Tranchée dans le vif

  •  (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 1 / 8
  •  (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 2 / 8
  • Mur en bandeaux de bois posés en chicane. Quand la salle de bains est éclairée, des raies de lumière s'infiltrent au travers pour créer un effet lanterne à l'extérieur. Mobilier sur mesure par JF Asselin. «Le concept est simple, mais il faut être minutieux. Le mur devient un objet», indique l'architecte. (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Mur en bandeaux de bois posés en chicane. Quand la salle de bains est éclairée, des raies de lumière s'infiltrent au travers pour créer un effet lanterne à l'extérieur. Mobilier sur mesure par JF Asselin. «Le concept est simple, mais il faut être minutieux. Le mur devient un objet», indique l'architecte.

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 3 / 8
  • Les propriétaires ont taillé des ormes sur leur terrain à la campagne pour créer une division. L'escalier conçu par Éric Tremblay marie bois et métal. Le plancher est en guajuvira, aussi connu sous le nom de hickory brésilien. (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Les propriétaires ont taillé des ormes sur leur terrain à la campagne pour créer une division. L'escalier conçu par Éric Tremblay marie bois et métal. Le plancher est en guajuvira, aussi connu sous le nom de hickory brésilien.

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 4 / 8
  •  (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 5 / 8
  •  (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 6 / 8
  • Un escalier à mi-chemin entre le contemporain et le rustique, avec des marches de métal plié et en rondins taillés, appuyées sur un garde-corps en verre trempé. (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Un escalier à mi-chemin entre le contemporain et le rustique, avec des marches de métal plié et en rondins taillés, appuyées sur un garde-corps en verre trempé.

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 7 / 8
  • Les panneaux en verre trempé de 12 millimètres sont accrochés à des profilés en aluminium vissés dans le bois. (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

    Plein écran

    Les panneaux en verre trempé de 12 millimètres sont accrochés à des profilés en aluminium vissés dans le bois.

    Photo: Ninon Pednault, La Presse

  • 8 / 8
Marie-France Léger
La Presse

Peut-on sacrifier une importante partie du plancher de l'étage pour faire place à la lumière, dans toute la maison? La décision est souvent déchirante... Un couple a fait le grand saut, au moment de transformer son duplex en maison à étage. Aujourd'hui, dans leur maison innondée de lumière, il ne regrette rien.

Au moment de convertir leur duplex en maison à étage, Mélanie et Robin ont fait appel à l'architecte Éric Joseph Tremblay, de BOOM-TOWN Atelier d'architecture. Ils voulaient sortir de l'ombre. Le défi: améliorer les espaces de vie en faisant pénétrer la lumière abondamment.

On a donc sacrifié une partie de la superficie à l'étage pour pratiquer une immense ouverture de huit pieds sur douze pieds. Tout autour, on a installé une balustrade en verre trempé de 12 millimètres d'épaisseur, de manière à amplifier encore la clarté. Debout sur la «coursive» ainsi créée, devant le vide, on ressent un léger vertige pour qui n'est pas habitué à autant de transparence!

>>>>Commentez sur le blogue Maison.

L'accrochage de ces panneaux de verre a été relativement facile puisqu'ils sont vissés à des colonnes en bois.

Surplombant le tout, on a rajouté un puits de lumière supplémentaire au toit, de quatre pieds sur huit pieds. «C'était toute l'idée maîtresse du projet, explique l'architecte. De faire une tranchée pour amener toute la lumière au rez-de-chaussée dans les espaces de vie.»

Les quatre chambres du haut donnent maintenant sur l'aire de séjour, en contrebas. On s'y promène en ayant envie de s'accouder au garde-corps et d'admirer la vue. D'en haut, on aperçoit la fameuse cheminée du salon, qui semble flotter dans les airs.

Le foyer mirage

L'introduction du gaz, en effet, était indispensable pour les propriétaires. Non seulement pour cuisiner, mais aussi pour profiter du confort d'un foyer. Ils ont hésité un peu avant de choisir le double face.

L'architecte a proposé plusieurs esquisses en 3D. «On l'a essayé dans différentes positions pour avoir la meilleure division possible, raconte-t-il. Ils voulaient une division, mais pas complètement fermée, pour avoir un peu d'intimité dans la salle à manger.»

M. Tremblay s'est servi du foyer comme d'un meuble qui flotte. Le revêtement en briques blanches ne touche ni au parquet ni au plafond. Il y a deux pattes cachées pour permettre la descente de la charge. Visuellement, on ne les distingue pas. Le tube de sortie des vapeurs de gaz est en acier inoxydable de 14 pouces.

On a désormais l'impression que c'est lui qui retient l'ensemble vers le haut. Il faut noter que les travaux ont été réalisés par Les Constructions de Laberge.

8'X12'

L'ouverture pratiquée dans le plancher de l'étage fait huit pieds sur douze pieds

100$

Les travaux sur les deux étages sont revenus à presque 100$ le pied carré, tout inclus.

4 mois

Le chantier a duré quatre mois, de façon non continue.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer