(Montréal) La magie du temps des Fêtes s’est installée samedi au centre-ville de Montréal avec l’arrivée fort attendue du père Noël pour son 69e défilé qui attire généralement entre 200 000 et 300 000 personnes, selon la température.

Helen Moka
La Presse canadienne

Les prévisions météo laissaient entrevoir une belle journée ensoleillée, avec quelques nuages, et un mercure oscillant entre 0 et 2 degrés Celsius, de quoi rendre l’attente plus agréable le long du parcours d’un kilomètre et demi sur le boulevard René-Lévesque, entre les rues Guy, où le coup d’envoi a été donné vers 11 h, et Saint-Urbain.

IMAGE FOURNIE PAR DESTINATION CENTRE-VILLE

Cette année, le père Noël est arrivé inspiré à son tour par le mouvement des jeunes pour le climat, amorçant ainsi le début d’un virage environnemental pour réduire l’empreinte écologique du défilé. Ainsi, pour la toute première fois, trois des 17 chars allégoriques du cortège ont été tirés par des véhicules électriques.

À la société de développement commercial (SDC) Destination centre-ville, qui organise l’événement, le directeur général Émile Roux explique qu’il s’agit de la première étape d’une stratégie à plus long terme.

« On veut essayer d’en intégrer trois ou quatre par année. D’ici trois à quatre ans, on aura peut-être l’intégralité du cortège électrique », affirme M. Roux qui souligne toutefois que cette transition pose quelques défis.

« C’est quand même un défi pour nous parce que ce n’est pas évident de trouver des véhicules électriques suffisamment puissants pour tirer des chars allégoriques. On est très content d’intégrer cette année ces premiers véhicules électriques et notre objectif c’est que progressivement l’intégralité du défilé soit électrique dans les prochaines années. »

Parmi les autres nouveautés cette année, il y avait un char allégorique du Cirque du Soleil qui donne un avant-goût de sa nouvelle création sur glace du spectacle AXEL.

Au total, 17 chars allégoriques ont défilé le long du parcours sur le boulevard René-Lévesque, parallèle à la rue Sainte-Catherine où se déroulait traditionnellement le défilé du père Noël, mais qui fait l’objet de travaux de construction. Il semble toutefois que ce n’est pas la seule raison qui a poussé les organisateurs à modifier le parcours.

« On s’est rendu compte que la rue Sainte-Catherine, avec 200 000 à 300 000 spectateurs en quelques heures, c’est assez limité, surtout qu’on veut garder un grand espace pour le cortège du défilé. Donc, on a voulu passer sur un boulevard plus grand avec plus d’estrades, avec les mêmes rues de départ et d’arrivée », explique M. Roux.

« L’avantage d’être sur le boulevard René-Lévesque c’est qu’il y a huit stations de métro de part et d’autre du parcours du défilé. Donc c’est certain qu’on va encourager le monde à prendre le transport en commun. »

L’ambiance était donc à la fête, avec plusieurs mascottes au rendez-vous, telles que Youppi! du Canadien de Montréal, Junior de l’Impact et Touché des Alouettes, sans oublier la fée des Étoiles qui était à nouveau incarnée par la comédienne Vanessa Pilon, pour une troisième année d’affilée.

Près de 200 bénévoles d’Urgences-santé ont aussi poursuivi leur tradition en permettant à une cinquantaine d’enfants malades et à leur famille d’assister au défilé du père Noël au centre-ville de Montréal. Plusieurs véhicules, dont des ambulances et des véhicules adaptés, ont été mis à contribution pour le transport des enfants provenant des centres hospitaliers du CHU Sainte-Justine, du Centre de réadaptation Marie Enfant, de l’Hôpital Shriners pour enfants et de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Il s’agit d’une initiative amorcée il y a 23 ans.