Toute rénovation exige une bonne dose de planification et couronne un processus de longue haleine. Une fois par mois, nous ferons découvrir des projets de diverses envergures, qui pourraient donner des idées.

Johanne Lebeau et Christian Carrier avaient en tête des critères bien précis quand ils se sont lancés à la recherche d’une maison, à Mont-Royal, en mars 2020.

Il leur fallait, par exemple, au moins trois chambres. « Mon fils de 20 ans vient régulièrement, c’était important qu’il ait sa place, explique Johanne Lebeau. Je voulais aussi avoir mon bureau, en plus de notre chambre. »

Habitant depuis 20 ans dans une maison en rangée située au milieu d’autres habitations, à Mont-Royal, ils avaient par ailleurs vraiment envie d’habiter dans un intérieur lumineux. Ils n’ont donc porté leur regard que vers des propriétés baignées de soleil, situées sur le côté avantageux des rues. C’est ainsi qu’ils ont remarqué une pancarte plantée devant une habitation jumelée, qui avait déjà attiré l’attention de Mme Lebeau, avant qu’elle ne songe à vendre sa demeure.

« C’était une maison que je n’avais pas trouvée belle de prime abord, parce qu’elle avait besoin d’amour, explique-t-elle. Mais une amie avait vu son potentiel et me l’avait montrée. Et voilà que la succession du propriétaire, qui était très âgé, fixait des rendez-vous pendant deux jours ! On avait un budget très serré et on ne pouvait pas donner plus que ce qui était demandé. Il y a eu de la surenchère, sauf que les gens de la succession désiraient vendre à un couple qui voulait vivre dans la maison et en prendre soin. On a été choisis. De notre côté, en entrant, on s’est vus habiter là. »

La maison avant les rénovations

  • Le salon

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    Le salon

  • La cuisine

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    La cuisine

  • Le mur séparant la cuisine de la salle à manger

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    Le mur séparant la cuisine de la salle à manger

  • La chambre principale

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    La chambre principale

  • La salle de bains à l’étage

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    La salle de bains à l’étage

  • Le sous-sol

    PHOTO FOURNIE PAR JOHANNE LEBEAU

    Le sous-sol

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils sont ainsi devenus les deuxièmes propriétaires officiels de la résidence bâtie en 1939, demeurée jusque-là entre les mains de membres de la même famille, qui ne l’avaient jamais rénovée. Tout était à refaire : la plomberie, l’électricité, le toit, le comble, le sous-sol jamais aménagé, etc.

« Il fallait remettre la maison en santé, parce que tout était vieux, se rappelle Mme Lebeau. On voulait s’assurer que ce soit fait correctement, en engageant quelqu’un qui s’y connaît. On a choisi Pammax Design intérieur, parce que l’entreprise offre un service clés en main et travaille étroitement avec un entrepreneur. »

Sacrifier le garage

Johanne Lebeau et Christian Carrier ont résisté à la tentation d’agrandir leur maison. Ils ont respecté scrupuleusement leur budget.

« C’était important d’avoir une salle d’eau au rez-de-chaussée, et mon chum voulait absolument un établi », explique Mme Lebeau.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Johanne Lebeau et Christian Carrier ont atteint leurs objectifs tout en respectant scrupuleusement leur budget. 

« On a agrandi par l’intérieur, en nous appropriant le garage. On a de la place pour quatre voitures à l’extérieur et on ne voulait pas avoir un garage pour y mettre une voiture. En faisant cela, notre cuisine est plus grande, et on a ajouté une salle d’eau. »

Johanne Lebeau, copropriétaire de la demeure

« Je ne voulais pas que nos invités se rendent à l’étage pour aller aux toilettes. Je pensais aussi à mes parents, qui ont 90 ans et ont de la misère à monter les marches. Il y aura aussi un établi, qui n’est pas encore fini. »

Aimant beaucoup cuisiner, elle désirait par ailleurs une cuisine conviviale, ouverte sur la salle à manger, pour être en mesure de jaser avec ses invités pendant que ceux-ci sont à table. L’ajout d’un îlot avec un bar figurait aussi sur la liste des priorités.

