Québec deviendra sous peu la première ville de la province à abriter un quartier totalement vert. La Cité verte, un projet de 300 millions $, sera déployée en plein coeur du quartier Saint-Sacrement dans ce qui était autrefois le domaine des Soeurs du Bon-Pasteur. Les travaux sur le chantier viennent de débuter avec la restauration de trois anciens bâtiments dont l'externat qui logera des condos à l'étage et des petits commerces de proximité au rez-de-chaussée.

Lise Fournier LE SOLEIL

Québec deviendra sous peu la première ville de la province à abriter un quartier totalement vert. La Cité verte, un projet de 300 millions $, sera déployée en plein coeur du quartier Saint-Sacrement dans ce qui était autrefois le domaine des Soeurs du Bon-Pasteur. Les travaux sur le chantier viennent de débuter avec la restauration de trois anciens bâtiments dont l'externat qui logera des condos à l'étage et des petits commerces de proximité au rez-de-chaussée.

 L'emplacement des Soeurs du Bon-Pasteur est bien connu des citoyens pour avoir abrité de 1901 à 1972 la crèche de Québec. Pendant cette période, près de 38 000 orphelins y sont nés. Le site, qui est bordé à l'ouest par l'hôpital Jeffrey Hale, à l'est par la rue Monk, au sud par le chemin Sainte-Foy et au nord par la falaise longeant le boulevard Charest, occupe une superficie d'un million de pieds carrés.

 Lors de l'événement Construction Contact, Jean Morency, le président de SSQ immobilier - maître d'oeuvre de ce projet multirésidentiel - a présenté le concept de la Cité verte comme un des plus avant- gardistes au Québec. «Notre objectif est d'en faire une référence québécoise en développement durable et un exemple à suivre pour les constructeurs. Ce quartier vert, a-t-il rappelé, sera différent de tout ce qui s'est fait jusqu'à maintenant.»

 Au cours des prochains mois, 800 unités d'habitations y seront construites, allant du condo aux maisons en rangée en passant par le logement social, mais aussi des petits commerces, des équipements communautaires, une centrale thermique, des éoliennes urbaines et une place d'interprétation qui rappellera l'oeuvre des Soeurs du Bon-Pasteur. Le prix des unités devrait varier entre 250 000 $ et 350 000 $.

 Attente

 Il aura fallu quatre ans avant que le projet n'obtienne le feu vert des citoyens du quartier de la Cité, d'une part, et des autorités de la ville de Québec, d'autre part. Des négociations où chacune des parties a dû mettre de l'eau dans son vin surtout en ce qui a trait à la densité et à la hauteur des édifices. Les permis avaient été accordés l'automne dernier.

 Or par sa vocation, précise M. Morency, le projet dépasse largement le simple volet habitation pour mettre en valeur les dernières technologies environnementales, que ce soit pour la consommation d'énergie, la gestion des eaux de surface, l'éclairage, la climatisation, la récupération sélective des déchets ou le contrôle des dépenses énergétiques.

Des exemples de développement durable

 La Cité verte, un complexe multirésidentiel unique au Québec, a été pensée en fonction du développement durable. En voici des exemples.

 > L'architecture contemporaine des bâtiments a été pensée pour maximiser l'ensoleillement. De plus, l'endroit aura sa propre centrale thermique alimentée par la biomasse. Dans certaines unités, les ingénieurs ont prévu des balcons solaires. Et les matériaux (bois, aluminium, verre) ont été choisis en fonction de leurs propriétés à garder la chaleur.

 > Pour la gestion des eaux de pluie, le plan va au-delà de la demande en eau potable, insiste Jean Morency, président de SSQ immobilier. Les ingénieurs du projet ont tout fait pour envoyer le minimum d'eau dans le réseau municipal. Tout part des bâtiments, ajoute-t-il. On récupère l'eau de pluie en toiture. On la stocke dans des bassins où elle est aérée avant d'être réutilisée pour laver les voitures, les stationnements, pour arroser les jardins, etc. À d'autres endroits, des lieux humides filtreront l'eau et la retiendront.

 > Côté circulation, la configuration plus étroite des rues a été pensée pour être conviviale. Les piétons auront préséance sur les automobilistes. Pour ce faire, on aménagera une place publique, des bornes de recharge pour voitures électriques, des stations de vélos et, la cerise sur le sundae, un parc linéaire longera la falaise pour relier entre eux les quartiers D'Youville et Saint-Sacrement. L'éclairage des lieux sera préprogrammé. Après 23h, les lumières de rue s'activeront grâce à des détecteurs de mouvement pour s'éteindre immédiatement après.

 > Une des nouveautés dans ce projet est que chacun des occupants sera sensibilisé à ce qu'il consomme en électricité, en eau, en carburant. Un système intelligent de contrôle mesurera la consommation d'énergie de chacune des unités en vue d'établir des comparatifs.

 > Pour ce qui est de la récupération des déchets, fini les bacs verts, bleus ou gris. La Cité verte sera équipée d'aspirateurs à déchets pour le plastique, le verre, le papier et d'autres matières. Des bornes seront placées en des points stratégiques de la Cité. Une fois remplies, les vannes s'activeront automatiquement et enverront les déchets vers des conteneurs scellés.

 > Quelques petits atouts : des bornes de recharge pour voitures électriques, des appareils électroménagers Energy Star, des panneaux solaires pour l'éclairage des rues.