Montréal se réinvente. À certains endroits, de vastes terrains changent de vocation. Ailleurs, des secteurs entiers sont transformés pour devenir plus accueillants. L'enjeu? Contrer l'exode annuel d'environ 20 000 personnes vers les banlieues. Plusieurs arrondissements mettent l'épaule à la roue pour susciter la création de nouveaux quartiers verts, axés sur la marche, le vélo et les transports collectifs, au détriment de l'automobile, qui pourront attirer à la fois des jeunes et des moins jeunes... et plaire aux familles. Neuf futurs quartiers attirent l'attention.

Publié le 27 mars 2011
Danielle Bonneau LA PRESSE

1-Secteur ouest de Pierrefonds

Arrondissement: Pierrefonds-Roxboro

Terrain de 362 hectares à la frontière de Senneville, entre le parc-nature du Cap-Saint-Jacques et le parc-nature de l'Anse-à-l'Orme.

Potentiel: environ 6000 logements d'une grande diversité, dans des immeubles d'un minimum de deux étages, dont 30% seraient abordables et sociaux

Visé:la création d'un nouveau parc-nature

Ce terrain, le plus vaste à Montréal destiné au lotissement immobilier, est intégré à un grand projet de conservation des milieux naturels. Les terrains qui devraient être urbanisés font 182 hectares. Lors d'un atelier de design urbain, en février 2008, trois équipes d'architectes, d'urbanistes, d'architectes paysagistes et de designers urbains ont proposé des concepts d'aménagement afin de créer un quartier neuf dans un cadre naturel exceptionnel. Ces concepts ont guidé la réalisation du Programme particulier d'urbanisme du secteur (PPU), qui devrait être finalisé cette année, puis soumis à une consultation publique. «On veut faire une banlieue différente, révèle Luc Gagnon, responsable de l'urbanisme à la Ville de Montréal. Pour cela, il faut densifier afin de justifier l'établissement de commerces et de restaurants, l'aménagement d'un parc et de pistes cyclables, la construction d'une nouvelle école et l'instauration d'un transport collectif d'une certaine fréquence.»

2-Petite Rivière

Arrondissement: Lachine

Projet visant à métamorphoser les neuf premiers trous du terrain de golf Meadowbrook, à l'intersection de Côte-Saint-Luc, Montréal-Ouest et Lachine, de deux voies ferrées et de deux gares ferroviaires de marchandise, à côté d'une zone industrielle.

Promoteur: Groupe Pacific

Potentiel: environ 1600 unités d'habitation de diverses typologies et 4600 mètres carrés d'espace commercial.

Le promoteur propose une nouvelle façon de vivre en banlieue, dans un environnement hypervert et d'une certaine densité, moins axé sur l'automobile. Il est prêt à respecter les 10 principes qui permettraient de créer le premier écoquartier au Canada adhérant au programme international «One Planet communities».

Les terrains où seraient bâtis des immeubles de deux à huit étages représenteraient 30% de la superficie. Cette section serait construite à proximité de la voie ferrée où circulent les trains de banlieue de la ligne Montréal-Vaudreuil-Hudson.

Plus de la moitié de la superficie du terrain deviendrait un parc avec des espaces publics et privés variés où cohabiteraient divers types d'activités: protection de l'habitat, loisirs de plein air et agriculture communautaire. Le projet se bute toutefois à une forte résistance, à cause du site même où il prendrait forme.

Illustration fournie par l'Oeuf et BNIM

3-Quartier Angrignon

Arrondissement: LaSalle

Le quartier est situé de part et d'autre du boulevard Newman, entre les rues Irwin et Lapierre, à proximité du Carrefour Angrignon, ainsi que de la station de métro et du parc du même nom.

Potentiel: environ 3000 nouveaux logements de diverses typologies

Cela n'inclut pas les 600 unités prévues juste à côté, dans le projet Bois des Caryers.

La création du Quartier Angrignon, en février 2010, permet la construction d'immeubles résidentiels de six, douze et même seize étages, autour des boulevards Newman et Angrignon, dans un environnement plus vert.

L'arrondissement se sert du pouvoir d'attraction de la station de métro Angrignon pour donner un nouveau souffle aux environs. Le boulevard Newman, qui a l'allure d'un boulevard de banlieue, sera transformé en un boulevard urbain qui laissera plus de place aux transports collectifs et favorisera les déplacements à pied et à vélo.

Le secteur sera densifié, tout en créant un milieu de vie agréable, moins dépendant de l'automobile, avec un traitement architectural et paysager intéressant.

Illustration fournie par l'arrondissement Lasalle

4-Bassins du Nouveau Havre

Arrondissement: Sud-Ouest

Entre les rues Guy et de la Montagne, en bordure du canal de Lachine

Potentiel: environ 2000 unités, dont 400 logements communautaires

Propriétaire du terrain et promoteur: Société immobilière du Canada (SIC)

Le quartier, qui se veut vert et bleu, désire plaire notamment aux familles et vise la certification écologique LEED-ND (Leadership in Energy and Environmental Design for Neighborhood Development).

