Quel sera l'effet de la proximité du train de l'Est sur la valeur foncière des maisons? Cela dépendra de plusieurs facteurs, dont la fiabilité du service, indique Jean Dubé, qui a décortiqué la question dans le cadre de ses études de doctorat en aménagement du territoire et développement régional, à l'Université Laval. Un doctorat qu'il a obtenu l'automne dernier.

Mis à jour le 14 juin 2010
Danielle Bonneau LA PRESSE

L'implantation du Métrobus à Québec, en 1992, a contribué à générer une hausse de la valeur du marché immobilier résidentiel unifamilial de 42 millions, en un peu plus de 10 ans, a-t-il évalué.

«On peut s'attendre à avoir de meilleures retombées si le service de transports en commun est fiable et de bonne qualité, et s'il est offert dans un environnement intéressant où les éléments négatifs, comme le bruit et la pollution visuelle, sont réduits au minimum», indique-t-il.

La proximité des transports en commun procure divers avantages aux municipalités, aux promoteurs et aux consommateurs, explique-t-il. Le promoteur voit une plus-value à la proximité d'une gare, car il peut s'en servir comme argument de vente. Le consommateur, quant à lui, peut être prêt à payer sa maison un peu plus cher s'il peut substituer un mode de transport (la voiture) pour un autre (collectif), et économiser sur le stationnement, l'essence, le temps perdu dans la circulation, etc.

Pour les municipalités, les recettes foncières supplémentaires peuvent servir à financer une partie de leurs coûts d'opération.

«L'investissement pour améliorer les transports en commun peut avoir des répercussions positives, souligne-t-il. Il ne s'agit pas uniquement de dépenses.»

Il ne peut quantifier l'effet de la proximité du futur train de l'Est avant sa mise en service. «Il amènera beaucoup de bons côtés, croit-il. Mais le défi demeurera d'offrir un service de qualité.»