C'est l'histoire d'un couple qui rêvait d'un château français. Mais avec une particularité: si l'extérieur devait correspondre aux manoirs de l'Hexagone, l'intérieur devait refléter leurs goûts contemporains. Dans cet habitat, il y aurait des objets industriels recyclés, désassemblés, puis repensés pour en créer de nouveaux. Une sorte de loft urbain néo-chic dans un écrin de gentilhommière.

Le tout serait fixé dans un univers serein, loin du bruit et du chaos de la ville. Ah oui, le plafond devrait rappeler une structure gothique dont l'ossature de madriers en bois rappellerait les cathédrales du Moyen Âge.

Vous nous suivez toujours?

C'était le formidable projet mijoté pendant des années par Diane Lemire et son mari Bob. Un gros contrat, comme dirait l'autre.

«D'abord, on a acheté un terrain, explique Bob, un jeune septuagénaire qui a quitté son Toronto natal par amour pour Montréal et pour Diane, surtout. C'était notre projet de retraite.» Cela faisait 38 ans que Bob et Diane habitaient la région. «Ici, on a la sainte paix!»

Le terrain, un immense lot de 403 acres acheté en 2003, était sur une parcelle de montagne vierge à Morin-Heights. «Le but était de diviser le lot pour bâtir des maisons de luxe pour retraités», raconte le couple, qui a dû défricher la montagne pour créer des routes, puisqu'il n'en existait aucune. «On a coupé un minimum d'arbres afin de conserver l'intimité des propriétés.»

Une maison modèle

Leur maison servirait de modèle pour les autres. La leur est un amalgame d'expériences vécues par le couple. Bob est un homme d'affaires qui a visité à peu près tous les pays. Diane est une passionnée de la Chine, où elle a séjourné durant son doctorat en études de l'Asie de l'Est. Les deux avaient un attachement profond pour les châteaux français.

«On les trouvait magnifiques et on se disait qu'on aimerait bien y vivre, mais sans renoncer au confort moderne.» Le couple collectionne aussi les antiquités depuis des années. Diane, surtout, aime (et amasse, selon son mari!) les objets qui ont eu une vie antérieure.

Bob s'est donc mis en tête de concevoir les plans de sa future maison en prenant en considération les goûts de chacun. «C'est lui qui a tout dessiné, affirme Diane, admirative, en désignant son mari. Chaque lumière, chaque fenêtre, chaque tuile... Il est multitalentueux.» Le mari en question renchérit que c'est plutôt sa femme qui a tous les talents. Bref, on a affaire ici à un couple qui s'apprécie.

Peu importe, la maison a été réfléchie minutieusement. Du revêtement extérieur qui a fait l'objet de multiples recherches aux immenses poutres qui forment le plafond et accessoirement soutiennent la toiture, en passant par le teck qui recouvre les surfaces de travail (que le couple a obtenu d'un ami, qui l'a obtenu d'un autre qui avait fait démolir de vieilles baraques de l'armée en Indonésie et en avait conservé les parquets...).

Chaque matériau, chaque objet, chaque pièce a son histoire. Il n'y a rien de banal ici. On aurait pu passer des heures à écouter ces joyeux passionnés. Et puis, il y a cette quiétude lénifiante dès qu'on met le pied dehors. On se sent bien au milieu des montagnes. Les centres de ski sont à moins de 15 minutes et le village de Saint-Sauveur, encore plus près.

Pourquoi quitter cette maison qui a été tellement bichonnée? Parce que Diane a des problèmes de dos, une malédiction qui l'empêche de gravir les escaliers. Leur intention est de bâtir une autre propriété sur un des terrains du domaine, qui sera sur un seul niveau. Inutile de dire qu'on a hâte de voir les plans.

Photo fournie par L'équipe Léger

Le salon en plongée, de la mezzanine. Le parquet a été choisi en raison de sa ressemblance avec les carrelages européens. Tous les parquets de la maison sont chauffants. Le salon sous les madriers se trouve au centre de la maison.

La propriété en bref

Prix demandé: 1 495 000 $

Année de construction: 2016

Pièces: 21 pièces comprenant 3 chambres, 2 salles de bains, 1 salle d'eau, 1 foyer au gaz. Garage (3)

Superficie du terrain: 7 acres, possibilité d'acheter 7 autres acres

Évaluation municipale: 1 040 400 $

Impôt foncier: 9123 $

Taxe scolaire: 1103 $

Courtier: Éric Léger, L'équipe Léger

Consultez la fiche de la propriété: https://www.centris.ca/fr/maison~a-vendre~morin-heights/23163933

Photo fournie par L'équipe Léger

L'espace réservé à la salle à manger est le trait d'union entre le salon et la cuisine. À noter, la table est faite de teck, du même matériau que toutes les surfaces de travail dans la maison.