Trois de la douzaine d'immeubles prévus auront 20 étages et les autres compteront sept ou huit étages. Tous viseront la certification LEED. Une seule rue sera créée et dix allées piétonnières, ouvertes au public, relieront le quartier avoisinant au canal de Lachine.

Les anciens bassins, remblayés il y a une quarantaine d'années, seront réaménagés. Les immeubles seront implantés en périphérie et partiellement dans l'eau. La gestion des eaux, d'ailleurs, fera l'objet d'une grande attention. La construction du premier immeuble de huit étages devrait débuter à l'automne.

Un établissement hôtelier abordable et une centaine d'ateliers-résidences pour artistes sont également en préparation.

Illustration fournie par Prével

5-Pointe-Nord

Arrondissement: Verdun

Majeure partie de la pointe nord de l'Île-des-Soeurs

Promoteur: Corporation Proment

Potentiel: 1600 logements de divers types avec des commerces et des restaurants à proximité du Campus Bell

Prévu: la création de parcs

Ce quartier, qui vise la certification LEED-ND, se veut lui aussi vert et bleu. Les stationnements seront souterrains et les déplacements à pied et à vélo seront favorisés.

De nombreuses mesures sont prises, par ailleurs, pour limiter la consommation d'eau et d'énergie. La tour Evolo, en construction, vise une certification LEED Argent. L'arrondissement, devenu propriétaire de terrains en bordure du fleuve, aménagera les berges, de même que trois parcs.

La réalisation de l'Esplanade de la Pointe-Nord débutera dès cet été sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Ce grand parc, qui sera ouvert au public, pourrait comprendre un amphithéâtre et un belvédère. Les travaux devraient s'échelonner sur trois ans.

Illustration fournie par la corporation Froment

6-Secteur Namur-Jean-Talon Ouest (Côte-des-Neiges)

Arrondissement: Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Secteur bordé par les rues Jean-Talon Ouest et Buchan et par l'avenue Mountain Sights, à l'est de l'autoroute Décarie

Potentiel: environ 3200 logements de divers types, dont 30% seront abordables et sociaux, avec des commerces et des espaces à bureaux

Prévu: la création d'un parc

L'arrondissement mise sur les stations de métro Namur et De la Savane, au nord de la rue Jean-Talon Ouest, pour revitaliser une vaste zone commerciale et industrielle en déclin.

Déjà, plusieurs promoteurs sont à l'oeuvre et contribuent à transformer le secteur. Divers types de logements pourront être construits. Certains des immeubles résidentiels auront trois ou quatre étages, tandis que d'autres en auront jusqu'à 10 ou 12.

Diverses mesures seront par ailleurs mises en place pour diminuer le recours à l'automobile et favoriser les déplacements à pied, en vélo et en transports en commun, dans un environnement beaucoup plus vert.

Illustration fournie par l'arrondissement de Côte-des-neiges-notre-dame-de-grâce

7-Ancien Hippodrome de Montréal

Arrondissement: Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Secteur délimité à l'est par le boulevard Décarie, au sud par la voie ferrée longeant le site, à l'ouest par les gares de triage du CP, et au nord, par le secteur industriel de Ville Mont-Royal

Potentiel: de 5000 à 8000 logements, dont 30% seront abordables et sociaux, avec des commerces et des lieux d'emploi

Visé: la création de parcs, d'un centre communautaire et sportif, d'écoles et de garderies, selon les besoins

L'immense terrain est avantageusement situé près de la station de métro Namur et de nombreux commerces. La Ville de Montréal et l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce ont entamé leur réflexion à la fin de 2010.

«Dans ce secteur enclavé, nous voulons attirer une clientèle moins dépendante de l'automobile, révèle Luc Gagnon. Comme il n'y a rien sur le site, nous pouvons être très créatifs dans notre façon de l'aménager et de le densifier, afin de créer un milieu de vie complet.

Nous voulons faire un quartier modèle, comme dans certaines villes en Europe, pour en minimiser l'impact écologique. Nous envisageons même le recours à la géothermie. C'est un très beau défi!»

Photo: Archives La Presse

8-Campus Outremont

Arrondissement: Outremont

Promoteur: Université de Montréal

Potentiel: 1300 logements, dont 30% seraient abordables et sociaux

Visé: l'ajout de parcs

L'Université de Montréal a acheté, en 2006, le terrain de l'ancienne gare de triage du Canadien Pacifique. Elle désire donner une nouvelle vocation au secteur, situé à proximité des stations de métro Acadie et Outremont, pour le transformer en un quartier universitaire et résidentiel.

Un Programme particulier d'urbanisme pour les abords du campus Outremont est en préparation pour voir comment le site pourrait être désenclavé, afin de permettre aux résidants des quartiers voisins, à Outremont et Parc-Extension, de profiter des retombées du projet.

La création de liens piétonniers et cyclables est envisagée.

Le nouveau quartier, qui vient d'obtenir le feu vert, vise la certification LEED-ND.

