Source ID:; App Source:

Pour un Noël en santé

Il ne reste plus que 18 jours avant Noël! On en profite pour dresser un... (Photo: Clipart)

Agrandir

Photo: Clipart

Sophie Allard
La Presse

Il ne reste plus que 18 jours avant Noël! On en profite pour dresser un calendrier de l'avent version santé. Question de se rendre au temps des Fêtes et d'y survivre sans trop de bobos. De la prévention du rhume à la cuisson de la dinde, à chaque date son conseil.

7 décembre: emplettes zen!

La moitié des Québécois sont stressés par les emplettes des Fêtes, selon la firme Décima. La pire source de stress? Le cadeau offert à sa douce moitié. Et l'amour dans tout ça? Pour éviter la cohue dans les boutiques, on magasine en ligne ou on fabrique des cadeaux maison. C'est le temps de s'y mettre.

 

8 décembre: un peu de botox?

Les interventions esthétiques sont particulièrement populaires en décembre. «Le pic d'activité pour notre secteur est la fin d'année, l'objectif étant d'avoir la meilleure mine possible pendant les Fêtes. C'est environ 5 à 10% de plus», indique le plasticien new-yorkais Peter Fodor, cité par l'AFP. Tenté par une injection de botox? Pensez-y bien. Une quarantaine de muscles participent aux rides d'expression, révélant nos émotions. Sans ces signes, il risque d'y avoir des malentendus au réveillon!

9 décembre: recevoir sans flafla

Selon un sondage de la Coalition des associations des consommateurs du Québec, publié fin novembre, 73% des personnes endettées manifestent des troubles de sommeil, 48% ont des troubles digestifs liés au stress, 63% des maux de tête et 65%, des tensions musculaires. En temps de crise économique, on reçoit sans excès et on limite ses dépenses.

10 décembre: charité bien ordonnée

La générosité serait deux fois plus bénéfique pour la santé que l'aspirine contre les maladies cardiaques. On ne donne pas qu'en ouvrant son portefeuille, mais en s'impliquant. Selon une étude de la London School of Economics, les gens qui pratiquent le bénévolat de façon hebdomadaire sont 16% plus enclins à être en excellente santé que ceux qui n'en font pas. Le bénévolat diminue les risques de mortalité chez les aînés même lors de bénévolat occasionnel (- 41%), affirment des chercheurs de l'Université de Stanford. Donner réduirait aussi l'anxiété et les risques de dépression.

11 décembre: du bon pied

Pour démarrer l'année du bon pied, on s'inscrit à la Course de la résolution, qui aura lieu le 31 décembre ou le 1er janvier selon les régions du Québec. Au programme: course de 3 km et de 5 km, marche de 1 km. (Informations: runningroom.com). Bonne nouvelle, il reste quelques semaines pour s'entraîner.

12 décembre: party, party

Lors d'une réception, une personne sur cinq prend plus de cinq verres. «Une consommation abusive lors d'une occasion donnée augmente la probabilité d'occurrence de relations sexuelles non protégées, conduite avec facultés affaiblies, comportements violents et accidents», indique-t-on à Educ'alcool. Et que dire du lendemain de veille! Après chaque verre de vin, on consomme un verre d'eau. Si on a trop bu, on appelle Nez rouge.

13 décembre: mon beau sapin

On aime bien la parure du roi des forêts, mais on aime moins les irritations respiratoires qu'il peut provoquer. Les arbres artificiels dégageraient des composés organiques volatils irritants, tout comme les guirlandes, glaçons et bombes à neige. Rangées dans le fond du placard depuis un an, les décorations sont peut-être recouvertes de poussière. Avant de rentrer le sapin naturel dans la maison, on l'asperge d'eau. On secoue sapin de plastique, guirlandes et compagnie à l'extérieur de la maison. S'il y a lieu, on passe un chiffon. Ça devrait réduire les inconvénients.

14 décembre: vive le ski !

L'an dernier, on a signalé 13 000 accidents avec blessures dans les stations du Québec. «Il y a à peu près une blessure par 500 jours skiés, peut-être plus», indique Claude Goulet, professeur au département d'éducation physique de l'Université Laval. Pour prévenir, on s'assure d'avoir un équipement adéquat, on se réchauffe avant la première descente, on évite les pistes glacées et trop achalandées, on arrête quand on est fatigué et on respecte le code de sécurité du skieur.

15 décembre: hula-hoop virtuel

Pourquoi ne pas ajouter le Wii Fit à votre liste de cadeaux? Entraîneur personnel et jeu vidéo, le Wii Fit propose plus de 40 activités pour améliorer sa forme physique: hula-hoop virtuel, surf des neiges sur planche d'équilibre. On s'amuse plus qu'on transpire, paraît-il. C'est déjà bon, non?

