Verser le tout dans le moule préparé avec les miettes de biscuits

11. Mettre sur le dessus les cubes qui restent

12. Réfrigérer

Dernier jour

Préparation

1. Enlever le tout du moule à ressort

2. Au moment de servir, ajouter les noix sur le dessus