Illustration fournie par la Ville de Montréal

9-Secteur Bellechasse

Arrondissement: Rosemont-La Petite-Patrie

Potentiel: près de 1000 logements, dont 30% seraient abordables et sociaux, avec des commerces et des lieux d'emplois

Visé: un parc, ainsi qu'un centre communautaire et civique

L'aménagement du secteur Bellechasse, dans Rosemont-La Petite-Patrie, a fait l'objet d'un atelier de design urbain en novembre 2008, qui a amené quatre équipes de concepteurs à proposer divers concepts d'aménagement. Un Programme particulier d'urbanisme (PPU) devrait être finalisé cette année, puis soumis à une consultation publique. Le but? Profiter de la proximité de la station de métro Rosemont pour créer un quartier dense et convivial avec beaucoup de verdure, favorisant les déplacements à pied, en vélo, en métro et en autobus, plutôt qu'en voiture. Le viaduc Rosemont-Van Horne est appelé à être modifié.

Ce qu'ils en disent

Voici les commentaires d'experts qui suivent avec intérêt l'évolution de Montréal et de ses quartiers

> Luc Gagnon : Responsable de l'urbanisme à la Ville de Montréal

«Pour garder les familles à Montréal, il faut miser sur différents quartiers. Il faut dédramatiser la question de la densité et démontrer, avec des exemples concrets, qu'un milieu peut être dense sans affecter la qualité de vie qui y est créée. Le fardeau de la preuve nous appartient.»

> Florence Junca-Adenot : Fondatrice du Forum Urba 2015

«J'ai commencé à organiser des conférences en 2004 pour faire réfléchir ceux qui planifient la ville et le transport, afin de répondre aux quatre défis de l'avenir: créer des milieux de vie plus denses, moins dépendants de l'automobile, en faisant des choix pour économiser les ressources, et faire face au vieillissement de la population. Sept ans plus tard, les idées ont évolué de façon incroyable. Beaucoup de projets sont sur la table, à Montréal et ailleurs, et j'espère que ces principes se retrouveront dans tous les plans d'aménagement rendus publics en 2011.»

> Owen Rose : Architecte et président du Centre d'écologie urbaine, coorganisateur du sommet mondial Écocité 2011, à Montréal, en août

«Plusieurs quartiers centraux de Montréal, comme Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont-La Petite-Patrie, Pointe-Saint-Charles, Ville-Marie et le Plateau, aménagés à l'époque du tramway, possèdent déjà les attributs d'un quartier vert à cause de leur densité, de leurs commerces accessibles à pied, de leurs arbres matures, de la qualité du transport collectif et de la proximité du centre-ville. Ailleurs, Montréal est en transition. On reprend les bons principes qui datent du début du XXe siècle et on les améliore!»

>Phyllis Lambert : Fondatrice du Centre canadien d'architecture

«Partout, les quartiers devraient être améliorés, avec davantage de squares, pour que les gens aient du plaisir à vivre dans un environnement vert et bleu, de toutes sortes de façons. La rue doit être pensée aussi pour les piétons et les cyclistes, et il faut diminuer l'utilisation de la voiture. Il faut aussi un système abordable de transport public.»

> Paul LewisDirecteur: de l'Observatoire SITQ du développement urbain et immobilier de l'Université de Montréal

«Montréal n'a pas le choix de faire des quartiers plus denses dans ses secteurs centraux, pour tirer parti de son réseau de transport en commun. On peut se passer très facilement d'une voiture quand on habite à proximité d'une station de métro et on peut aller à peu près partout pour profiter de ce que la ville a à offrir. Le défi est de proposer aux familles un environnement urbain qui va réussir à concurrencer les banlieues. Ce n'est pas simple.»

> Alexandre Turgeon : Président de l'organisme Vivre en Ville, qui vient de lancer le court métrage Saga Cité (www. sagacite.org)

«Le plus grand service à rendre aux citoyens est de bâtir ou rebâtir des milieux de vie où l'on peut vivre sans voiture. Dans quelques années, les gens ne regretteront pas d'avoir acheté une propriété à cet endroit, lorsque le prix de l'essence aura beaucoup augmenté. Les vrais projets verts ne reposent pas sur l'utilisation de l'automobile. C'est la clé pour réduire notre empreinte écologique.»

> David Brown : Professeur à l'école d'urbanisme de l'Université McGill et coprésident du comité de programmation du sommet mondial Écocité 2011, à Montréal

«Lorsqu'un quartier est densément peuplé avec une population variée, qu'on y trouve divers services et commerces, qu'on peut y marcher aisément et qu'il y a un bon service de transport en commun, le besoin de recourir à l'automobile diminue. C'est fantastique pour les adolescents, pour les personnes âgées qui ne peuvent plus conduire... et pour l'environnement. Lorsqu'on crée un écoquartier, comme à Pierrefonds, il faut préserver l'intégrité écologique du site pour s'assurer de la survie de l'écosystème en place. Si la planification est bien faite, l'endroit prendra de la valeur à cause de la proximité d'un milieu naturel.»

Illustration fournie par la Ville de Montréal