16 décembre: père Noël au régime

Selon un sondage mené récemment en Espagne, 53% des enfants trouvent le père Noël trop gros. Conscients de leur embonpoint, les pères Noël du monde ont décidé de maigrir, ont-ils annoncé lors de leur 51e congrès, l'été dernier. Ils ont défilé dans les rues de Copenhague en vélo et à pied. Ils ont nagé et dansé le hula-hoop. Pas question de faire une croix sur les biscuits! Ils savent qu'un régime amaigrissant en décembre peut être catastrophique: les festins des Fêtes seront tentants et le corps, après privation, emmagasinera tout ce qu'il peut. Effet yoyo garanti.

17 décembre: ouste rhume et gastro!

Le temps des Fêtes est propice aux poignées de main, bises et accolades. Un rhume en cadeau? «Pour prévenir, on se lave les mains souvent et on évite de se toucher les yeux, le nez et la bouche», indique Renée Paré, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal. Si un occupant de la maison est malade, on lave souvent les surfaces de travail de la cuisine et les meubles de la salle de bains. La Dre Paré insiste: «Les personnes à risque doivent se faire vacciner contre la grippe.» Et si on est malade, mieux vaut rater une soirée que de contaminer les invités!

18 décembre: au lit!

Un adulte sur quatre manque de sommeil. On dort en moyenne 6,8 heures par nuit la semaine, selon un sondage américain. Pendant les vacances, on se donne le droit de faire la grasse matinée. En attendant, on essaie de ne pas rogner sur son sommeil malgré les partys et les préparatifs de Noël. Le manque de sommeil favorise l'embonpoint, diminue les défenses immunitaires et les facultés cognitives, augmente les risques d'hypertension, de diabète et de cancer. Au lit.

19 décembre: Noël en chansons

Chantons Noël sous la douche, dans la voiture ou dans une chorale. Des chercheurs de l'Université de Francfort, en Allemagne, suggèrent que le chant a un effet bénéfique sur le système immunitaire. Selon d'autres travaux allemands, l'écoute d'une musique rythmée et joyeuse pendant 50 minutes hausse la production d'anticorps et engendre une baisse de cortisol, hormone du stress. Un remix dance du Minuit chrétien?

20 décembre: tout feu tout flamme

Rien de tel qu'un feu de foyer après une journée au froid. Saviez-vous qu'une centaine de substances toxiques se dégagent de la fumée de bois? «On compte, parmi les effets néfastes, une augmentation du nombre de visites aux urgences pour des infections des voies respiratoires inférieures et une exacerbation de l'asthme», indique-t-on à l'Association pulmonaire du Québec. On fait quoi? Des petits feux intenses. On ne brûle que du bois sec, jamais des déchets plastiques ou du bois traité, et on garde ses bûches dehors.

21 décembre: éteignons notre portable!

Quand on perd son portable, c'est la panique. Pour plusieurs, il est objet de dépendance. À la dernière mode chez les jeunes: l'envoi de SMS la nuit. Selon une étude belge, citée dans Cerveau&Psycho, près de 14% des adolescents envoient et/ou reçoivent un message texte nocturne entre une fois par jour et une fois par semaine. Bonjour la fatigue et l'humeur maussade! L'utilisation du portable favoriserait l'impatience et le manque de contrôle de soi. Cachons l'appareil.

22 décembre: pas de panique!

Vacances = stress? Possible. Selon l'Association américaine de psychologie, près de la moitié des femmes (44%) sont plus stressées pendant le temps des Fêtes, contre 31% des hommes. Le psychologue clinicien Nicolas Chevrier explique: «Les attentes sont souvent trop élevées, on dépense beaucoup d'énergie pour les préparatifs, on veut que tout soit parfait.» Pour bien vivre les Fêtes, dit-il, on identifie les sources de stress, on accepte en famille de changer les règles liées à Noël - on prépare un dessert et pas cinq! - et on se donne droit à l'imperfection. On évite aussi de surcharger son horaire de vacances. Respirez...

23 décembre: le temps d'une dinde

«Pour réduire les risques de contamination, on garde au froid ce qui se mange froid. On garde au chaud les aliments qui sont servis chauds», conseille la Dre Renée Paré. Glace et réchauds ne sont pas de trop. La dinde? Selon Santé Canada, on la congèle immédiatement après l'achat si elle est surgelée ; on la décongèle au frigo ou dans l'eau froide, on nettoie et on désinfecte les surfaces qui ont été en contact avec la volaille crue, on utilise un thermomètre à cuisson (viande 185 F, farce 165 F) et on réfrigère les restes dans les deux heures suivant la cuisson.

24 décembre: j'ai trop mangé!

Durant les Fêtes, les occasions de s'empiffrer sont nombreuses. Quoi faire pour éviter ballonnements et nausées? «On mange une petite soupe et une salade avant le buffet du réveillon, conseille la Dre Renée Paré. On boit beaucoup d'eau, on mange des crudités et on espace les tentations. On donne le temps à notre cerveau de réaliser qu'on n'a plus faim.» Une marche à l'air frais peut aider. Le lendemain, on privilégie des repas légers, on boit de l'eau à profusion et on bouge.

25 décembre: Joyeux Noël!

 




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer