D'ici deux ans, les premiers immeubles du nouveau quartier résidentiel de l'Université Laval devraient surgir de terre, le long de la rue de la Terrasse prolongée jusqu'à l'avenue Myrand. L'immense chantier de 1500 logements, évalué entre 120 et 150 millions $, pourrait durer jusqu'en 2030.

Marie Caouette LE SOLEIL

D'ici deux ans, les premiers immeubles du nouveau quartier résidentiel de l'Université Laval devraient surgir de terre, le long de la rue de la Terrasse prolongée jusqu'à l'avenue Myrand. L'immense chantier de 1500 logements, évalué entre 120 et 150 millions $, pourrait durer jusqu'en 2030.

Ce quartier donnera deux nouvelles entrées à l'Université, l'une sur Myrand et l'autre sur le chemin Sainte-Foy, face au vieux pavillon de l'Est. Les premiers contacts avec la Ville de Québec, pour discuter des raccords avec les infrastructures existantes, ont déjà été faits, disait hier Claude Dubé, président du Comité d'aménagement et de mise en oeuvre du projet, qui présentait le projet accepté par le conseil d'administration de Laval, la semaine dernière.

On accueillira surtout une population étudiante, mais la moitié des logements seront offerts aux employés et retraités de l'Université ainsi qu'au grand public. La mixité devrait apporter une certaine stabilité. Un tiers des résidants devrait y demeurer au moins cinq ans. L'Université restera propriétaire des terrains qui seront cédés sous bail pour 30 ans. Aucun condo donc, seulement du logement locatif. Les terrains seront vendus au prix du marché.

Des groupes à but non lucratif sont intéressés à créer des coopératives à loyers abordables et des promoteurs privés ont aussi manifesté de l'intérêt. Aucun grand propriétaire immobilier canadien ou américain, qui ont fait razzia sur la région dernièrement, n'est en lice, dit M. Dubé. Sur les plans, les bâtiments sont groupés en carrés, avec une cour intérieure et une porte cochère. Les plus bas, côté Myrand, auront une ossature en bois et trois étages, sans ascenseur.

C'est dans ce secteur qu'on veut de petits commerces au rez-de-chaussée, tels des cafés et une garderie. La densité sera plus forte le long de la rue du Séminaire, avec cinq ou six étages et, possiblement, une tour de 10 étages, à l'angle du chemin Sainte-Foy. Il y aura peut-être du parking souterrain de ce côté, ce sera du stationnement sur rue ailleurs, avec une case pour trois unités de logement.

Volet vert

Pour ce qui est du volet vert, auquel tiennent les citoyens qui ont participé à l'élaboration du projet, il se manifestera par la préservation des trois petits boisés, la récupération des eaux de pluie, le compostage et des toits végétaux là où ce sera possible. Même la place publique, au centre du développement, sera plutôt un parc ombragé, comme le petit parc municipal Saint-Sacrement, avec, en plus, une esplanade pour des rassemblements. Ces logements s'ajouteront aux 2400 chambres du campus. M. Dubé précise que, selon les normes nord-américaines, ce sont 8000 chambres ou logements dont devrait disposer l'Université pour ses nouveaux étudiants.