Afin qu’un maximum de lumière pénètre, le couple a de plus ajouté deux fenêtres au rez-de-chaussée, dans la salle à manger, ainsi qu’une porte-fenêtre, entre la cuisine et la salle d’eau. Les travaux terminés, c’est la couleur riche et audacieuse, appliquée sur le manteau du foyer et le mur entier contre lequel il s’appuie, qui suscite le plus de commentaires admiratifs.

« Marie-Josée Cousineau [présidente de Pammax] a compris que Christian et moi sommes deux personnes créatives, souligne Johanne Lebeau. Elle a senti qu’elle pouvait oser. Elle s’est inspirée de ce qu’on gardait de notre ancienne maison pour proposer des choses avec de la texture et de la couleur. Ma cuisine, je la voulais verte. Elle a tout de suite proposé le vert sauge. Elle a saisi mon ADN. »

Ils ont loué un petit appartement pendant les travaux, visitant le chantier tous les jours et surmontant les obstacles, indique la propriétaire. « Réaliser un gros projet comme ça, en restant dans un 3 et demie, en plein confinement, ce n’était pas facile. On a passé le test de notre amour ! »

La maison après les rénovations

  • La couleur riche et audacieuse, appliquée sur le manteau du foyer et le mur entier contre lequel il s’appuie, suscite beaucoup de commentaires admiratifs. 

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    La couleur riche et audacieuse, appliquée sur le manteau du foyer et le mur entier contre lequel il s’appuie, suscite beaucoup de commentaires admiratifs. 

  • Johanne Lebeau et Christian Carrier rêvaient d’un intérieur baigné de lumière. Ils ont ajouté deux fenêtres dans la salle à manger, qui en compte maintenant cinq.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Johanne Lebeau et Christian Carrier rêvaient d’un intérieur baigné de lumière. Ils ont ajouté deux fenêtres dans la salle à manger, qui en compte maintenant cinq.

  • Les propriétaires ont ajouté une salle d’eau au rez-de-chaussée ainsi qu’une porte-fenêtre, entre la salle d’eau et la cuisine.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Les propriétaires ont ajouté une salle d’eau au rez-de-chaussée ainsi qu’une porte-fenêtre, entre la salle d’eau et la cuisine.

  • L’arche entre la salle à manger et le salon a été élargie afin de mieux éclairer le rez-de-chaussée. Les anciens luminaires ont été préservés et mis en valeur.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    L’arche entre la salle à manger et le salon a été élargie afin de mieux éclairer le rez-de-chaussée. Les anciens luminaires ont été préservés et mis en valeur.

  • La nouvelle salle d’eau au rez-de-chaussée est fort appréciée.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    La nouvelle salle d’eau au rez-de-chaussée est fort appréciée.

  • Le mur de brique découvert dans la chambre principale, en enlevant les anciennes penderies, a été une belle surprise. 

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Le mur de brique découvert dans la chambre principale, en enlevant les anciennes penderies, a été une belle surprise. 

  • La salle de bains, à l’étage, a été entièrement refaite.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    La salle de bains, à l’étage, a été entièrement refaite.

  • Les propriétaires ont choisi de ne pas cacher les poutres utilisées lorsque la maison a été bâtie, en 1939. Il s’agit de rails du chemin de fer, en construction à Mont-Royal, à l’époque.  

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Les propriétaires ont choisi de ne pas cacher les poutres utilisées lorsque la maison a été bâtie, en 1939. Il s’agit de rails du chemin de fer, en construction à Mont-Royal, à l’époque.  

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En bref

  • Un incontournable : avoir au moins trois chambres (les propriétaires en ont quatre, un extra)
  • Autre incontournable : ajouter une salle d’eau au rez-de-chaussée
  • Une surprise : un mur de brique dans la chambre principale
  • Une priorité : sauvegarder les portes anciennes, les luminaires, la quincaillerie d’origine
  • Un « tant qu’à y être » : aucun
  • Début des travaux : mars 2021
  • Emménagement : 24 juin 2021
  • Entreprise sélectionnée : Pammax Design
  • Budget rigoureusement respecté : environ 450 000 $