Pour le remplacement des marches et des revêtements des balcons extérieurs, la majorité des consommateurs québécois se tournent aujourd'hui vers les produits de contreplaqué recouverts de fibre de verre. Cependant, en regardant les produits installés il y a 15 ou 20 ans, certains propriétaires s'inquiètent avec raison de la performance des produits de fibre de verre. Sont-ils vraiment durables?

Mis à jour le 24 sept. 2007
Yves Perrier (collaboration spéciale) LA PRESSE

Pour le remplacement des marches et des revêtements des balcons extérieurs, la majorité des consommateurs québécois se tournent aujourd'hui vers les produits de contreplaqué recouverts de fibre de verre. Cependant, en regardant les produits installés il y a 15 ou 20 ans, certains propriétaires s'inquiètent avec raison de la performance des produits de fibre de verre. Sont-ils vraiment durables?

 LE PROBLÈME

 Il faut d'abord se rappeler que les balcons et les marches de fibre de verre sont avant tout constitués de bois et de contreplaqué. Le contreplaqué est sablé grossièrement pour que la couche de fibre de verre y adhère. Un enduit de finition d'uréthane (Gelcoat) protège la fibre de verre contre les rayons ultraviolets tout en lui donnant la couleur et la texture voulues.

 Lorsque la couche de fibre de verre est endommagée, l'eau pénètre dans le contreplaqué, qui pourrit alors très rapidement car la couche de fibre de verre l'empêche de s'assécher. Les problèmes des marches et des balcons proviennent principalement de leur mode de fabrication et des vis qui perforent la couche protectrice.

 Il faut éviter les produits dont les côtés sont à angles droits. Les joints de ces angles ont tendances à fissurer et à laisser entrer l'eau dans le contreplaqué. Le problème des infiltrations par les vis se produit surtout en hiver, lorsque la neige mouillée stagne sur le balcon.

 POUR LES BALCONS

 Demandez d'abord des panneaux aux côtés arrondis afin que la couche de fibre de verre soit continue et sans faiblesse. Exigez qu'il soit fait d'un contreplaqué de sapin Douglas (B.C. Fir) de 18 mm d'épaisseur.

 Avant devisser legarde-corps dans le balcon, il faut percer le contreplaqué et remplir le trou d'un calfeutrant de silicone ou de thermoplastique pour empêcher l'eau d'y pénétrer.

 POUR LES MARCHES

 En plus des côtés arrondis et du scellement des vis, les marches doivent surtout résister à la flexion. Lorsque la marche plie sous le poids des passant il se crée des microfissures dans la couche de fibre de verre et celle-ci peut se décoller du bois. Pour que la marche demeure rigide, l'espacement entre les limons de l'escalier (la structure) ne doit pas excéder 42 pouces (110 cm). Pour les escaliers plus larges, il faut absolument ajouter un troisième limon au centre. La majorité des fabricants utilise un double contreplaqué de 18 mm pour réaliser leurs marches. Personnellement, je recommande plutôt les marches constituées de madriers lamellés en pin séché au four. Ils sont plus rigides et résisteront davantage au poids des déménageurs.