Source ID:; App Source:

Penthouse : la distinction en cinq points

  • La vue sur les gratte-ciel du centre-ville et de Griffintown est l’un des principaux attraits de ce penthouse du M9 phase 3. (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

    Plein écran

    La vue sur les gratte-ciel du centre-ville et de Griffintown est l’un des principaux attraits de ce penthouse du M9 phase 3.

    Photo Marco Campanozzi, La Presse

  • 1 / 5
  • Les penthouses, au M9 phase 3, ont des plafonds de 11 pieds de haut. (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

    Plein écran

    Les penthouses, au M9 phase 3, ont des plafonds de 11 pieds de haut.

    Photo Marco Campanozzi, La Presse

  • 2 / 5
  • Au 1248 Condos urbains, les penthouses ont 1200 pi2 et sont aménagés sur deux niveaux. La cuisine et le salon, dans celui-ci, se trouvent au dernier étage, au-dessus des chambres. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Au 1248 Condos urbains, les penthouses ont 1200 pi2 et sont aménagés sur deux niveaux. La cuisine et le salon, dans celui-ci, se trouvent au dernier étage, au-dessus des chambres.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 3 / 5
  • Le très grand îlot recouvert de granit exotique, chez les Géhue-Azoulay, attire l’attention. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Le très grand îlot recouvert de granit exotique, chez les Géhue-Azoulay, attire l’attention.

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 4 / 5
  • 5. Plusieurs promoteurs se donnent du mal pour acheminer le gaz aux étages supérieurs. L'enjeu est de taille: les acheteurs habitués de cuisiner au gaz recherchent ce mode de cuisson. Et bon nombre ne se voient pas, dans l'ascenseur, avec leur bonbonne de gaz propane pour le barbecue. «Si on n'installait pas le gaz dans les penthouses, on perdrait la moitié de notre clientèle», estime Louis Conrad Migneault, de DevMcGill. (Au M9 phase 3, les copropriétaires d’un penthouse pourront cuisiner au gaz. Photo Marco Campanozzi, La Presse)

    Plein écran

    5. Plusieurs promoteurs se donnent du mal pour acheminer le gaz aux étages supérieurs. L'enjeu est de taille: les acheteurs habitués de cuisiner au gaz recherchent ce mode de cuisson. Et bon nombre ne se voient pas, dans l'ascenseur, avec leur bonbonne de gaz propane pour le barbecue. «Si on n'installait pas le gaz dans les penthouses, on perdrait la moitié de notre clientèle», estime Louis Conrad Migneault, de DevMcGill.

    Au M9 phase 3, les copropriétaires d’un penthouse pourront cuisiner au gaz. Photo Marco Campanozzi, La Presse

  • 5 / 5

Les penthouses, longtemps réservés aux riches et célèbres, empruntent dorénavant diverses formes. Plus ou moins extravagants, ils ont tous quelques points en commun: ils occupent les derniers étages de leur immeuble et sont aménagés avec soin pour justifier un coût plus élevé. Cinq éléments font craquer les acheteurs à la recherche d'un appartement hors de l'ordinaire.

1.La vue, la vue, la vue

Qu'ils soient au 6e ou au 30e étage, les appartements terrasses s'élèvent au-dessus des immeubles voisins. Ils offrent ainsi des vues dégagées sur les environs, qui peuvent être admirées à travers de grandes fenêtres.

2. Plus hauts, les plafonds

Les résidants des derniers étages sont choyés: les plafonds gagnent de la hauteur pour donner plus de prestance aux appartements. Dans la plupart des complexes, les penthouses ont des plafonds de 10, 11 et même 12 pieds de hauteur!

3. Spacieux, mais pas trop

L'espace valant son pesant d'or, la grandeur des appartements terrasses est judicieusement calculée. L'important, pour ceux qui quittent une vaste demeure, est de ne pas se sentir à l'étroit et d'être à l'aise pour recevoir.

4. Une petite touche de luxe

Les penthouses se distinguent des autres appartements du même immeuble. Ils se démarquent par les matériaux utilisés (recouvrements de plancher, céramique, armoires de cuisine, etc.) et par la superficie de leur balcon (ou terrasse). Évidemment, plus la finition est somptueuse, plus la facture est gonflée.

5. Vive la cuisson au gaz

Plusieurs promoteurs se donnent du mal pour acheminer le gaz aux étages supérieurs. L'enjeu est de taille: les acheteurs habitués de cuisiner au gaz recherchent ce mode de cuisson. Et bon nombre ne se voient pas, dans l'ascenseur, avec leur bonbonne de gaz propane pour le barbecue. «Si on n'installait pas le gaz dans les penthouses, on perdrait la moitié de notre clientèle», estime Louis Conrad Migneault, de DevMcGill.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer